|
|
Une plateforme pour les aidants

Une plateforme pour les aidants

Depuis juin dernier, la plateforme REP'AIRE d'Orléans Métropole et de l'ouest du Loiret a suivi près de 140 aidants de personnes atteintes des maladies d'Alzheimer et apparentés, de la maladie de Parkinson et de la sclérose en plaques ...
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp
Fabienne Kerdraon, responsable de la plateforme REP’AIRE.

Maladies neurodégénératives dans le Loiret 

Avoir un proche atteint d’une maladie neurodégénérative peut vite devenir épuisant pour les aidants familiaux. Cependant, dans le cadre d’un appel à projets lancé par l’ARS Centre-Val de Loire, l’association France Alzheimer a lancé, en partenariat avec Assopark, France Parkinson et le réseau Neuro Centre, une deuxième plateforme dans le Loiret (NDLR : une plateforme existait déjà à Sully-sur-Loire) en direction des familles touchées par les maladies neurodégénératives. Son objectif est d’accompagner les aidants dans leur parcours face à la maladie de leurs proches, en termes d’informations, de soutien mais aussi en leur proposant du répit.

Une aide gratuite 

« Pour les aidants, l’idéal est d’établir avec nous un contact assez tôt dans le développement de la maladie de leurs proches », explique Fabienne Kerdraon, infirmière et responsable de la plateforme REP’AIRE, qui propose à l’aidant un entretien après son premier appel. « Ensuite, nous l’informons et nous l’orientons aussi en fonction de sa situation, car toutes sont différentes. Nous ne sommes pas un guichet unique : nous mettons aussi en place un accompagnement dans l’évolution de la maladie. » L’objectif est notamment de permettre à l’aidant d’envisager du répit et de l’inviter à conserver un lien social. « Les aidants sont pris dans le quotidien de la maladie, développe Fabienne Kerdraon. Par contre, une fois qu’une mesure de répit est mise en place, c’est plus simple. Et après, les aidants ne reviennent plus en arrière. »

« Nous ne sommes pas un guichet unique »

Les équipes de la plateforme recensent ainsi l’offre existante de répit possible : des accompagnements sous forme de soutien psychologique, d’accueils de jour ou encore des séjours de vacances adaptées peuvent être conseillés. REP’AIRE peut également orienter vers des ateliers et des conférences, mais aussi vers des formations sur la maladie. Celles-ci comportent des outils concrets afin de mieux comprendre la personne qu’ils accompagnent, car l’anticipation est l’élément-clef dans le parcours de l’aidant. Fabienne Kerdraon indique enfin que REP’AIRE peut « aussi aider à évaluer l’aidant dans ce qui est utile dans le cadre de la demande d’APA (Allocation Personnalisée d’Autonomie). » 

11, C’est, en millions, le nombre d’aidants en France qui accompagnent un proche atteint d’une maladie ou d’un handicap.

Plus d’aidantes que d’aidants

Pour l’heure, depuis son lancement, même si la plateforme ne se limite pas à la seule maladie d’Alzheimer, la majorité des appels concernait cette dernière. REP’AIRE précisait aussi que les aidants étaient également à 75 % des femmes, et que leur âge se situait en moyenne entre 50 et 70 ans (38 %). Ils étaient également pour 54 % des conjoints, et pour 42 % des enfants. Compte tenu de la démographie, ces aidants vivent sans surprise dans la métropole orléanaise pour 79 % d’entre eux. 

+ D’infos

Pour les aidants de personnes atteintes des maladies concernées, il est possible d’appeler la plateforme du lundi au vendredi de 9h à 12h30 et de 13h30 à 17h, au 02 38 82 83 36.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire

Signaler un commentaire