|
|
Appelez-le « Monsieur le Maire » !
Portrait

Appelez-le « Monsieur le Maire » !

Le processus électoral en suspens, Tours n’a pu désigné son maire le 22 mars dernier... Mais outre le maire en place, il en est un autre qui a été affublé de ce surnom. Si vous fréquentez les Halles, vous l’avez forcément croisé. C’est là que Didier Sommier fait la manche en journée, avant de regagner ses pénates. Dans son appart, il a conservé une précieuse relique : l’écharpe tricolore dont il se paraît jadis pour célébrer des mariages punks. Toute une époque....
Sébastien Drouet
26 juillet 1962 : naissance à Tours
2000 : devient SDF après la perte de son emploi au mess des officiers, à Tours-Nord
2006-2008 : mariages punk et participation à l’opération Pièces jaunes. Le Nouveau Détective lui consacrera un article à ce sujet ! // 21 décembre 2017 : emménagement dans son appartement

« Si c’est pour la politique, non merci, c’est pas mon truc ! » Le malentendu sera vite dissipé. Si nous venons voir Didier Sommier, ce n’est pas pour parler des municipales, mais de lui et du surnom de « Monsieur le Maire » (des SDF) qui lui colle à la peau depuis des années, au point que même des policiers l’appellent comme ça, « Monsieur le Maire ». Le « premier édile » underground explique le pourquoi du comment : « Ça date de quand je traînais. Un jour, on a trouvé une banderole tricolore sur le marché. À l’époque, on squattait près des quais, au bas du pont Wilson. Il y avait une cabane, et on a décidé que ce serait notre mairie. Bon, c’est bien d’avoir une mairie, mais s’il n’y a pas de maire, c’est pas crédible. J’étais avec des punks, et j’ai eu l’idée, pour rire, de faire un mariage punk, en utilisant la banderole comme écharpe. »

D’autres « mariages » entre punks et punkettes suivront, la bande se transportant à l’occasion du côté de la place Plum’. « On était trente zonards, certains avaient jusqu’à huit chiens, alors vous imaginez la troupe ! » Les toutous, bien sûr, étaient conviés aux « nonoces » – clin d’œil à l’amateur de jeux de mots qu’est Didier –, drôles de cérémonies qui, selon lui, n’ont pas engendré d’hostilité particulière de la part des habitants ni des forces de l’ordre. « En général, pour faire la fête, on revenait près des quais, comme ça il n’y avait pas d’embrouille avec le haut de la ville. » Pas d’embrouille non plus pour gagner quotidiennement de quoi vivre. Dans la journée, le groupe se partageait entre ceux qui allaient faire la manche « en haut » et ceux qui restaient « en bas », avant d’inverser les rôles. Une vraie communauté, à effectifs variables. Avec un code de conduite à honorer : « Il fallait être honnête et respecter les gens. » Plus âgé que les autres, nanti d’une autorité naturelle – sans compter celle que confère le titre de « maire » ! – Didier prenait à part les têtes trop chaudes. « Quand les gars faisaient les andouilles, je les amenais au ″bureau″ – c’était un endroit que j’appelais comme ça – et je leur disais que ce n’était pas bien de se faire remarquer. »

Prince de la zone

La rue ? Pour lui, ce fut un choix, après un licenciement dû à une compression de personnel. Le choix de la liberté, de l’absence de contraintes autres que manger, boire et fumer. Mais la marginalité est sœur de l’enfer ; on y côtoie l’alcool, la drogue, la mort aussi. « Et moi, je suis encore là… » Dix-sept ans à « traîner », selon ses termes, à dormir devant la fac des Tanneurs, ou sous le pont de pierre. Et toujours à Tours : « Monsieur le Maire » est resté fidèle à la ville qui l’a vu naître, grandir, qui l’a pris dans ses bras quand la vie est devenue plus compliquée. Fidèle à la Loire aussi, fleuve sauvage dont ce rebelle ne pourrait se passer, et qui a été son bol d’oxygène pendant le confinement car elle coule à quelques dizaines de mètres de chez lui, quartier Paul-Bert. « Chez lui » ? Eh oui : depuis un peu plus de deux ans, Didier est installé dans un appartement, trouvé avec l’aide de sa copine et des services sociaux. Qui aurait parié là-dessus ? À cinquante ans passés, on peut en avoir marre de la rue, quand bien même on la tutoie depuis l’enfance (« à 8 ans, j’étais déjà avec les clochards »). Un accident a activé les choses ; Didier est tombé d’un muret dans son sommeil. Une chute de quatre mètres qui lui a fracassé une hanche. Remis sur pied, il a emménagé et dit au revoir, en partie, à sa vie d’avant. En partie seulement, car s’il est casé, il rejoint régulièrement son QG des Halles pour faire la manche, encore nécessaire pour subvenir à ses besoins.

Un dernier mot de politique tout de même, Monsieur le Maire ? « J’étais anarchiste au début, mais je me suis rendu compte que c’était le gros bordel. Je préfère être révolutionnaire. Faire la révolution sans casser les choses. » Votez Didier !

5 réponses

  1. Il n’était pas riche mais mon dieu qu’il était riche de l’intérieur.
    Un homme humain comme on en voit très peu.
    Quelle grande tristesse de perdre un être cher.
    Tonton tu seras toujours parmi nous.
    Merci Mr Le Maire

  2. C’était un homme en or mon papa de rue il nous a donner beaucoup d’amour et de savoir vivre il va nous manquer

  3. A’ lire son histoire il me semble de le connaître un peu plus et surtout j’oserais dire je me l’imagine là dans la rue et cela fait chaud au cœur. Combien de personnes comme lui, laissez moi le dire, auprès des qu’elles nous passons indifféremment. Il a fallu que tu parte pour que Un Ami croisé sur ton chemin nous ouvre les yeux face à la misère. Je souhaite vraiment que se soit le début du réveil des consciences. Repose en paix M. Le Maire

  4. Ont étaient là et fière d’y être ! Tous différent et pas tous à la rue mais tous sans devenir fixe , moi y compris …. Seul ceux qui ont vécu ces quatre année de l’intérieur peuvent comprendre . Didier Pascal et David vous m’avez montrer disputer démontrer combien la vie avait du sens ailleurs ! Mercredi j’aurai voulu être là mais …. la vie parfois nous chante la douce ironie de ces agenda . et puis bien sur si ma présence t’avais ramener a tes amis alors …. je serai venue contre vent et marée . Mon Didier je m’en veux de ne pouvoir pu t’accompagner dans ce dernière voyage cette porte que tu franchis avant moi . J’ai dit dans mon première Hommage que la rue tue. Toi la rue t’aura pas tuer juste fatiguer prématurément parce que l âge de ta mort …. n’est pas un âge pour mourir. Jamais j’oublierai ce moment sous le pont Napoléon ou chacun de tes camarades célèbrent ce butin . Quelle leçon de vie de donner tous quand ont a RIEN!!!!!!! j’en ai perdu mes dernier cheveux !!!!!. Je te promet mon ami une tombe a ta hauteur le jour ou je vais bouger mon cul pour saluer mon PUNK préférer . Celui qui veillais sur son caniche . Tu manque Punk a Caniche et tu fait chier parce que cet hivers le 23 et 24 je t’ai cherché dans toute cette foutu ville de trou duc qui ce regarde.
    Bon voyage Poto, Moi je continu le mien …. avec toi … en moi . Putain quelle journée ou tes partis et moi qui vivait ma vie de chaque jour sans rien imaginer de ce pire !!!!!!!
    Maintenant je sais que …. on dois jamais remettre rien a demain . Parfois demain c’est une arnaque et sa vaux pour nous tous . Si tu l’aime ,dit lui en partageant ce poste… et…. il ou elle; comprendra ! Vive la vie . Lâchez vous ! et soyer Créatif putain de merde 😉 l’amour c’est maintenant pas demain par ce que ont a tous un pied dans cet enculer de sablier !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLES SIMILAIRES

Signaler un commentaire