|
|
Vaccination contre le Covid-19 dans le Loiret : c’est parti

Vaccination contre le Covid-19 dans le Loiret : c’est parti

Gaëla Messerli
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Hier, les premiers EHPAD pilotes du Loiret ont commencé la campagne vaccinale et ce mercredi, celle-ci démarre au CHR d’Orléans. L’établissement orléanais est responsable de l’approvisionnement des EHPAD publics du Loiret, mais aussi de la vaccination des professionnels de santé libéraux et hospitaliers de plus 50 ans. « Nous avons 4 875 doses stockées à 80°C dans notre super congélateur, indique Isabelle Hermelin, la responsable de la pharmacie centrale de l’Hôpital. Les doses, une fois sorties de ce congélateur, se conservent cinq jours entre 2° et 8°C. » 

Le déploiement de la vaccination touche, pour l’heure, les publics prioritaires : les personnes âgées en EHPAD, mais aussi le personnel soignant de plus 50 ans ou présentant des comorbidités. « Le ministre vient d’élargir aussi aux pompiers et aux aides à domiciles, précise Olivier Boyer, le directeur de l’Hôpital d’Orléans. Cela représente 380 personnes concernées pour les pompiers du département. Au niveau du personnel de l’hôpital, 1 400 personnes ont été recensées dont 200 médecins, mais la médecine du travail m’indique qu’il y en a plus avec les soignants souffrant de comorbidités… » Pour dispenser les premières doses, une deuxième livraison de 4 875 doses est prévue d’ici au 12 janvier. 

Plusieurs centres dans le Loiret 

Pour vacciner les personnels hospitaliers du CHRO comme ceux de Daumézon ainsi que les établissements en dépendant dans la métropole, le troisième étage du bâtiment bleu servira de centre de vaccination. « L’Archette et Oréliance organisent eux-mêmes la vaccination de leurs personnels, nous les livrerons », poursuit Olivier Boyer. Un deuxième centre est installé dans l’ancien hôpital Porte Madeleine pour les professionnels libéraux. Pour permettre la couverture de l’ensemble du Loiret, des centres seront installés à Gien, Montargis, Pithiviers et Beaugency. Dans chaque centre, des personnels infirmiers et un médecin seront présents. « Les médecins libéraux et infirmières libérales participent à cette campagne. Nous avons aujourd’hui déjà 34 médecins libéraux volontaires. Le Conseil de l’Ordre des médecins et celui des infirmiers libéraux centralisent les propositions. » 

Pour se faire vacciner, les professionnels doivent prendre rendez-vous via monchrorleans.fr. À l’issue du premier rendez-vous, un deuxième rendez-vous leur sera donné 21 jours plus tard pour leur administrer la deuxième dose. Si le vaccin Moderna est mis rapidement sur le marché, l’Hôpital devrait utiliser les deux vaccins (pour l’heure, la vaccination commence avec celui de Pfizer et BioNTech, ndlr). 

« Il y a plus de bénéfices que de risques ! » 

Même si la réticence à la vaccination est une réalité chez les personnels soignants, le docteur Prazuck espère que, comme pour la vaccination contre la grippe, les soignants suivront le mouvement. « Nous avons eu beaucoup plus de demandes cette année pour le vaccin contre la grippe. Les trois infectiologues de plus de 50 ans, dont moi-même, vont se faire vacciner. On doit montrer l’exemple. Il y a moins de risque de réaction qu’avec le vaccin contre la fièvre jaune ! »

Pour les personnes qui s’inquiètent des conséquences de l’utilisation de l’ARN messager, Thierry Prazuck se veut rassurant : « c’est une nouvelle technique déjà utilisée en thérapie génique. C’est comme une sorte de code-barre, mais il ne pénètre pas le noyau, cela ne touche pas le génome. C’est un processus relativement naturel. » Quant au risque qui explique le besoin d’une petite surveillance de 15 minutes après la piqure et un protocole, il n’est pas « lié au vaccin lui-même. C’est un risque allergique au polyéthylène glycol (PEG) qui est de 1/50 000. » Comme le docteur Prazuck, la pharmacienne Isabelle Hermelin rappelle également que, pour tous « les médicaments, même le paracétamol, il y a un risque. Sur le vaccin, il y a donc plus de bénéfices que de risques ! »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
Maman de Lucas, victime de harcèlement à 13 ans, tient une conférence de presse émouvante dans les Vosges
Lundi, la maman du petit Lucas, un enfant qui s’est...
Charlélie Couture en concert à La Ferté-Saint-Aubin : Découvrez les « Quelques Essentielles » le 10 février
L’espace Madeleine Sologne de La Ferté-Saint-Aubin se prépare à accueillir...
Comment l’association 1-Terre Actions recycle les vélos pour leur donner une seconde vie
François Gallier, le directeur d’1-Terre Actions, se souvient des débuts...