|
|
|
Rose Lamy : Le match du siècle
|
|
|
Rose Lamy : Le match du siècle
Portrait

Rose Lamy : Le match du siècle

Depuis trois ans, cette autrice décortique le discours sexiste dans les médias à travers un compte un compte Instagram -Préparez-vous pour la bagarre- et un livre. Elle sera l’invitée ce vendredi l’invitée du FRAC Centre-Val de Loire à l’occasion du Printemps de la romancière.
Ambre Blanes
04/01/1984 : naissance en Haute-Savoie
30/03/2019 : lancement du compte Instagram preparez_vous_pour_la_bagarre
10/11/2021 : parution du livre Défaire le discours sexiste dans les médias

Très attachée à la région Centre-Val de Loire après avoir vécu à Bourges, à Blois ou encore fait ses études à Tours, Rose Lamy vient régulièrement à Orléans où vivent aujourd’hui ses sœurs, ses nièces et son neveu adorés, pour profiter en famille des bords de Loire. Humble et la tête sur les épaules, cette jeune femme a ce que l’on appelle un parcours atypique : après une fac d’Histoire quittée prématurément, elle embarque pour un DUT « Gestion action culturelle » puis travaille comme chargée de production musicale pendant près de 10 ans. Elle change ensuite de secteur pour s’orienter dans la communication digitale en intégrant la SNCF, plus particulièrement la communication de crise appliquée aux réseaux sociaux. « C’est là où j’ai appris que tel mot pouvait être anxiogène ou avait le potentiel de rappeler tel événement traumatique », raconte aujourd’hui Rose Lamy, qui ajoute avoir développé une sensibilité pour le langage dès le lycée, elle qui adorait déjà les commentaires composés et les figures de style… 

Lorsqu’elle crée son compte Instagram en 2019, Préparez-vous pour la bagarre, c’est l’ébullition féministe sur le réseau social, les prémices woke d’une déconstruction du discours. « Ce serait pas mal que tous les mauvais souvenirs médiatiques que j’ai, je les y dépose avec mes nouvelles compétences », se dit-elle alors, repensant au traitement de certains faits divers, dont des féminicides ou bien les affaires Cantat et DSK. Tandis que sa maîtrise du langage se fait plus forte vis-à-vis des sujets sensibles, des formulations ont en effet tendance à lui rester en tête, sans devenir obsessionnels : « C’est un conte de fées », « C’est un tromblon, elle n’a rien pour elle, elle ne sait pas lire ni écrire » (au sujet de Nafissatou Diallo)… éveillent chez Rose Lamy le sentiment qu’il faut agir. En glanant des followers, la jeune femme a de plus en plus vent de propos de sexisme ordinaire, dans les journaux régionaux, nationaux, les émissions TV… Au point de ne partager sur sa page Instagram qu’un centième de ce qu’elle reçoit.

D’après l’autrice, ce discours qui émane des médias est la démonstration de ce qui a lieu partout : il n’est pas conscientisé par tous ses émetteurs, mais tous ceux qui le portent participeraient aux intérêts d’une forme de sexisme. Ce serait un problème structurel et systémique, et son premier livre, paru deux ans plus tard en écho au compte qu’elle a créé auparvant, se propose de l’explorer. « J’ai voulu tester ma théorie, par la sémantique, la linguistique et les outils du discours. Faire ce choix du factuel était imparable pour que personne ne s’en prenne à la forme… Emmanuel Todd dit que le patriarcat n’existe plus car il n’a jamais existé. Mais utiliser ce mot leur donne l’opportunité de sortir de telles absurdités ! Moi, si je rends mon propos plus démonstratif que militant, je reconnais complètement l’existence du phénomène », expose-t-elle. Lorsqu’elle est approchée par une éditrice de chez JC Lattès, Rose Lamy a d’ailleurs carte blanche pour bâtir son ouvrage, une expérience folle et passionnante pour cette touche-à-tout. Rose Lamy confie toutefois regretter l’émergence du mot wokisme trois semaines après la parution de Préparez-vous pour la bagarre : « Si j’avais eu connaissance de ce mot, j’en aurais parlé comme d’une réponse réactionnaire face aux courants progressistes, ou comment renvoyer nos propres comportements violents et injustes à la face des gens qui les critiquent », dit-elle aujourd’hui.

L’écrit… et l’oral

Cette trajectoire éditoriale, Rose Lamy a encore du mal à la comprendre et, si elle ne sait pas de quoi la suite sera faite pour elle, il se peut que cela passe par l’oral, puisqu’elle adore verbaliser et parce qu’elle aurait suffisamment de contenu pour alimenter une forme parlée au quotidien. Les curieux et passionnés pourront la rencontrer au FRAC d’Orléans, qui a été le premier à la contacter après la sortie de son livre, dans le cadre du Printemps de la romancière ce vendredi 13 mai au soir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLES SIMILAIRES
Christian Ravanel : Merci patron !
Candidat aux élections municipales à Orléans en 2020, ce spécialiste...
Rose Lamy : Le match du siècle
Depuis trois ans, cette autrice décortique le discours sexiste dans...
Laurence Saugé : le cycle de « Lau »
Création haut de gamme, innovation et développement-métier étaient partie intégrante...
Événements de la semaine
13
Mar
11
Mar
Saint-Jean-de-la-Ruelle Médiathèque Anna-Marly puis dans tous les quartiers de la ville
#
11
Mar
Orléans – Palais de Justice – 44, rue de la Bretonnerie
#
14
Oct
Orléans – Théâtre Gérard Philipe
à 15 h
11
Oct
Orléans – Salle de l’institut
à 10 h 45
ARTICLES RÉCENTS