|
|
Rempil’it sort du plastique
|
|
Rempil’it sort du plastique

Rempil’it sort du plastique

Dans une optique de réduction des déchets et d’acclimatation aux gestes éco-citoyens par tous, Rempil’it propose une solution de réemploi des emballages pour la vente à emporter sur l’Orléanais, grâce à des contenants en verre consignés.
Ambre Blanes
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

C’est l’histoire entrepreneuriale de deux femmes animées par la volonté d’aligner leurs valeurs avec leur activité professionnelle : Myriam Rembert et Coralie Feillault se rencontrent sur LinkedIn en juin 2021, chacune ayant en tête un projet d’emballages réutilisables. Myriam, qui a été commerciale pour un grand groupe agroalimentaire, a une culture-client très forte et Coralie, qui a travaillé dans une start-up spécialisée dans les objets connectées, est dotée d’une fibre marketing. Complémentaires, elles fondent alors ensemble la société Neocsem, qui porte la marque Rempil’it et intègrent le programme national Femmes Entrepreneuses d’Orange de la région Centre-Val de Loire. 

Leurs boîtes alimentaires consignées et réutilisables Rempil’it proposent aux commerçants de faire un bon geste pour la planète sans révolutionner les habitudes de leurs clients, qui sont par ailleurs de plus en plus nombreux à constater les contenants à usage unique s’empiler dans leurs poubelles… Deux formats de contenants Rempil’it sont disponibles : l’un plutôt rond, de la marque Arc, est une coupelle de 90 cl idéale pour la restauration à emporter, l’autre est carré, en verre Duralex. D’une contenance de 115 cl, il convient tout particulièrement aux artisans de bouche, bouchers, charcutiers et fromagers. Le couvercle est en plastique recyclable. Les emballages sont, eux, produits à La Chapelle-Saint-Mesmin et aux alentours de Lille, puis sont renvoyés aux fournisseurs lorsqu’ils arrivent en fin de vie. Pas de risque de les confondre avec d’autres dans sa cuisine, puisqu’ils sont dotés d’une étiquette-mémo Rempil’it avec indiqué dessus : « Je suis consigné, rapporte-moi ! »

Du côté de l’échoppe 

« Nous avons démarré nos premiers tests avec le restaurant Mix (21, rue des Carmes) en novembre 2021, raconte Coralie Feillault. Puis nous avons été partenaires du Salon de la gastronomie : la Chambre de Métiers et de l’Artisanat du Loiret a ainsi pu servir des plats végétariens dans nos contenants sur le salon. » À ce jour, Rempil’it est partenaire de cinq commerces : Mix, donc, mais aussi Leader Bœuf à Olivet, Le Café des Beaux-Arts à côté de la cathédrale, Les Comptoirs de la Bio quartier des Halles et La Cave aux fromages rue Bannier. Les contenants sont livrés propres en commerce. En parallèle, le sali est collecté pour être ensuite déposé chez le partenaire de lavage situé à moins de 10 km du commerce, veillant ainsi à créer une boucle de circuit court, grâce à l’entremise de l’association Les Cycloporteurs. Ce sont Myriam et Coralie qui assurent la livraison, d’ici à ce qu’elles puissent, à terme, utiliser des véhicules électriques afin d’étendre leur zone de chalandise. La gestion de la consigne est à l’étude, précise Coralie : « L’utilisateur achète des jetons de consigne en bois qui représentent sa monnaie d’échange pour utiliser des contenants. Nous envisageons ainsi de développer une application connectée pour simplifier le geste. Nous garderons cependant les jetons pour permettre une accessibilité de notre projet à tous, y compris aux personnes peu connectées. » Poursuivant sur leur lancée, les entrepreneures ont la volonté de diversifier et d’agrandir leur réseau, notamment en y intégrant les sociétés de restauration d’entreprise et les sociétés de portage de repas à domicile, non sans accélérer la digitalisation d’ici à 2023.

Une réponse

  1. Bonjour,
    je suis client régulier d’un traiteur chinois de la rue de la république et je culpabilise à chaque fois que l’on pèse mes achats dans des barquettes ou des sachets en plastique car je ne mes sens capable de leur suggérer une pratique différente. Votre solution me parait donc très intéressante. Pouvez-vous me communiquer une documentation papier détaillée ou tout autre moyen que je pourrais leur proposer dans l’hypothèse ou ils seraient disposés à changer leur façon de faire. Le mieux serait évidemment une démarche de votre part.
    New China
    24 rue de la République Orléans
    tel: 02 38 62 00 22

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
À Orléans, Retailleau répond à Grouard
Candidat à la présidence de son parti, le sénateur LR...
Dix ans déjà !
Sans flonflons ni chichis, nous fêtons cette semaine les dix...
Barbara Alloui Ma cuisinière bien-aimée
Pédagogue et passionnée, cette Olivétaine promeut une cuisine simple, variée...
Événements de la semaine
13
Mar
11
Mar
Saint-Jean-de-la-Ruelle Médiathèque Anna-Marly puis dans tous les quartiers de la ville
#
11
Mar
Orléans – Palais de Justice – 44, rue de la Bretonnerie
#
14
Oct
Orléans – Théâtre Gérard Philipe
à 15 h
11
Oct
Orléans – Salle de l’institut
à 10 h 45
ARTICLES RÉCENTS