|
|
Des mesures attendues pour les agriculteurs
|
|
Des mesures attendues pour les agriculteurs

Des mesures attendues pour les agriculteurs

Céréales, engrais, carburant… En Indre-et-Loire comme ailleurs, les prix des matières premières préoccupent les agriculteurs dans un contexte à l’horizon incertain. Le plan de résilience préparé par le gouvernement devrait entrer en application ces prochains jours.
FLORIAN MONS
Conséquences de la guerre en Ukraine

« Pour les engrais, on a ce qu’il faut pour la récolte à venir »; confie-t-on chez cet éleveur de bovins de Neuillé-le-Lierre. On a fait rentrer le gas-oil quand il était encore à 1,90 €, ce qui était déjà plus du double de l’année dernière. On n’en commandera pas tout de suite. On va vivre sur les réserves. » Pour les élevages de cochons, l’inquiétude est la même pour l’année à venir. « Les matières premières, comme les tourteaux de protéines ou les minéraux, sont passées d’environ 250 € à 440 € la tonne, déplore une éleveuse de Marçay. Cela représente une perte de 30 à 50 euros par cochon. Le cours était déjà très bas. Ça remonte un peu, mais pas suffisamment pour couvrir les coûts de revient. » Partout, on rappelle que la situation était déjà préoccupante avant le conflit russo-ukrainien. « Pour les volailles et les porcs, les céréales représentent jusqu’à 65 % du coût de l’alimentation », explique Henry Frémont, président de la Chambre d’agriculture d’Indre-et-Loire, qui espère une remontée du cours du porc « jusqu’à 2 € le kilo », mais qui estime, par ailleurs, des impacts moindres sur l’élevage bovin, grâce aux pâtures.

Un plan de 400 M€

Les modalités d’application du plan de résilience économique dans son volet agricole annoncé par le Premier ministre mi-mars ne sont pas encore connues, ni l’évaluation de l’enveloppe budgétaire dont les éleveurs d’Indre-et-Loire pourront bénéficier. Le plan prévoit notamment une enveloppe de 400 M€ pour la prise en charge d’une partie des surcoûts alimentaires pendant 4 mois, une remise de 18 centimes sur le gazole non routier ou encore la prise en charge des cotisations sociales. Par ailleurs, suivant une décision de la Commission européenne, la France a autorisé, le 31 mars, la mise en production des jachères. « Une fausse bonne idée, selon Henry Frémont, en tout cas pour l’Indre-et-Loire. Les jachères représentent entre 6 et 7 % des surfaces agricoles en Indre-et-Loire, argue-t-il, et la mise en culture ne concernera qu’environ 10 % de cette surface. »

Dans un souci d’indépendance alimentaire, l’augmentation de la production agricole est à l’ordre du jour, comme celle de la production d’intrants. Un choix qui fait craindre aux défenseurs de l’environnement une augmentation des émissions de gaz à effet de serre, un épuisement des sols ou encore une utilisation accrue des intrants polluants pour produire davantage…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AUTRES ARTICLES A LIRE
Romain Régnard C’est d’la balle !
À 33 ans, il est devenu l’une des personnalités en vue...
Port-Avertin largue les amarres
Jusqu’au 18 septembre, la guinguette de Port-Avertin reprend du service avec...
Quand la musique éthique…
Après une annulation en 2020 et une version « Midi-Minuit » en 2021,...
Événements de la semaine
8
Oct
Grand Théâtre
Ven. 8 oct. à 20 h
6
Oct
Vinci, Tours
Mer. 6 oct. à 20 h 30 
2
Oct
L’hôtel de ville de Tours.
2 et 3 oct. de 10 h à 18 h
1
Oct
Oésia, Notre-Dame-d’Oé
Ven. 1er à 18 h 30 et 20 h, sam. 2 à 11 h, 15 h et 17 
4
Juin
Chinon
DU 4  AU 6 JUIN
4
Juin
Grand Théâtre de Tours
Ven. 4 à 19 h, dim. 6 à 15 h, mar. 8 à 19 h
ARTICLES RÉCENTS