Des maillots… et un quiproquo

Lors du confinement, Thomas Renault, le gardien de but de l’USO, s’est associé à son ami Martial Desbordes pour lancer l’opération « Un cœur, un maillot ». Un peu plus de 50 000 € ont été récoltés lors d’une vente aux enchères numérique qui s’est close le 3 mai dernier et a occasionné, malgré tout, quelques petites frictions politiques… 
Benjamin Vasset
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Thomas Renault et Martial Desbordes sont amis de longue date. Tous les deux ont, durant le confinement, lancé l’opération « Un cœur, un maillot », dont le but était de récolter des fonds pour aider les personnels soignants de la région et des associations locales. Comment ? En mettant aux enchères des « lots » donnés par des sportifs du coin : le plus souvent un maillot ou des tenues qu’ils auraient portés ; parfois une paire de crampons ou des gants de boxe, selon la spécialité de l’athlète en question. Côté ballon rond, au-delà des coéquipiers actuels et passés de Thomas Renault à l’USO, quelques grands noms se sont mêlés à l’opération, comme le champion du monde 2018 Olivier Giroud, (ancien attaquant du Tours FC), Patrick Vieira, actuel entraîneur de l’OGC Nice et originaire de Dreux, ou encore Guy Stéphan, adjoint de Didier Deschamps qui passa par l’USO au milieu des années 80 lors de sa carrière de joueur. « Tous avaient envie de raconter la même histoire que nous, synthétise Thomas Renault. Cela s’est fait dans une grande simplicité. »

« On ne s’attendait pas à être mis en porte-à-faux »
Thomas Renault et Martial Desbordes

La vente aux enchères organisée gracieusement par Maître Semont, commissaire-priseur à Orléans, s’est terminée le 3 mai dernier et a permis de récolter 50 293 €. Les 129 lots ont tous trouvé preneurs auprès de 99 acquéreurs venant de la région Centre-Val de Loire, mais aussi d’autres départements de France, et même du Luxembourg et des… États-Unis. Le lot qui aura été le plus disputé reste le maillot des Bleus donné par Guy Stéphan et signé par les champions du monde 2018 : il s’est arraché pour 5 200 €. L’argent récolté par cette opération va être reversé au CHRO, mais aussi aux hôpitaux de Bourges, de Châteauroux, de Blois et de Tours. La Protection Civile de chaque département de la région sera aussi servie, tout comme l’association orléanaise Les mains tendues. Dans quelle proportion le gâteau sera-t-il ensuite partagé ? « Environ 40 % des recettes seront dirigées vers l’hôpital d’Orléans, indique Thomas Renault. L’argent ira principalement à ceux qui ont lutté et luttent encore contre le Covid-19. Nous voulons améliorer le quotidien des personnels soignants, par exemple leurs salles de pause, en achetant pourquoi pas un baby-foot. On veut que l’argent soit utilisé à bon escient et qu’il laisse une trace, que ça soit concret. Peut-être que nous allons également acheter des bons des Vitrines d’Orléans (voir p.11) et les redistribuer ensuite aux personnels. »

Solidarité… et tensions

Mais au fait, comment est née cette opération ? Martial Desbordes affirme que celle-ci fut, pour lui, une façon de « renvoyer l’ascenseur au CHRO ». « J’y ai été opéré 11 fois, et le professeur qui s’est occupé de moi a été l’un des premiers à être touché par le Covid-19 dans le Loiret », rappelle-t-il. Aussi, quand le confinement a été prononcé, les deux hommes racontent s’être demandés comment ils pourraient agir pour mettre sur pied une initiative solidaire à destination des personnels soignants de la région. Thomas Renault le clame ainsi haut et fort : il n’a pas été téléguidé par Serge Grouard, duquel il était le colistier en mars dernier, et la démarche « Un cœur, un maillot » n’a rien à voir, selon lui, avec l’action politique des « Orléanais au Cœur ». Pourtant, dans le camp Carré, ils ont été quelques-uns à voir dans cette opération un coup de comm’ organisé dans un petit cercle, l’opération s’étant par exemple adossée au fonds de dotation « J’aime mon enfant différent », créé par Alex Vagner, ennemi déclaré de Soufiane Sankhon, actuel adjoint aux Sports et n°11 sur la liste Carré. « Comme nous n’avons pas créé d’association, nousavons été  « hébergés » par « J’aime mon enfant différent », qui reversera l’argent récolté aux différentes associations, explique Thomas Renault. 

D’autre part, je déplore qu’on dise que nous avons fait de la politique. Si cela avait été le cas, je ne me serais pas affiché avec Martial. » Le même Martial Desbordes qui dit lui aussi avoir été touché par les critiques entendues ici ou là : « je ne m’attendais pas à être mis en porte-à-faux de cette manière. »

Dans un message Facebook posté le 24 avril dernier, Soufiane Sankhon a, d’ailleurs, publiquement égratigné Thomas Renault en des termes choisis : « je soutiens naturellement l’initiative de mon conseiller municipal (sic)(…). N’ayant pas été sollicité, certainement trop vieux, c’est sans ressentiment quant à une omission que je n’ose pas imaginer être le lot d’une stratégie électoraliste… » Yann Baillon, conseiller municipal délégué au sport de haut niveau et proche de Soufiane Sankhon, a lui aussi précisé ne pas avoir été sollicité. Agacé, Martial Desbordes répond : « si on les a vexés, on s’en excuse… Moi, je suis proche du milieu de la boxe et de Thierry Primault, que j’ai rapidement contacté. Avec Soufiane Sankhon, on se salue, mais je ne connais pas plus que ça son palmarès sportif… » Thomas Renault renchérit : « j’ai contacté Philippe Pezet (ndlr, lui aussi présent sur la liste Carré) qui, pour sa part, a été très correct et m’a demandé s’il pouvait en parler à Soufiane, que je n’ai donc pas contacté directement. Cela dit, aujourd’hui, ses messages, je m’en tape. C’est du bac à sable. » Le gardien de l’USO ne se prive pas, pour autant, d’envoyer une petite pique à l’attention d’Olivier Carré en personne : « c’est le maire d’Orléans qui aurait dû dire : « on fait les choses ensemble ». C’est au capitaine de rassembler ses troupes et de faire en sorte qu’elles ne se dispersent pas. » Ou comment les imbroglios sportifs, personnels et politiques de ces derniers mois continuent de laisser des crispations qui, elles, n’ont visiblement pas connu de confinement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
Des fêtes johanniques au format réduit !
En raison du Covid-19, Serge Grouard, maire d’Orléans depuis samedi...
Serge Grouard est redevenu, ce samedi, maire d’Orléans
Après la victoire de sa liste dimanche dernier à l’issue...
« Ça ne peut pas durer comme ça », prévient le patron de la Scène Nationale d’Orléans
En marge de la présentation de la saison 2020-2021 de...
Événements de la semaine
26
Août
Orléans – Jardin de la Charpenterie
de 15h à 17h.
15
Août
Orléans – Cathédrale Sainte-Croix
à 19h30.
13
Août
Orléans – Quai de Prague.
#
8
Août
Orléans – Base de Loisirs de l’île Charlemagne
à 21h.
31
Juil
Orléans – Novotel
à 19h30.
25
Juil
Orléans – Parc Floral de la Source
à 21h30.
ARTICLES RÉCENTS