|
|
Satisfaisant, mais peut mieux faire !
|
|
Satisfaisant, mais peut mieux faire !

Satisfaisant, mais peut mieux faire !

Si la situation est globalement satisfaisante en région Centre-Val de Loire pour les centrales nucléaires et les activités nucléaires médicales selon l'ASN, il y a encore des améliorations à faire en termes de rigueur dans l'exploitation et la maintenance.
Gaëla Messerli
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Si la situation du nucléaire en région Centre-Val de Loire semble globalement avoir peu changé en région Centre-Val de Loire entre 2018 et 2019, la grande nouvelle est cependant la levée de la surveillance renforcée de la centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire, décidée depuis septembre 2017. « L’ASN constate que l’état des installations et les pratiques en matière de sûreté se sont, de manière générale, sensiblement améliorées », explique Alexandre Houlé, chef de la division d’Orléans, en compagnie de Christophe Chassande, le délégué territorial de la division d’Orléans de l’ASN. En tout, 43 jours d’inspection en 2019 ont été réalisés sur cette centrale. « C’est plus que d’habitude, indiquent les deux hommes. Il y a une nette amélioration dans la conduite des réacteurs, mais il reste quelques faiblesses. Un plan d’actions a été mis en place. »

 L’ASN considère en particulier que l’exploitant doit encore s’améliorer sur la communication entre les équipes de conduite, ainsi que sur l’analyse robuste des résultats des essais périodiques et la surveillance des paramètres des réacteurs. 

« Manque de rigueur » à Saint-Laurent et Belleville

En ce qui concerne la centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly, qui a été inspectée 39 fois, « les résultats sont jugés satisfaisants », même si les performances en matière d’environnement et de radioprotection demeurent en retrait par rapport à la moyenne nationale. L’ASN attend des améliorations « au niveau de la maintenance », de la radioprotection – avec « trop d’oublis du dosimètre chez les intervenants » – mais aussi dans le domaine de l’environnement « au niveau de la gestion des déchets et du confinement des liquides en cas d’incendie notamment. Des améliorations sont attendues dès 2020. » 

Au niveau de Saint-Laurent-des-Eaux, qui a été visitée 33 fois par l’ASN (« plus qu’en 2018 »), les résultats sont un peu en baisse par rapport à l’an passé. « Il y a eu des événements significatifs liés à un manque de rigueur » et des performances en retrait au niveau de la radioprotection. « La gestion des entreposages doit être mieux maîtrisée et les règles de confinement doivent être mieux définies et surveillées par EDF, affirment Alexandre Houlé et Christophe Chassande. L’analyse de risques est insuffisamment prise en compte par certains intervenants. » 

Enfin, au niveau de Chinon, qui a bénéficié de 39 jours d’inspection en 2019 – « un peu plus qu’en 2018, notamment avec la troisième visite décennale du réacteur 3 » –, l’ASN constate « un manque de rigueur dans la programmation des activités, une documentation pas assez précise à l’origine d’incidents significatifs. Des améliorations sont attendues sur le risque incendie, au niveau de la sectorisation. » Idem pour les « mesures de radioprotection en baisse ». Au niveau environnement, le rapport est clair, même si les performances de la centrale nucléaire de Chinon sont d’un niveau comparable à la moyenne nationale, elles doivent cependant être améliorées. Si les limites de rejet pour les effluents gazeux et liquides demeurent respectées, concernant les rejets en légionnelles et en amibes, « de nombreux écarts à la réglementation ont été relevés concernant la gestion des déchets (constat déjà formulé en 2018) et le confinement des substances dangereuses. Ces écarts doivent faire l’objet d’actions prioritaires de l’exploitant. »

« L’état des installations s’est sensiblement amélioré en centre-val de loire »

Autrement, on oublie souvent que le nucléaire ne concerne pas seulement les centrales : c’est aussi la radiothérapie ou la radiologie interventionnelle. Même si l’ASN ne constate pas de « défaillance majeure », elle soulève néanmoins, comme l’an passé, deux points de vigilance : « la pratique de la radiologie interventionnelle connaît un développement important et un certain nombre de mesures ne sont pas suffisamment prises en compte. Les professionnels ne sont pas tous formés et il faudrait des études de risques. » Des mesures pour mieux anticiper l’arrivée de nouveaux équipements, de nouvelles pratiques et de nouveaux médicaments radiopharmaceutiques. « Au bloc opératoire, les intervenants envisagent plus facilement d’autres risques. » Un travail de sensibilisation a été fait dans ce sens avec un carnet pédagogique, réalisé par l’ASN à destination des professionnels de santé. 

Avec la Covid et le confinement, il n’y a pas eu de visite sur site de l’ASN (sauf urgence), mais des inspections à distance. « Globalement, EDF a tout de même su mettre en place une organisation », affirment Alexandre Houlé et Christophe Chassande. Il y a eu également un peu moins « d’incidents spécifiques pendant le confinement en raison de la réduction des activités. » L’ASN évoque cependant un incendie survenu, le 10 avril dernier, à la centrale de Belleville, au niveau du « parc à gaz. » L’origine exacte n’est pas encore connue, et l’ASN attend les conclusions d’EDF pour estimer sa gravité. 

Bonnes notes pendant le confinement 

Pour le domaine médical, les inspections ont également été suspendues pendant le confinement, afin de « ne pas surcharger l’activité des hôpitaux qui géraient déjà la crise sanitaire. Des autorisations ont été également délivrées. » À noter, aussi, qu’outre certains travaux de démantèlement qui ont pu prendre du retard lié à un changement de scénario, l’ASN a indiqué qu’une campagne de mesures devait être menée en 2021 suite à des taux anormalement élevés de tritium en Loire, relevés au niveau de Saumur en janvier 2019. « Ce taux est anormal, mais pas à un niveau dangereux pour la santé ni pour l’environnement  », précise l’ASN, qui souligne cependant qu’une inspection à la centrale de Chinon a été effectuée et qu’aucun « rejet non maîtrisé n’a été relevé. » En février dernier, plusieurs associations environnementales avaient porté plainte.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
Bonjour la vie
Avant d’arriver à Saint-Jean-de-Braye, ce « théâtreux » de 74 ans a tout...
Sans Jacques Martinet !
Deux jours avant l’officialisation de la candidature de Marc Fesneau...
Les Républicains dévoilent leur jeu
Les Républicains du Loiret ont investi de nombreux candidats sortants...
Événements de la semaine
13
Mar
11
Mar
Saint-Jean-de-la-Ruelle Médiathèque Anna-Marly puis dans tous les quartiers de la ville
#
11
Mar
Orléans – Palais de Justice – 44, rue de la Bretonnerie
#
14
Oct
Orléans – Théâtre Gérard Philipe
à 15 h
11
Oct
Olivet – Parvis du Moulin de la Vapeur
à 11 h 30
ARTICLES RÉCENTS
lovely indian porn indianpornmovies.info incredible india collage telugu gay.sex chat xxxlib.mobi sxe video indian sunny leone nude pics 2016 fuckindiantube.mobi ssrmovies xhmester indian porn justindianporn.net sexy indian girl gets fucked jiggle boobs tubetria.mobi kutty movie collections
love making pics hindipornvideos.info tamil aunty nude photo indian sex 3gb dirtyindianporn.info tamil xxx indian sexy hd video hd xxxindianporn.pro college girls xnxx sex vedios kowalsky go-indian.pro sesvidio sex videos in tamil nadu justindianporn.me forced defloration
free desi sex scandal pornfactory.info bur ki chudai naked kerala desipornx.mobi mumbai hotel sex indian girl ki chut indianpornvideos.mobi sex videosfreedownloads xnxx condom watchhindiporn.com x videos beautiful sonytvlive hdthaisex.com real mms sex videos photocopy machine sobazo.com olx guntur