|
|
Tang’ : moins vite, c’est mieux ?

Tang’ : moins vite, c’est mieux ?

Depuis le 2 novembre 2020, une partie de la tangentielle a vu la vitesse maximale de circulation des véhicules baisser à 70 km/h, notamment entre Saint-Jean-de-la-Ruelle et la Fosse Bénate. Pour quelles conséquences ?
Benjamin Vasset
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

La RD 2060, plus communément connue sous le nom de tangentielle par les usagers, est l’un des plus gros axes de circulation sur la métropole orléanaise. De 53 000 à 56 000 véhicules l’empruntent tous les jours, avec parfois des pointes à 60 000 véhicules/jour. Afin d’assurer une plus grande sécurité sur cette deux fois deux voies, de limiter le nombre de bouchons et de gagner en confort (auditif notamment), le Département du Loiret, responsable de cette section, a réalisé en 2020 une série d’aménagements structurants.

Depuis le 2 novembre dernier, la vitesse maximale autorisée (VMA) a ainsi été abaissée à 70 km/h entre l’entrée d’agglomération de Saint-Jean-de-la-Ruelle et la Fosse Bénate (soit un peu plus de 9 km), et à 90 km/h entre La Fosse Bénate et l’échangeur de la RD 2152 (soit 3,3 km). Et selon le Département, les chiffres parlent d’eux-mêmes : aucun accident corporel n’a été à déplorer sur la partie à 70 hm/h depuis début novembre.

Finalement, une augmentation…de la vitesse moyenne !

Sur la partie à 90, un poids lourd et un véhicule léger sont entrés en collision le 25 février dernier. Mais selon le Département, la piste d’un malaise de la conductrice du véhicule léger reste privilégiée. Si encore un peu de recul est nécessaire pour mettre en corrélation la baisse de la vitesse avec le niveau de l’accidentologie sur ces portions de la tang’, le Département du Loiret est optimiste : il s’appuie par exemple sur l’expérience conduite sur le périph’ à Paris : depuis que la vitesse y a été abaissée, le nombre d’accidents y a chuté de 15,5 %… Gain majeur pour la RD 2060 : la baisse de la VMA permet notamment d’influer sur le risque de conflit au niveau des voies d’insertion, lesquelles sont structurellement plus adaptées à une vitesse de 70 km/h qu’à 90 et 80 km/h.

Par ailleurs, ces dispositions prises en terme de vitesse nuisent-ils à la fluidité du trafic sur la tangentielle ? Non, répond le Département, qui explique en préambule que la RD 2060 est en principe calibrée pour accueillir, au maximum, 45 000 véhicules par jour… D’où les bouchons réguliers qui jalonnent cet axe routier et tapent, aussi, sur le système des automobilistes. Là encore, les services départementaux détricotent l’idée selon laquelle, en abaissant la vitesse maximale autorisée, on augmenterait les temps de trajet : sur le périph’ parisien, la diminution de la VMA a par exemple provoqué une… hausse de la vitesse moyenne des usagers de 12 à 18 km/h aux heures de pointe ! « Une vitesse plus régulière entraîne moins d’effets accordéon et donc une fluidité renforcée. De même, une meilleure fluidité sur la tangentielle débouche sur une meilleure fluidité sur les axes de la métropole, et notamment les axes perpendiculaires », disent les services départementaux.

Conjugué à des travaux réalisés en terme de revêtement, l’abaissement de la vitesse maximale aurait égalament provoqué des améliorations en termes de pollution auditive. « Au total, on assiste à une baisse de 7 à 8 décibels sur la tangentielle. Les niveaux sonores sont ainsi inférieurs à 55 décibels (le jour) et à 50 décibels (la nuit), ce qui peut être qualifié de niveau sonore modéré à relativement calme sur la partie de la tang’ avec l’enrobé acoustique », assure le Département.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
Maman de Lucas, victime de harcèlement à 13 ans, tient une conférence de presse émouvante dans les Vosges
Lundi, la maman du petit Lucas, un enfant qui s’est...
Charlélie Couture en concert à La Ferté-Saint-Aubin : Découvrez les « Quelques Essentielles » le 10 février
L’espace Madeleine Sologne de La Ferté-Saint-Aubin se prépare à accueillir...
Comment l’association 1-Terre Actions recycle les vélos pour leur donner une seconde vie
François Gallier, le directeur d’1-Terre Actions, se souvient des débuts...