|
|
|
Les Simones roulent vers le succès

Les Simones roulent vers le succès

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

« Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur? »

Le Roller Derby est une jeune discipline en France. Sortie des tréfonds de l’histoire contemporaine, mêlant sport et spectacle, il trouve un nouveau souffle depuis plus d’une dizaine d’années. Si le Roller Derby a connu son âge d’or d’avant-guerre aux États-Unis avant d’entamer son déclin à la fin des années 60, sa renaissance n’a pas simplement impacté les USA mais s’est également répandue rapidement sur le Vieux continent. Il y a d’ailleurs dans cette course aux points tous les ingrédients d’une discipline moderne : stratégie, maîtrise et rudesse.

En 2011, Les Simones voient le jour. Un groupe de filles, soucieuses d’évoluer dans une discipline au sein de laquelle elles pouvaient revendiquer une forme de féminité moins marquée par les clichés habituels, développent cette discipline en pleine émergence. Et le succès fut immédiat.

Structurer pour mieux s’épanouir

Section à part entière d’Orléans Roller, elles ont évolué comme des pionnières. Dans une discipline qui ne connaissait encore aucun encadrement officiel au plan national, elles ont structuré leur groupe, multiplié les entraînements pour maîtriser les gestes, acquis l’esprit de groupe nécessaire à la pratique du Roller Derby avant de se confronter à d’autres équipes qui avaient émergé sur le territoire national. Des tournois qui d’ailleurs ont rempli la salle de spectateurs pour le plus grand plaisir – mais aussi avec étonnement et ravissement – des Simones.

Et c’est au sein de la Fédération Française de Roller Sport que l’équipe orléanaise et toutes les autres formations ont trouvé un lieu pour structurer, cette fois au plan national, leur sport.

« Orléans s’impose comme une place forte de la discipline »

Première conséquence de cette évolution dans l’organisation du Roller Derby, la création de compétitions avec trois différents niveaux (Elite, national 1 et 2). Et pour leur première année, Les Simones ont terminé troisième de leur poule de National 2 avec seulement deux défaites.

Cette année, le bilan est pour l’instant encore plus positif. Elles pourraient, le 1er avril prochain, face à Rouen, lors du dernier match de poule, se qualifier pour les play-offs. Un adversaire de taille pour les Orléanaises qui ne se sont jamais imposées face à cette formation. « Mais on n’était pas non plus attendu face aux Paris Roller Girls », commente Émeline Guémené, un des piliers de la formation johannique. Et face aux Veuves Noires de Rouen, Les Simones trouveront peut-être une parade stratégique pour déstabiliser ce mastodonde de la poule.

Les Simones dans le Top 20 national

Reste qu’à l’inverse des disciplines habituelles, le Roller Derby ne se contente pas de s’étalonner dans le cadre d’un championnat national. À l’instar du classement ATP en Tennis, toutes les rencontres qui s’organisent au-delà du calendrier de chaque division apporte un volume de points. Si cela peut paraître complexe pour les profanes, deux chiffres suffiront à éclairer sur le positionnement des Orléanaises. Parmi la centaine d’équipes actuellement référencée en France, elles sont actuellement positionnées à la 19e place. Et malgré la prédominance de certaines nations en Europe qui ont plus rapidement emboîté le pas aux USA après la renaissance du Roller Derby, Les Simones occupent la 129e position du classement européen. Un étalonnement qui démontre que le travail de structuration des Orléanaises a porté ses fruits, que leurs performances ne connaissent pas de « trou d’air » et que la cité johannique est en train de s’imposer, tout au moins en France, comme une place forte de la discipline.

Rappelons enfin que Les Simones continuent de recruter pour alimenter notamment leur équipe B constituée de joueuses débutantes.

Pour tous renseignements : orleansrollerderby.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
Yann Hervis, l’artiste orléanais à découvrir grâce à ses œuvres en bois uniques
À travers ses œuvres qui jalonnent le cœur historique du...
La Métropole Orléanaise offre des lieux et des temps d’écoute pour les aidants touchés par Alzheimer, handicap, troubles psychiatriques
Alzheimer, handicap, troubles psychiatriques… La maladie a des effets sur...
La Sainte Famille à Orléans installe La Boussole pour offrir un accueil non-médicalisé pour personnes bipolaires et schizophrènes
L’association La Sainte Famille a acquis à Orléans l’ancienne Maison...

Signaler un commentaire