|
|
|
CO’Met bientôt au complet

CO’Met bientôt au complet

Après le Parc des Expositions et le Palais des Congrès, la grande salle de CO’Met sera inaugurée le week-end du 7 janvier, avec bien évidemment deux matchs de hand au programme, mais aussi des Journées Portes Ouvertes à destination du grand public.
Benjamin Vasset
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Quand la commission de sécurité aura définitivement validé la partie Arena, le complexe CO’Met sera opérationnel dans son ensemble. Après le Parc des Expositions et le Palais des Congrès, la grande salle de 10 000 places, navire-amiral de ce nouvel équipement, sera donc inaugurée le week-end du 7 janvier, à l’occasion du premier grand événement sportif qui s’y déroulera, à savoir le match de l’équipe de France masculine de handball. 

À cette occasion, la Métropole et son délégataire, GL Events, vont également organiser des Journées Portes Ouvertes, les 8 et 9 janvier (voir encadré), pour permettre au grand public de s’approprier CO’Met dans toute ses dimensions. « Les Orléanais et les habitants de la métropole doivent comprendre la multi-modularité de cet équipement, qui regroupe le Parc des Expos, le Palais des Congrès, le Zénith et la grande salle, rappelle Charles-Éric Lemaignen, vice-président d’Orléans Métropole en charge du dossier. Le public doit s’habituer au fait qu’il s’agit d’un équipement d’une grande qualité architecturale situé à dix minutes seulement du centre-ville d’Orléans et adjacent à un véritable écrin de verdure, à côté du bois des Montées. »

 « Il faut faire vivre CO’Met »

L’inauguration protocolaire de CO’Met aura quant à elle lieu le 7 janvier au matin. Y verra-t-on Olivier Carré, l’ancien président de la Métropole à l’initiative de ce projet ? Au fur et à mesure que les « dépassements » faisaient gonfler la facture, l’instigateur de ce grand équipement jugé très (trop ?) coûteux a été pointé du doigt plus ou moins directement. Ainsi, lors du dernier conseil métropolitain, plusieurs maires de gauche ont encore renâclé devant une dernière rallonge annoncée de 6 M€. Ces critiques récurrentes venant d’élus qui ont voté le projet et qui l’ont ensuite défendu, Charles-Éric Lemaignen a du mal à les comprendre : « j’ai trouvé ça gonflé d’entendre certains dire qu’ils avaient appris de nouveaux dérapages par la presse, réagit-il. Nous avons présenté toutes les modifications en conférence des maires, il y a eu une totale transparence. Maintenant, sur le fond, lors des négociations avec GL Events sur le fonctionnement de CO’Met, j’ai réussi en gros, par rapport à ce qui était prévu, à gagner 1,5 M€ par an sur neuf années pour la Métropole. À partir de là, vous ne pensez pas qu’on peut investir un peu plus ? » Sur quels éléments nouveaux vont cependant exactement porter ces nouvelles dépenses d’investissement ? Charles-Éric Lemaignen renvoie au conseil métropolitain du 23 janvier prochain, où il orchestrera une présentation complète de ce qu’aura coûté CO’Met. En attendant, l’élu répète inlassablement qu’il faut désormais l’amortir : « Quand on a mis 150 M€ sur un équipement, il faut que cet équipement marche. C’est un outil fantastique qui participera de l’attractivité d’Orléans. » Et tant pis pour ceux qui toussent déjà devant le montant des chèques qu’a dû et que devra signer la collectivité pour faire venir de grands événements sportifs à l’Arena de CO’Met, comme ces 50 000 € que la Métropole versera à la Fédération française de handball pour la venue des Bleus, en janvier. « Vous avez déjà vu des salles en France accueillir ce type de manifestations sans la participation des collectivités ? s’agace Charles-Éric Lemaignen. C’est partout pareil ! » Jeudi dernier, en conseil municipal d’Orléans, l’adjoint aux Sports, Thomas Renault, est aussi revenu sur les prochaines affiches (hand, volley, basket) programmées à l’Arena en 2023 : « Il faut faire vivre CO’Met, a-t-il lancé à des élus d’opposition Si avec Romain Lonlas (conseiller municipal délégué aux grands événements), on n’avait pas fait toutes ces démarches, il n’y aurait rien eu pendant six mois dans cette salle. On fait des choses, et vous n’êtes pas content ! » Lors de cette même session municipale, Michel Martin, maire-adjoint aux finances, a indiqué qu’une enveloppe de 300 000 € serait allouée dans le budget 2023 de la municipalité pour faire venir ces grands rendez-vous sportifs l’an prochain. 

Et l’OLB ?

Alors que le premier grand événement de l’histoire de l’Arena se tiendra donc le 7 janvier prochain, le reste de CO’Met a connu, par sa part, des débuts encourageants. « Les chiffres de fréquentation sont bons mais, peut-être plus important, les exposants sont aussi très satisfaits, se réjouit Charles-Éric Lemaignen. Tout le monde reconnaît la qualité architecturale du site et remarque que la liaison avec le centre-ville est facile. Et celle-ci le sera encore plus à partir du 23 décembre, quand le nouveau parking des Montées sera accessible directement par la RD 2020. » Le pari des prochains mois sera dorénavant de faire fonctionner CO’Met dans son intégralité et de réussir la transition entre une gestion publique et une gestion privée. Celle-ci sera effective le 1er janvier prochain, date à laquelle débutera le contrat d’exploitation de l’entreprise délégataire. L’intégration d’une quinzaine de salariés d’Orléans Val de Loire Événéments (la société satellite de la Métropole qui s’occupait jusqu’alors de la gestion du Parc Expos ou de Chapit’O, par exemple, ndlr) aux équipes de GL Events devrait faciliter ce passage de témoins.

Au-delà des grands événements sportifs et culturels déjà annoncés pour 2023 (concerts de Michel Polnareff et Christophe Maé, spectacle du Cadre Noir de Saumur…), le grand temps fort de l’année prochaine sera aussi l’entrée de l’OLB dans son nouvel outil de travail. Si actuellement, l’équipe n’est pas sportivement au mieux dans son championnat de Pro B, cela ne semble pas remettre en question, pour l’instant, le loyer de 500 000 € par an qu’il devra verser à terme. Mais maintenant que l’OLB est repassée sous la compétence de la Ville d’Orléans, celle-ci remettra peut-être au pot pour permettre au club d’absorber cette charge particulièrement lourde…

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
Maman de Lucas, victime de harcèlement à 13 ans, tient une conférence de presse émouvante dans les Vosges
Lundi, la maman du petit Lucas, un enfant qui s’est...
Charlélie Couture en concert à La Ferté-Saint-Aubin : Découvrez les « Quelques Essentielles » le 10 février
L’espace Madeleine Sologne de La Ferté-Saint-Aubin se prépare à accueillir...
Comment l’association 1-Terre Actions recycle les vélos pour leur donner une seconde vie
François Gallier, le directeur d’1-Terre Actions, se souvient des débuts...