|
|
Anaïs Lafon L’envie de châteaux
|
|
Anaïs Lafon L’envie de châteaux
Portrait

Anaïs Lafon L’envie de châteaux

Châteaux de la Bourdaisière, de Chenonceau, de Montsoreau… La jeune femme a réalisé tout son parcours professionnel dans des endroits de rêve. Elle dirige aujourd’hui la résidence Central Parc à Tours, installée depuis cinq ans dans l’ancien hôtel des impôts face au jardin des Prébendes. Un lieu qui mérite aussi le détour pour une fête familiale, un séjour en amoureux ou un séminaire plus studieux !
Patrice Naour
Début 2015 Stage de fin d’études au château de la Bourdaisière
Juin 2015 Diplômée de l’école Tunon, elle reste travailler à la Bourdaisière
Février 2017 Responsable de la Pagode de Chanteloup à Amboise

C’est un rêve d’enfant, j’espère que j’y arriverai un jour… » Quand elle évoque son futur, Anaïs Lafon se verrait bien mener un jour la vie de château. « J’adore la Touraine, son patrimoine, son art de vivre et évidemment ces monuments dans lesquels j’ai eu la chance de travailler, alors sait-on jamais ? » En attendant de devenir un jour peut-être châtelaine, ce qu’on lui souhaite, la jeune femme de 28 ans a déjà connu dans sa courte carrière plusieurs établissements prestigieux. Après son diplôme obtenu à l’école Tunon, elle a débuté au château-hôtel de la Bourdaisière où elle a été à bonne école, formée par celle qui fut sa mentor, la réputée directrice Martine de Roquefeuille. Anaïs a ensuite enchaîné avec l’accueil au château de Chenonceau puis la préparation de la réouverture du château de Montsoreau comme musée d’art contemporain avant d’assurer le développement touristique de la pagode de Chanteloup à Amboise. « Un véritable coup de cœur » et déjà un beau défi de relevé puisqu’elle a mené le lieu à l’équilibre économique. « J’ai évidemment beaucoup appris au cours de ces années, avec à chaque fois des fonctions ou des missions différentes, chaque lieu a son fonctionnement particulier, mais c’est toujours un bonheur de travailler dans ces endroits quand on est passionné comme moi d’Histoire… »

À l’ombre des Prébendes

Pourtant, quand son propriétaire Didier Massuard l’a contactée pour lui proposer le poste de directrice de Central Parc, elle n’a pas hésité. « Occuper un poste de direction était un nouveau challenge pour moi qui aime les défis. Je suis arrivée début 2020 juste avant le confinement, et après deux mois de quasi-
fermeture, il a fallu relancer l’activité, j’ai été toute de suite plongée dans le bain… » Refondre la grille tarifaire, lancer la vente directe sur le site Internet, restructurer l’offre commerciale sur les plateformes et l’adapter aux nouvelles habitudes de consommation post-Covid… Voilà quelques-uns des chantiers menés à bien par la nouvelle directrice. Après deux ans et demi, elle mesure le travail accompli : l’établissement dépasse un taux d’occupation de 80 % et, surtout, affiche un taux de satisfaction de 9,3 sur 10 auprès de ses clients, ce qui est extrêmement rare pour des établissements hôteliers. « C’est pour cela que nous travaillons d’arrache-pied tous les jours avec Noémie, mon assistante, et Fernanda, la gouvernante. Nos clients sont les meilleurs ambassadeurs de Central Parc, nous voulons qu’ils se sentent vraiment comme à la maison quand ils séjournent ici et qu’ils repartent ravis. »

Central Parc est ce qu’on appelle un « gîte urbain », il propose huit appartements meublés, tout équipés, pour un séjour en toute indépendance dans une résidence de standing. « C’est comparable à un appart’hôtel puisque nos clients louent un appartement tout équipé, mais nous ne sommes pas un hôtel dans la mesure où il n’y a pas de room service ni de prestation de ménage assurée chaque jour, explique Anaïs Lafon. Ce qui fait la différence, c’est que nous pouvons faire du sur-mesure en personnalisant le séjour de nos clients, selon l’occasion et leurs envies. » Elle travaille avec des partenaires locaux, comme Chevalier Traiteur pour les repas, le château Gaudrelle pour les vins, les Vergers de la Manse pour les jus de fruits, ou l’agence Will you Marine me ? pour la fourniture de fleurs locales et de saison. « Nous travaillons avec des produits locaux pour que notre clientèle, dont une partie est étrangère, découvre l’excellence de la Touraine… »

Après un été 2022 au beau fixe, Anaïs Lafon et son équipe sont occupées à l’organisation d’une grande soirée fin septembre pour fêter les 5 ans de l’ouverture de Central Parc dans l’ancien hôtel des impôts au coin de la rue Claude Thion et de la rue du Boisdenier. Car, si la clientèle est avant tout touristique, l’établissement propose aussi une belle salle ouvrant sur une terrasse face du jardin des Prébendes qui peut être privatisée pour toute occasion festive ou familiale (anniversaires, mariages, baptêmes, cocktails ou pots d’entreprises, etc.). Transformée en salle de réunion, elle fait aussi de Central Parc un lieu de séminaire pas ordinaire en plein cœur de Tours. Alors n’hésitez pas, si vous voulez passer un moment hors du temps à l’ombre du jardin des Prébendes, Central Parc vous attend !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLES SIMILAIRES
La chaleur renouvelable, c’est gagnant-gagnant avec tours métropole val de loire !
Le prix des énergies fossiles flambe ! Et cette augmentation...
Ludovic Renard, Maraîcher tout-terrain !
Il devenu champion d’Europe de cyclo-cross catégorie « Masters » début novembre...
COSTA-GAVRAS SOUFFLE LES 50 BOUGIES DE LA CINÉMATHÈQUE
Du 25 au 28 novembre, la Cinémathèque de Tours reçoit le grand...
Événements de la semaine
8
Oct
Grand Théâtre
Ven. 8 oct. à 20 h
6
Oct
Vinci, Tours
Mer. 6 oct. à 20 h 30 
2
Oct
L’hôtel de ville de Tours.
2 et 3 oct. de 10 h à 18 h
1
Oct
Oésia, Notre-Dame-d’Oé
Ven. 1er à 18 h 30 et 20 h, sam. 2 à 11 h, 15 h et 17 
4
Juin
Chinon
DU 4  AU 6 JUIN
4
Juin
Grand Théâtre de Tours
Ven. 4 à 19 h, dim. 6 à 15 h, mar. 8 à 19 h
ARTICLES RÉCENTS