Serge Grouard est redevenu, ce samedi, maire d’Orléans

Après la victoire de sa liste dimanche dernier à l’issue du second tour des municipales, Serge Grouard a été officiellement intronisé maire d’Orléans lors du conseil municipal de ce matin, lequel a également permis d’installer 21 adjoints. Florent Montillot prend notamment la tête d’une large délégation à la Santé, la Sécurité, la Prévention et à l’Université.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Horaire inhabituel, lieu inhabituel : c’est ce matin, à 10h, que le conseil municipal d’installation de la nouvelle mandature a eu lieu au Palais des Sports. Les 55 élus ont ainsi pris momentanément la place des basketteurs de l’OLB et élu leur maire. Sans grande surprise, ils ont porté Serge Grouard à la tête de la mairie d’Orléans par 39 voix pour. Jean-Philippe Grand a récolté 9 voix. Six conseillers ont voté blanc, et un s’est s’abstenu. Sur les coups de 10h40, Serge Grouard a donc enfilé son écharpe que lui a remise le Doyen de la séance, Jean-Paul Imbault.

« Il reste alors la honte dans un recoin de la conscience… »

Dans son discours inaugural, le nouveau maire d’Orléans a montré –pour ceux qui en doutaient- qu’il avait de la mémoire et est revenu sur la campagne, délétère, qui a débouché sur le résultat que l’on sait. « Sans mémoire, pas de fidélité, pas d’amitié, pas de confiance. L’amnésie autorise toutes les trahisons. Il reste alors la honte dans un recoin de la conscience », a-t-il commencé, avant de poursuivre. « Peut-être ce lien que j’ai avec les Orléanais est-il à ce point envié qu’il engendre aussi chez quelques rares personnes une telle détestation à mon égard que je ne comprends pas mais que je constate (…) Je ne souhaite pas m’attarder sur la dureté inouïe de la campagne, sur l’indignité de certains propos et la violence de nombreuses attaques ad hominem. Le débat démocratique peut y perdre son âme et certains leur dignité. Je veux au contraire saluer la responsabilité dont a fait preuve mon équipe qui ne s’est jamais laissée entraîner dans ce tourbillon vipérin. »

10h40 : Serge Grouard redevient officiellement maire d’Orléans.

Après cette entrée en matière pour le moins corrosive, Serge Grouard a ensuite tenu un propos plus rassembleur. « Je serai le maire de tous les Orléanais sans distinction aucune », a-t-il déclaré, tout en acceptant la proposition qu’avait formulée Jean-Philippe Grand en début de conseil : celle d’organiser des Assises de la Transition. « Nous allons le faire avec vous », a certifié Serge Grouard.

Parce qu’il a également vu que le lien se distendait de plus en plus entre la population et ses élus, il a insisté sur le fait que ceux-ci devaient « être plus présents dans les quartiers » afin de « consolider le dialogue avec tous les Orléanais ». « Liberté, égalité, fraternité et laïcité doivent constamment être rappelés au fronton de notre action municipale », a martelé Serge Grouard, en prévenant son équipe : « La clepsydre de Baudelaire a déjà commencé à se vider. Le travail commence dès lundi ». Des premières mesures d’aides aux commerçants doivent en effet arriver très vite, de même qu’une cellule de soutien aux professionnels en doit être rapidement mise en place.

Michel Martin et Florent Montillot, de nouveau réunis dans la même équipe…

Florent Montillot premier adjoint

Ce discours clos, Serge Grouard a fait installer une équipe de 21 adjoints qui sera désormais à pied d’œuvre à ses côtés. Sans surprise, on retrouve Florent Montillot, l’homme-clé de sa campagne, au poste de premier adjoint. S’il s’agissait d’un Gouvernement, on dirait qu’il serait ministre d’Etat. Dans le cas de la Ville d’Orléans, on dira seulement qu’il est un « super-adjoint » en charge désormais de la Sécurité (qu’il avait laissée entre 2014 et 2020), de la Prévention, mais aussi de la Santé et de l’Université. Michel Martin, lui, va de nouveau gérer pendant six ans les Finances de la Ville, tandis que Régine Bréant s’occupera de la Solidarité et des Familles, Béatrice Barruel de l’Urbanisme, Chrystel de Filippi de l’Education, Luc Nantier du Commerce, Charles-Eric Lemaignen de la circulation et du stationnement, Hamid Khoutoul du suivi de la politique de la Ville et de l’Emploi, et William Chancerelle de la Culture. Laurence Cornaire est nommée adjointe à l’Habitat et au Logement Social ; Thomas Renault, l’ancien gardien de l’USO, aux Sports et Romain Roy à la Transition Energétique et au Développement Durable.

« Développement durable » ? La qualification a fait tousser les militants de l’association Alternatiba, dont certains étaient présents dans la salle ce matin et ont déployé une banderole pour rappeler à Serge Grouard qu’ils surveilleraient ses engagements sur l’environnement pris durant sa campagne. Alternatiba regrette le rang de Romain Roy (9e) dans la hiérarchie des adjoints et fait remarquer que le terme de « développement durable » fait appel à la notion de croissance, que ses militants réprouvent.

Dans les gradins du Palais des Sports, des militants d’Alternatiba mettent en garde Serge Grouard.

Deux groupes pour la seule liste Carré

Serge Grouard aura ainsi une opposition attentive en dehors du conseil municipal, mais également en son sein, avec tout d’abord un premier groupe formé par les neuf élus de gauche et regroupés autour de Jean-Philippe Grand et Dominique Tripet. Siègeront aussi dans l’opposition trois élus issus de la liste d’Olivier Carré (Ludovic Bourreau, Jihan Chelly et Stéphanie Rist, ces deux dernières étant adhérentes à LaREM), qui formeront un groupe municipal indépendant de quatre de leurs anciens co-listiers : Olivier Geffroy, Muriel Sauvegrain, Gérard Gautier et Christel Royer forment ainsi un groupe à part et ont indiqué qu’ils ne se situeraient pas, eux, dans l’opposition. Pour justifier cette scission, Olivier Geffroy ne cache pas que l’appel de Jihan Chelly à se rapprocher de Jean-Philippe Grand lors de l’entre-deux-tours fut une initiative qu’il a assez mal perçue.

Le conseil municipal de ce matin a également été l’occasion de fixer la rémunération du maire, qui touchera un peu plus de 3 000 € nets mensuels. Une baisse d’indemnités de tous les élus a aussi été votée. Selon Florent Montillot, elle permettra de faire une économie de 50 000 € par an.

En fin de conseil, Serge Grouard avec quelques-unes de ses supportrices.
Charles-Eric Lemaignen, tout sourire…
Romain Roy (à droite) est le nouvel adjoint en charge de la Transition énergétique et du développement durable. Au centre, le benjamin de la nouvelle assemblée, Hugues de Rosny.
Doyen du nouveau conseil municipal, Jean-Paul Imbault est désormais un adjoint en charge de la « Ville Jardin » et de la biodiversité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
Orléans Métropole : Christophe Chaillou (PS) élu au prix d’un « consensus » avec Serge Grouard
Jeudi soir, Christophe Chaillou, le maire PS de Saint-Jean-de-la-Ruelle, a...
Des fêtes johanniques au format réduit !
En raison du Covid-19, Serge Grouard, maire d’Orléans depuis samedi...
Serge Grouard est redevenu, ce samedi, maire d’Orléans
Après la victoire de sa liste dimanche dernier à l’issue...