Portrait

Ludovic Deplanque : il tourne rond

Il y a des idées gravées dans le marbre et d’autres qui font souche, Ludovic Deplanque en sait quelque chose. Artisan menuisier depuis 2012, il a créé l’Atelier Deplaniak en 2017, dans lequel il réalise de superbes pièces ornementales en bois. Sa participation à l’émission La Maison France 5, au mois de février 2020, lui a permis d’acquérir un gain de notoriété.
Ambre Blanes
25/10/1985 : naissance en Alsace
2014 : découverte de la sculpture sur bois
2020 : intégration dans son nouvel atelier

Fils de militaire né en Alsace, Ludovic Deplanque a beaucoup déménagé jusqu’à prendre racine en 1995 à Orléans. Ses premiers contacts avec le bois furent en fabriquant ses premières guitares. « Adolescent, passionné de gratte, j’adorais la sensation de la râpe à bois, j’avais de l’outillage portatif avec une défonceuse », se souvient-il. C’est tout naturellement qu’il embrasse ensuite la profession de menuisier. Mais à force de travailler des panneaux d’aggloméré, il finit par se retrouver le nez dans le massif. « Je n’avais plus de plaisir à faire autre chose à côté après plusieurs années à tourner à plein régime », raconte-t-il. Sa vie prend alors une autre tournure quand il récupère un tour à bois. Il l’essaye une fois, le temps de constater que son approche est plutôt innée du fait de sa profession, puis le laisse traîner dans un coin pendant trois ans, jusqu’à ce que l’envie le déborde. Délaissant les lamelles de stratifié, il retrouve le plaisir de toucher le végétal et l’odeur du copeau.

Dès qu’il a un moment de libre, Ludovic Deplanque travaille alors comme une échappatoire le bois, qui se transforme rapidement sous ses yeux, donnant libre cours à sa créativité. Jusqu’au jour où sa femme se lasse de tous ces objets qui traînent à la maison, mais qu’il serait pourtant dommage de mettre au feu… Tous deux fondent alors l’Atelier Deplaniak, sur la base de leurs deux noms, et depuis janvier 2020, après avoir quitté son activité première, Ludovic s’y consacre pleinement. « J’ai été endeuillé par la perte d’un proche et j’ai eu un déclic, raconte-t-il. J’ai eu besoin de transmettre, de partager quelque chose de personnel. J’aime beaucoup apprendre et je veux toujours aller plus loin, au maximum de mes possibilités. D’ailleurs, les possibilités infinies de création sont stimulantes ! J’ai gagné en confiance grâce aux nombreux retours clients sur la qualité de mon travail, je me suis dit que je n’étais pas plus bête qu’un autre. Je me suis lancé ! »

« Je n’étais pas plus bête qu’un autre, non ? »

L’homme a produit sans vendre pendant longtemps, inspiré entre autres par David Ellsworth (tourneur américain), mettant aux rebus les pièces dont il n’était pas satisfait. Le bois est très lourd, dense, mais la pièce de bois qui en émerge est, elle, très légère. Ludovic Deplanque cherche ainsi à conserver un maximum de veinage dans le bois qu’il sculpte, qu’il soit sec ou vert. Ses pièces sont de tailles diverses et coûtent en moyenne entre 200 et 1 000 €. Toutes sont uniques. « Quand l’arbre est fraîchement abattu, encore plein d’eau et qu’il sèche à l’air libre, il y a des déformations que je peux anticiper mais je ne sais jamais à quoi ça ressemblera à la fin, éclaire-t-il. Je peux passer une dizaine d’heures à creuser une pièce, et si je fais un mauvais coup, la pièce casse. C’est ce petit côté adrénaline que j’aime. D’autant que ce n’est pas possible de faire deux fois la même pièce », chaque motif étant unique.

Le monde s’ouvre à lui

C’est finalement la restauration qui lui a offert sa première plage de visibilité. David Toutain, du restaurant parisien deux étoiles Michelin, sensible à son travail, lui a pris plusieurs pièces. Puis Thibault Sombardier, chef remarqué dans l’émission Top Chef, lui a aussi fait confiance. Il a également exposé au Campo Santo en 2019 à l’occasion du salon des créateurs. La prochaine étape ? Le salon Maison & Objets devrait lui ouvrir les portes de l’international. D’ici là, Ludovic Deplanque a investi un nouveau local à Cléry-Saint-André, plus lumineux que son atelier de menuiserie, dans un grand bâtiment aux dernières normes d’accueil du public, au sein d’une pépinière d’entreprises. Ce nouvel atelier-expo dispose d’un espace exclusivement réservé au tournage sur bois et recevra du public sur rendez-vous sur des créneaux gratuits, pour observer Ludovic en action. « On voit toujours le produit fini en exposition mais rarement le processus », se délecte d’ailleurs l’artiste, qui proposera des stages d’initiation au tournage sur bois, activité pour laquelle on prend rapidement ses marques, paraît-il… 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLES SIMILAIRES
Aurélie Audax : Enfant de la balle
Comédienne et metteure en scène, elle a été bercée dès...
Charline Pritscaloff : Peau de fleur
Devenue Meilleur Ouvrier de France (MOF) en 2011, cette Fleuryssoise...
Tim Silver : La grande illusion
Déroulant un monologue à la chronologie impeccable, cet illusionniste nous...
Événements de la semaine
14
Oct
Orléans – Théâtre Gérard Philipe
à 15 h
11
Oct
Orléans – Salle de l’institut
à 10 h 45
11
Oct
Chécy – Espace George Sand
à 15 h
11
Oct
Olivet – Parvis du Moulin de la Vapeur
à 11 h 30
10
Oct
Orléans – Campo Santo
de 11 h à 21 h
10
Oct
Saint-Jean-de-Braye –Théâtre du Clin d’œil.
samedi 17 h, samedi 21 h et dimanche 16 h
ARTICLES RÉCENTS