|
|
Stanislas Gros bulle à Orléans
|
|
Stanislas Gros bulle à Orléans

Stanislas Gros bulle à Orléans

Depuis le mois de janvier, le centre Charles Péguy accueille un artiste orléanais en résidence d’écriture de bande dessinée. Une action initiée par la mairie d’Orléans dans le cadre de l’année de la BD, et qui devrait déboucher sur une première exposition en avril-mai.
Gaëla Messerli
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

À quelques mètres du célèbre J’accuse de Zola, et à quelques marches du Musée Péguy, l’artiste orléanais Stanislas Gros travaille actuellement – et pendant quatre mois – à la réalisation de huit planches format A3 dans le cadre de l’année de la BD, une opération menée par la mairie d’Orléans en partenariat avec le Centre National du Livre et l’Association France Urbaine. Une action commune à neuf territoires français. 

Si Rouen a choisi Flaubert et si Brest a opté pour le chevalier de Fréminville, à Orléans, le personnage local retenu est Charles Péguy. « Une figure encore trop méconnue des Orléanais, alors que c’est un écrivain complexe. Il était socialiste et catholique ! », commente William Chancerelle, l’adjoint à la Culture. Un écrivain cependant plus que jamais dans l’air du temps, car convoqué aussi bien par Edwy Plenel que par Alain Finkielkraut… Pour départager les artistes candidats, parmi le jury, se trouvait un expert en BD orléanais : Alain Zillhard, de Légend BD. 

Péguy et Orléans 

« J’ai été sélectionné car je raconte une histoire avec les façades d’Orléans, que j’adore dessiner, explique Stanislas Gros. Après, le défi était de raconter l’histoire à travers les fenêtres et d’intégrer Charles Péguy, un personnage difficile à résumer, car il n’a pas dans son œuvre de figure marquante, comme Raboliot pour Genevoix. Il y a Jeanne d’Arc et beaucoup de politique… » Pour l’occasion, l’auteur s’est plongé dans les textes de l’écrivain orléanais et intègre dans son scénario une vision de la ville avec un aspect écologique. « J’ai dessiné un moulin flottant comme celui que l’on trouve au Musée archéologique, la stèle de Péguy ou encore des façades de La Source et du Faubourg Saint-Vincent, évoque l’artiste. Je pense mettre un dessin de Maurice Genevoix, car je l’aime bien aussi ! » Le tout devrait être également coloré. 

Côté rencontres, celles-ci sont malheureusement suspendues pour le moment en raison du contexte sanitaire. Pourtant, des ateliers de création de BD et un concert dessiné devaient être organisés. Il faudra donc surveiller les annonces mais, pour l’heure, seule une rencontre avec le lycée Voltaire est prévue autour de l’adaptation des œuvres littéraires, car Stanislas Gros est aussi connu pour son adaptation du Dernier jour d’un condamné, de Victor Hugo, et du Portrait de Dorian Gray, d’Oscar Wilde. Une exposition de son travail et de ses dessins préparatoires est attendue pour avril-mai au centre Charles Péguy, et une exposition itinérante devrait être ensuite constituée avec les BD réalisées dans les autres villes participantes. Il ne manque donc que le feu vert !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
Christophe Liony, médecin des âmes : le nouveau curé de la paroisse Saint-Vincent à Orléans
Depuis la rentrée, la paroisse Saint-Vincent à Orléans compte un...
Fool System célèbre ses 10 ans d’existence avec la sortie de son dernier album de rock franc « L’Heure bleue » – un succès pour le groupe Orléanais
Le groupe orléanais Fool System célèbre ses dix ans d’existence...
Réouverture du Théâtre Gérard-Philipe après des travaux de rénovation – Amélioration de l’isolation, de l’accès et de la sécurité à La Source
Au terme de trois mois de fermeture et de travaux...