|
|
|
Kiproko, L’épopée du chanteur d’O
|
|
|
Kiproko, L’épopée du chanteur d’O
Portrait

Kiproko, L’épopée du chanteur d’O

Né à Orléans, il est étudiant en fac de Psychologie à Angers. De son nom d’artiste, Kiproko s’épanouit dans le rap. De l’écriture au tournage de clips, il a trouvé son violon d’Ingres.
Ambre Blanes
13/04/2000 : Naissance à Orléans
Septembre 2019 : Écriture de son premier texte
Mai-juin 2022 : Sortie de son premier album

Parlez-lui de Souchon, Goldman ou encore Brassens : « Kiproko » a grandi bercé par les chanteurs à textes. « J’ai eu ma crise d’ado un peu tard, quand je suis rentré à la fac et que j’ai commencé à écouter du rap », raconte-t-il. Il dit se retrouver alors dans cette énergie de colère qui survient au sortir de l’adolescence et qui se dégage dans ce style de musique. Si sa colère redescend peu à peu, l’envie reste présente : l’artiste en herbe se rend compte qu’il y a beaucoup de choses à faire avec le rap, plus humoristiques ou plus sérieuses, afin de raconter des histoires. « J’aime l’idée qu’il faille écouter la chanson, 1) pour comprendre la chanson, 2) j’essaye de m’en inspirer », ajoute-t-il, en glissant que cela lui rappelle… Émilie Jolie, preuve que tous les genres musicaux peuvent cohabiter dans le cœur d’un artiste…

En septembre 2019, sous le coup d’une colère, justement, Kiproko écrit son premier texte. C’est un stage de psycho se passant plutôt mal – au point que la maître de stage avait demandé à l’étudiant de ne pas revenir – qui donne naissance à l’un des premiers morceaux, intitulé Xavier. Entre l’inquiétude de ne plus aimer ses études et la pression parentale qui le pousse à continuer, le jeune Orléanais se défoule alors sur le papier. D’ailleurs, il avoue avoir séché de nombreux cours pour composer (en veillant à valider ses semestres), tant l’écriture commence à lui procurer un sentiment de liberté et de satisfaction : sortir de cette bulle où le cerveau se met en ébullition le laisse hagard et un peu perdu. Pour accompagner ses paroles, Kiproko tape « instrumental » sur Internet. C’est à sa sœur qu’il fait d’abord écouter sa production. Cette dernière le congratule, et le jeune homme s’attelle alors à s’entraîner, en se disant qu’il y a « moyen de devenir pas trop mauvais ». Bien que surprise par le décalage entre ce qu’elle sait de lui et les pensées qui courent dans les paroles des titres, sa famille le soutient. « Ils ne sont pas étonnés que j’aime créer et ils ont compris que ce n’est pas du rap de gangster ! » dit-il en souriant. Pendant un an, il écrit sans relâche. Tout le temps du confinement, il rappe et chante au quotidien, de sorte qu’il écrit près de 200 textes, dont une dizaine sont exploitables pour faire un EP. Après avoir sélectionné les morceaux à la meilleure musicalité et dont les paroles font sens, Kiproko passe à la vitesse supérieure et entreprend d’auto-
financer l’enregistrement de son album en suivant ces étapes : « Je ne savais pas du tout composer des musiques sur ordinateur, maintenant je sais ! Je me suis fait un petit studio à la maison, j’ai acheté le matériel nécessaire, je me suis fait aider par des amis, dont certains sont des professionnels de la vidéo. » L’album est mixé par Max Livio, un artiste orléanais. La date de sortie étant prévue avant l’été 2022, Kiproko souhaite l’accompagner d’un troisième clip actuellement en montage : il s’appellera L’Épopée du buveur d’eau, qui racontera « l’histoire d’un gars qui ne boit pas d’alcool en soirée ». Les clips de Xavier et À l’ouest rien de nouveau sont déjà sur YouTube.

Faire son trou

Cette inclination artistique se poursuivant avec les scénarios des clips ou le choix des plans, Kiproko -du haut de ses 22 ans fêtés le jour de notre interview- est sûr de vouloir faire sa vie dans la musique. Il a entrepris d’écrire son deuxième album en corrigeant ses maladresses de débutant et en s’entourant de professionnels. Il concède que son expérience de vie étant assez courte, il peut s’autoriser à puiser dans la fiction : « Si le romancier écrivait seulement son histoire personnelle, on arriverait vite à bout du concept, non ? » interroge-t-il justement. L’Orléanais espère que cet album verra le jour physiquement, et pas seulement en streaming. Avec lui, une chose est sûre concernant ses projets : il n’y a pas de quiproquo !

Le contacter : YouTube, Instagram
L’écouter : Spotify, Apple Music, Deezer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLES SIMILAIRES
Christine Rousselle : Plein gaz
Cette enseignante-chercheuse à l’université d’Orléans, spécialiste de l’énergie et des...
Grégory Barrier : Un Vhélio dans la tête
Certains ont peut-être déjà croisé dans la métropole d’Orléans Grégory...
Jean Dubrana : O là là !
Véritables marqueurs de l’identité orléanaise, dans leur look imposant et...
Événements de la semaine
13
Mar
11
Mar
Saint-Jean-de-la-Ruelle Médiathèque Anna-Marly puis dans tous les quartiers de la ville
#
11
Mar
Orléans – Palais de Justice – 44, rue de la Bretonnerie
#
14
Oct
Orléans – Théâtre Gérard Philipe
à 15 h
11
Oct
Orléans – Salle de l’institut
à 10 h 45
ARTICLES RÉCENTS