|
|
|
Michaël Gonçalves danse avec les stars
|
|
|
Michaël Gonçalves danse avec les stars
Portrait

Michaël Gonçalves danse avec les stars

Figure locale du monde de la nuit et de la musique, ce photographe orléanais est aussi sympathique qu’il est accessible. À la tête de l’agence Multyde, il voyage de par le monde aux côtés de DJs de premier plan.
Ambre Blanes
12/11/91 : naissance à Vichy
2015 : couvre le festival de Creamfields, en Angleterre
2019 : créé l’agence Multyde à Orléans

Né en France, doté de la nationalité portugaise, Michaël Gonçalves a d’abord été un jeune matheux que les nouvelles technologies ont vite intrigué. Il a ensuite suivi des études de comptabilité et s’est retrouvé alternant chez Renault. Mais « à cette époque, raconte-t-il, j’achète un appareil photo à La Source et je le teste en prenant des photos de nature et de gens ». Le point de départ de son aventure photographique. Cette période correspond d’ailleurs avec celle de l’essor des photos de boîtes de nuit. Le photographe en herbe, fasciné par ce traitement de l’image, intègre le célèbre groupe de photographes de nuit européen Weemove, qui lui permet d’obtenir une formation photo en échange d’une couverture médiatique bénévole des soirées. Michaël Gonçalves fait ainsi ses armes au Gardel’s, à Fleury-les-Aubrais. « C’était moche !, plaisante-t-il au sujet de ses premiers clichés. Mais j’avais toujours envie de faire mieux et j’essayais de prendre exemple sur les meilleurs… »

C’est ainsi qu’en parfait autodidacte, le jeune homme participe mensuellement à des concours photos et peaufine la qualité de son travail jusqu’à se hisser en haut du top France des photographes Weemoove. Les prix récoltés lui ouvrent alors la porte des festivals de musique, dont le très couru Sziget Festival de Budapest. Là-bas, il rencontre des DJs internationaux, dont Dimitri Vegas & Like Mike, David Guetta…. « Miko », comme on le surnomme alors dans le milieu, crée son site et parcourt l’agenda des artistes pour les croiser là où il se rend. La presse spécialisée le remarque et c’est le début de l’effet boule de neige… À l’âge de 23 ans, il part en tournée au Japon avec DJ BL3ND tandis qu’il continue d’apprendre au côté de photographes cultes avec lesquels il sympathise. L’événement qui change le cours de son histoire prend place au Royaume-Uni : l’Orléanais, qui fait alors partie de la dizaine de photographes qui officient sur le Creamfields, un festival de musique électro de renom, est contacté à son retour par DJ Snake. « On m’a donné rendez-vous au Bourget et à mon arrivée, il y avait un jet privé qui attendait sur le tarmac avec le logo de l’artiste. J’ai compris que c’était un autre monde… », se rappelle « Miko ». Après une phase de test dont il se souvient encore, l’Orléanais devient photographe officiel de l’une des plus grandes stars internationales de la planète DJ. Il l’accompagne, depuis, en tournée partout dans le monde.

En parallèle de son essor dans le milieu de la musique, Michaël Gonçalves se lie d’amitié avec Antoine, rencontré via Wemoove. Ensemble, ils créent sur Orléans Multyde, une agence qui délivre des prestations photos et vidéos pour des clients et comble les fins de mois des deux entrepreneurs. Aujourd’hui, l’agence compte près d’une dizaine de personnes. Quant à Michaël, s’il accompagne aujourd’hui les artistes en tournée près de 75 % de l’année, il partage le reste de son temps entre l’agence et ses vacances. Lorsqu’on s’étonne d’ailleurs que cet entrepreneur globe-trotter réside toujours à Orléans et non à Miami ou à Dubaï, il avoue que Multyde l’y a retenu. Comme le pendant de son activité dans le show business, sa boîte lui permet, dit-il, de garder la tête sur les épaules. Et lorsqu’il est de passage dans le Loiret, il continue à shooter au Nova Club. « Quand tu rentres chez toi après une période de travail si intense, entre l’avion, les réseaux et les rencontres et qu’il ne se passe rien, au début, ça fait très mal, concède-t-il. Aujourd’hui, ça me permet surtout de prendre du recul, d’avoir une vie normale, de profiter de mes proches. J’ai passé cinq ans sous l’eau. Forcément, il y a des trucs que j’ai ratés : des naissances, des mariages… »

Miami peetch

La maturité aidant, les projets d’avenir se précisent. D’abord, il veut pérenniser son entreprise et étendre sa clientèle en formant de nouvelles personnes, puis gérer ses équipes et aller chercher de gros projets photos. Aujourd’hui expert dans son domaine, « Miko » est toujours aussi prompt à se former à de nouvelles techniques, conscient que la qualité va de pair avec le travail : « la règle principale, pour ne pas être has been, c’est de continuer à se former, le plus dur étant d’être toujours à la pointe de la technologie ». Lorsque nous l’avons interviewé, il se trouvait d’ailleurs à Miami, d’où il visionnait la keynote d’Apple, un rendez-vous des amoureux de high-tech présentant les récentes technologies. Mais il a conclu l’entretien par ces mots : « les seules choses que tu ne peux pas acheter sont les
moments précieux… »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLES SIMILAIRES
Jacques Martinet, fil conducteur
Élu en fin d’année dernière président de la Chambre régionale...
Simon Gauthier : À la baguette
Cheveux longs soigneusement tirés en arrière, lunettes rondes et jaunes...
Vincent Bowen face caméra
Son nom ne vous dit peut-être rien, mais vous avez...
Événements de la semaine
13
Mar
11
Mar
Saint-Jean-de-la-Ruelle Médiathèque Anna-Marly puis dans tous les quartiers de la ville
#
11
Mar
Orléans – Palais de Justice – 44, rue de la Bretonnerie
#
14
Oct
Orléans – Théâtre Gérard Philipe
à 15 h
11
Oct
Orléans – Salle de l’institut
à 10 h 45
ARTICLES RÉCENTS