Un budget impacté par le Covid

Même si nous ne sommes qu'à la moitié de l'année, le budget 2020 du Département va évoluer en raison de la crise sanitaire. L’impact devrait cependant être contenu grâce aux résultats favorables enregistrés par la collectivité en 2019.
G.M
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Le Covid-19 fait des dégâts financiers, et pas seulement au niveau des entreprises : les collectivités en payent également les conséquences, avec des dépenses supplémentaires et des recettes en moins. « Nous avons été moins touchés que le Grand Est au niveau sanitaire, notamment dans les EHPAD, mais le Covid-19 a un impact dans le budget départemental », explique ainsi Marc Gaudet, le président du Département, qui estime les dépenses d’équipements de protection pour les agents (et la population) ainsi que l’investissement auprès de certaines filières touchées à 8,7 M€ pour sa collectivité. Marc Gaudet observe aussi un manque à gagner au niveau des recettes liées aux droits de mutations à titre onéreux (DMTO, les fameux droits de notaire des transactions immobilières) de près de 15 M€ ainsi qu’1,2 M€ de taxe d’électricité en moins en raison de la fermeture de nombreuses entreprises. Une addition salée, sans compter la progression des allocations RSA, qui pourrait atteindre les 15 M€ à la fin de l’année, ou encore les primes à verser aux personnels des EHPAD et les investissements effectués pour la reprise des chantiers estimés à près de 100 M€.

2019 sauve 2020

Pas terrible pour le budget du Département, qui réussit néanmoins à contenir l’impact grâce aux bons résultats de l’an passé en matière de DMTO. « Cela représentait 97 M€ l’an dernier, et c’était historique, souligne Marc Gaudet. Avec la fin du confinement, nous devrions aussi en récupérer cette année, mais pas autant que l’an dernier. Nous devrons en tenir compte pour le budget 2021. » Pour l’heure cependant, pas d’augmentation des DMTO annoncée pour 2021, « car le taux est actuellement limité par le Gouvernement et nous sommes au maximum », certifie le président du Département. 

Pour les élus du conseil départemental, les effets de la crise devraient se prolonger au-delà de 2020 et la collectivité devra faire face à certaines dépenses, notamment celles d’insertion et d’autonomie, tout en accusant une perte des recettes de la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises et de la taxe d’aménagement 2021. De quoi devoir, plus que jamais, jouer les équilibristes…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
Des fêtes johanniques au format réduit !
En raison du Covid-19, Serge Grouard, maire d’Orléans depuis samedi...
Serge Grouard est redevenu, ce samedi, maire d’Orléans
Après la victoire de sa liste dimanche dernier à l’issue...
« Ça ne peut pas durer comme ça », prévient le patron de la Scène Nationale d’Orléans
En marge de la présentation de la saison 2020-2021 de...
Événements de la semaine
26
Août
Orléans – Jardin de la Charpenterie
de 15h à 17h.
15
Août
Orléans – Cathédrale Sainte-Croix
à 19h30.
13
Août
Orléans – Quai de Prague.
#
8
Août
Orléans – Base de Loisirs de l’île Charlemagne
à 21h.
31
Juil
Orléans – Novotel
à 19h30.
25
Juil
Orléans – Parc Floral de la Source
à 21h30.
ARTICLES RÉCENTS