|
|
La RE 2020 pour plus de sobriété

La RE 2020 pour plus de sobriété

Avant même l’apparition du concept de « sobriété » dans la bouche du président Macron cet été, le législateur avait anticipé depuis le « Grenelle de l’environnement » de 2007 sur cette nécessité de réaliser des économies d’énergies. La RE 2020, entrée en vigueur au 1er janvier 2022, impose de nouvelles normes de construction plus vertueuses pour le porte-monnaie et pour le climat…
P.N

Adieu la RT 2012, bonjour la RE 2020 ! La réglementation thermique, qui portait principalement sur les normes pour la performance énergétique, est remplacée par une Réglementation Énergétique qui englobe aussi, au-delà des normes de construction, la production d’énergie et l’impact environnemental et climatique de toute construction. En effet, La consommation énergétique des constructions françaises représente 43 % des consommations énergétiques nationales, soit 660 TWh, et près de 25 % des émissions de gaz à effet de serre. Pour faire baisser ces indicateurs, la nouvelle RE 2020 impose donc de nouvelles normes plus vertueuses. De construction d’abord qui doit viser à la sobriété énergétique quel que soit son mode de chauffage. L’orientation du bâtiment, sa conception architecturale, le choix des matériaux, le système de ventilation, etc., doivent permettre d’en faire un bâtiment bas carbone (BBC).

Un surcoût à la construction de 8 à12 %

La RE 2020 impose aussi d’avoir recours à des matériaux de construction biosourcés dont l’empreinte carbone est moindre. Des matériaux naturels (plutôt que du béton très énergivore) produits à proximité ont un impact environnemental moins important. L’habitation doit évidemment consommer moins d’énergies pour le mode de chauffage, l’éclairage, les appareils électrique, les systèmes de ventilation et climatisation. Mais au-delà, le mode de chauffage doit aussi faire appel à des énergies renouvelables (bois, solaire, pompe à chaleur, etc.) et, surtout, la nouvelle RE impose aussi la production d’énergie pour tendre vers des habitations à énergie positive (Bepos pour bâtiment à énergie positive), c’est-à-dire qui produisent davantage d’énergie qu’elles n’en consomment. Cela passe par différentes techniques de construction mais aussi d’équipements comme les panneaux photovoltaïques, les pompes à chaleur, des bassins de récupération d’eau, etc., qui permettent d’obtenir ces résultats.

Certes, avec l’inflation galopante sur les matériaux de construction, il est difficile de mesurer le surcoût qu’entraîne ce type de constructions plus vertueuses. Au moment de l’entrée en vigueur de la RE 2020 en début d’année, les professionnels s’entendaient sur un surcoût de 8 à 12 %. Mais que l’on amortit relativement vite aujourd’hui vu le prix de l’énergie. Les factures énergétiques sont réduites de façon impressionnante et on réalise donc des économies immédiatement avec une habitation Bepos.

Toutes les infos sur : ecologie.gouv.fr/reglementation-environnementale-re2020

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AUTRES ARTICLES A LIRE

Signaler un commentaire