|
|
LA RENTRÉE DE TOUS LES DÉFIS
|
|
LA RENTRÉE DE TOUS LES DÉFIS

LA RENTRÉE DE TOUS LES DÉFIS

Depuis début 2020, les fermetures et réouvertures partielles des salles de spectacles ont rythmé deux saisons en dents de scie. La saison 2021/2022 s’ouvre donc avec enthousiasme, mais aussi quelques incertitudes.
E.M.

En feuilletant les livrets des différentes saisons culturelles, ne soyez pas surpris : nombreuses sont les municipalités et leurs équipes qui ont fait le choix de n’annoncer qu’un trimestre d’événements. Face aux incertitudes du Covid, et après deux années passées à programmer, reporter, décaler ou annuler des spectacles, les salles de spectacles font pour beaucoup le choix de la prudence.

Mais ce n’est pas le seul défi qui attend les différents acteurs du spectacle vivant. L’un des premiers écueils a déjà été franchi par les programmateurs : réussir à composer une saison qui mêle spectacles reportés des deux saisons précédentes, et nouveautés. Le résultat ? Des programmes parfois plus chargés que d’habitude. À Saint-Cyr-sur-Loire, l’Escale accueillera ainsi sur la saison 2021/2022 dix reports, sur un total de 24 spectacles. À l’espace Malraux, 60 % des 15 événements sont des reports des saisons passées qui n’avaient pas pu se jouer. 

Une fois cette équation résolue, une inconnue reste : le public reviendra-t-il ? Si la peur du Covid s’estompe, avec le pass sanitaire et les nouvelles habitudes prises durant les mois écoulés, le retour en salle n’est pas garanti. « Le thème de notre saison, c’est vraiment la fidélité. La fidélité aux artistes que nous n’avions pas pu accueillir et que nous programmons dans les mois qui viennent. Mais aussi la fidélité avec le public : nous devons refidéliser les spectateurs, leur redonner le plaisir du spectacle et du moment partagé ensemble », explique Marie Hindy, programmatrice de l’espace Malraux. 

L’inconnu ? Le public

Dans les musées, le pari est le même. « Parmi nos défis 2021/2022, il y a celui de repartir à la conquête de nos publics, faire revenir les publics scolaires, et les publics éloignés de la culture que nous avions mis du temps à attirer chez nous. La crise a cassé des dynamiques qui avaient été longues à construire », commente Hélène Jagot, directrice des musées et château de la Ville de Tours. 

Pour les structures publiques, le risque financier est limité, même si les subventions ne pourront pas indéfiniment combler les vides laissés par la pandémie. Mais chez les producteurs privés, le problème est tout autre. AZ Prod a par exemple souffert de la pandémie : perte de chiffres d’affaires, activité quasiment à l’arrêt. Mais comme le constate Julien Lavergne, fondateur et directeur de la société de production tourangelle, c’est maintenant que tout se joue : « Les aides de l’État nous ont permis jusqu’ici d’éviter le désastre financier. Mais maintenant qu’elles vont s’arrêter, si les salles ne se remplissent pas suffisamment, nous ne couvrirons pas nos frais fixes. Et c’est là que cela
deviendra compliqué. » 

À l’heure où les abonnements et les réservations sont ouverts pour tous les spectacles des mois à venir, un mot d’ordre s’impose donc à destination des Tourangeaux : revenez profiter du spectacle vivant, pour vibrer, rêver et vous évader du quotidien !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AUTRES ARTICLES A LIRE
Michel Lelong Blues old cool
Le confinement a été l’occasion pour beaucoup de se mettre...
La ville célèbre le centenaire du congrès de Tours
En décembre 1920 se tenait à Tours le 18e congrès de...
TVB, l’été meurtri
Alors qu’il ambitionne de retrouver sa place au sommet du...
Événements de la semaine
8
Oct
Grand Théâtre
Ven. 8 oct. à 20 h
6
Oct
Vinci, Tours
Mer. 6 oct. à 20 h 30 
2
Oct
L’hôtel de ville de Tours.
2 et 3 oct. de 10 h à 18 h
1
Oct
Oésia, Notre-Dame-d’Oé
Ven. 1er à 18 h 30 et 20 h, sam. 2 à 11 h, 15 h et 17 
4
Juin
Chinon
DU 4  AU 6 JUIN
4
Juin
Grand Théâtre de Tours
Ven. 4 à 19 h, dim. 6 à 15 h, mar. 8 à 19 h
ARTICLES RÉCENTS