Cette année encore, le Festival, qui va attirer plusieurs centaines de milliers de spectateurs, est le fruit d’un long travail, d’une lente maturation. Les projets ont d’abord germé à l’automne dans l’imagination des créateurs, architectes-paysagistes ou jardiniers avant d’être soumis au jury composé de quinze personnes sous la présidence de Chantal-Colleu Dumont, directrice du Domain de Chaumont, à la fin de l’année dernière. Dès la fin de l’hiver, les travaux ont commencé pour permettre aux 24 projets retenus d’éclore au printemps.

Maintenant que le festival est ouvert, c’est au public de finir le travail en quelque sorte en venant admirer ces créations particulièrement remarquables cette année, comme si le thème du biomimétisme avait été très inspirant. Et qu’on se rassure : ils ne se sont pas copiés ! Bien au contraire, il y a parmi les propositions de cette édition, quelques écrins vraiment très originaux. Pour n’en citer qu’un, voici « Retour aux racines », un projet franco-italien de Julien Truglas, Giulia Piggnocchi et Alain Douchet (photo 1). Les jardiniers du Domaine ont aussi apporté leur vision à ce thème du biomimétisme – dans les espaces du Festival mais sans participer au concours – en créant notamment, ce jardin de la termitière qui apporte une touche à la fois minérale et animale au Festival (photo 2).

Chaumont, centre d’art et de nature

Parmi les nombreuses autres créations présentées cette année à Chaumont, il y a aussi quatre « cartes vertes » accordées à Alexis Tricoire, Jean-Phillippe Poirée-Ville, Maurizio Galante et à Pierre-Alexandre qui a installé, dans les prés du Goualoup, un « jardin (dé)connecté ». La vaste prairie du Domaine accueille d’ailleurs chaque année de nouveaux jardins pérennes qu’on peut admirer au fil des saisons, à la différence des jardins du Festival qui s’évanouissent à la fin de chaque édition en novembre…

Et, bien sûr, le Domaine de Chaumont, c’est aussi un centre d’art et de nature qui, depuis 2008, permet à des artistes contemporains de s’exprimer dans un cadre magnifique. Que ce soit pour le Festival des jardins ou pour les œuvres d’art exposées, il y a mille raisons de se rendre à Chaumont encore cette année ! En attendant l’édition 2022 et la célébration des 30 ans de l’événement… 

 
d’infos
sur domaine-chaumont.fr 

Une réponse

Répondre à Françoise Sigonneau Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *