|
|
|
Le sport s’en rajoute une couche

Le sport s’en rajoute une couche

La région Centre-Val de Loire a été la première de France, la semaine dernière, à installer une « conférence régionale du sport » dans le pays. Si l’objectif est louable – favoriser la pratique sportive – les moyens semblent nébuleux.
B.V
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

La ministre des Sports, Roxana Maracineanu, s’est déplacée, en personne, mercredi dernier, à Orléans, pour participer à l’installation de la première « conférence régionale du sport » sur le territoire national. Cet outil, qui ne dira rien à 99,99 % des gens, vise en fait à mettre sur pied une « gouvernance partagée » du sport dans les régions autour d’une conférence d’une cinquantaine de membres, à la tête de laquelle se tiendra un président (en l’occurrence François Bonneau pour le Centre-Val de Loire) et deux vice-présidents. 

Cette conférence va devoir rédiger un « diagnostic sportif territorial », duquel devra être tiré, à horizon 2023, un « projet sportif territorial ». Le but ? Favoriser la pratique du sport sur le terrain et, accessoirement, aider à la compétitivité du sport français de haut niveau à l’échelle internationale, en répartissant de façon plus coordonnée l’argent de l’État (et de son bras armé, l’Agence Nationale du Sport) et d’autres bailleurs de fonds. La ministre des Sports a ainsi défendu cette réorganisation en expliquant que ce n’était, en gros, pas à Paris de décider de tout. 

Au pays de la « jargonerie »

Se dégage ainsi un parfum de décentralisation qui, à première vue, paraît séduisant. Sauf qu’après avoir assisté à son installation, on a encore bien du mal à comprendre à quoi va servir cet outil qui a tous les airs d’une nouvelle couche rajoutée à l’inextricable millefeuille politico-administratif dont la France est la championne toutes catégories. Pour résumer, on a l’impression qu’on a surtout passé beaucoup de temps à se réunir pour organiser conférences régionales du sport, sortes de grandes réunions qui, elles-mêmes, devront caler d’autres réunions, et notamment des « conférences des financeurs ». Celles-ci, comme leurs noms l’indiquent, devront réfléchir à la façon dont les entreprises privées pourraient renforcer leur accompagnement du sport. Ce qui ressort in fine de tout cela, c’est qu’en France, on adore dire qu’il faut « se mettre autour de la table », mais qu’on a bien du mal à le faire rapidement. Pourquoi d’ailleurs mettre sur pied ce type de « conférences » alors qu’une direction décentralisée de l’État, comme il en existe déjà partout, sur tous les territoires, aurait pu le faire directement ? Parce que Paris ne veut pas tout imposer, dixit encore la ministre.
Au sein même des collectivités territoriales, qui sont en théorie associées au bon avancement de ces « conférences régionales du sport », on ne savait pas trop, la semaine dernière, si celles-ci auraient un effet contraignant sur leurs décisions. « L’idée, ce n’est pas d’imposer, mais de susciter, suivant une méthode participative en intra-régional », ont répondu Roxana Maracineanu et François Bonneau, assombrissant ainsi l’utilité pratique de ce nouveau bébé qui prouve toutefois qu’en France, à tous les niveaux, on peut faire très compliqué tout en faisant croire que c’est très simple. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
Orléans : la police municipale dotée de nouveaux pouvoirs pour lutter contre l’ivresse publique manifeste
Aux beaux jours, les forces de l’ordre traitent en moyenne...
Maman de Lucas, victime de harcèlement à 13 ans, tient une conférence de presse émouvante dans les Vosges
Lundi, la maman du petit Lucas, un enfant qui s’est...
Charlélie Couture en concert à La Ferté-Saint-Aubin : Découvrez les « Quelques Essentielles » le 10 février
L’espace Madeleine Sologne de La Ferté-Saint-Aubin se prépare à accueillir...

Signaler un commentaire