|
|
Une orléanaise condamnée pour violences conjugales

Une orléanaise condamnée pour violences conjugales

Une fois n’est pas coutume, c’est une femme de 28 ans qui a été jugée la semaine dernière au Tribunal judiciaire d’Orléans pour violences conjugales envers sa concubine. La victime porte toujours au visage la cicatrice d’une morsure infligée par son ex-compagne… 
L.B.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Dès le début de leur relation, en 2016, Laëtitia avait pourtant prévenu Tyffaine, 20 ans à l’époque : « Cela ne durera pas. Je te traiterai comme une princesse pendant trois mois, et ensuite… » La suite, ce furent des avalanches d’humiliations et d’insultes, des côtes cassées, une fissuration du scaphoïde, des menaces de mort et des jours d’ITT. À cela s’ajouta une tentative d’étranglement et une morsure au visage qui laissa la victime dans une énorme flaque de sang. Laetitia sauta un jour à pieds joints sur la cheville de Tyffaine, qui céda. Un véritable déchaînement de violence dont Laetitia était coutumière, elle qui avait déjà fait subir un sort quasi-identique à l’une de ses ex-compagnes. Elle avait d’ailleurs été condamnée en 2018 par le même tribunal…

« Je me sentais tellement seule… »

En mars 2019, le jour de la morsure qu’elle infligea à Tyffaine, Laëtitia avait commencé par rouer de coups sa compagne, qui avait fini par appeler la police, terrorisée à la fois pour elle et pour son autre colocataire. Car quelque temps après le début de leur relation, Laëtitia, alors sans domicile fixe, avait installé Julie, une autre femme, chez Tyffaine, sans que celle-ci n’en comprît bien la raison. Julie révéla par la suite aux enquêteurs avoir été elle aussi violentée par Laetitia…

En ce jour de mars 2019, après l’intervention des policiers, Laëtitia ressortit libre de sa garde à vue et alla chercher Tyffaine à l’hôpital. Celle-ci n’eut pas la force de lui résister… « Elle a menacé de me tuer ou de se suicider, déclara cette dernière, en larmes, à la barre du Tribunal d’Orléans. Je me sentais tellement seule, comme isolée dans une bulle. Je croyais que c’était moi qui étais folle… Je m’en suis sortie, mais encore aujourd’hui, je ne vis plus… » En décembre 2019, Laetitia a cependant fini par partir de chez Tyffaine pour suivre une autre femme, direction Dunkerque, empêchant par là même l’enquête sociale de se faire. Depuis, Laetitia vit dans le Nord et travaille en Belgique. La semaine dernière, elle ne s’est pas présentée à la barre du Tribunal d’Orléans, bien qu’elle y fût convoquée pour la deuxième fois suite à un renvoi pour absence. « Pour moi la femme, c’est la douceur, et cela m’a choqué de voir le calvaire vécu pendant presque quatre ans par Tyffaine », a pour sa part déclaré l’avocat de la victime. Les juges ont quant à eux suivi les réquisitions du procureur et condamné Laetitia à dix mois de prison, dont cinq avec sursis probatoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire

Signaler un commentaire