|
|
Les riverains du Pym’s dans l’attente de soirs meilleurs
|
|
Les riverains du Pym’s dans l’attente de soirs meilleurs

Les riverains du Pym’s dans l’attente de soirs meilleurs

Ils ont lancé cet été une pétition demandant la fermeture de la discothèque qui a recueilli plus de 200 signatures de riverains mécontents. Après avoir été reçus en mairie et en préfecture, ils attendent que des mesures soient prises pour améliorer la situation aux abords de la boîte les soirs d’ouverture.
P.N.

C’est le parfait exemple d’un « conflit d’usage » de la ville tels qu’il peut en exister dans d’autres quartiers « vivants » comme le Vieux-Tours ou la rue Colbert. D’un côté, vous avez les résidents qui aspirent à des nuits tranquilles, de l’autre il y a la jeunesse et les noctambules qui veulent s’amuser au cours de soirées animées. À la sortie des confinements successifs, cet antagonisme entre les aspirations des uns et celles des autres, pour le moins opposées, a été particulièrement marqué : les jeunes voulant revivre la nuit après des mois où ils ont été privés de sorties, les riverains redécouvrant les désagréments d’un voisinage bruyant après des mois de fermeture et donc de calme retrouvé.
C’est la situation que connaissent les riverains du Pym’s depuis la réouverture de la boîte au début de l’été après des mois de calme. Ils ont lancé dès le mois d’août une pétition qui a réuni plus de 200 signatures de riverains mécontents des troubles qui génère l’établissement de nuit situé sur l’avenue de Grammont, au niveau du quartier du Sanitas. « Il y a bien sûr le bruit, mais pas seulement, explique l’un des représentants du collectif des riverains. Nous sommes déjà dans un quartier sensible et la discothèque attire toute une population autour de trafics et autres. Il n’y a pas que le bruit mais toutes sortes de nuisances, avec des bagarres, des actes de vandalisme, la saleté dans les rues adjacentes, des dégradations sur les véhicules stationnés… Nous tenons une main courante au quotidien de ce qui se passe, c’est permanent, ça crée un sentiment d’insécurité et une exaspération croissante, tant que la boîte sera là, nous subirons ces événements… »
C’est pour cela que la pétition demande la fermeture du Pym’s et son déménagement dans un autre lieu plus calme. « Il n’est pas question de fermeture, explique-t-on à la Préfecture. Rien ne la justifie sur le plan légal, l’établissement respecte la législation en vigueur et ne peut faire l’objet d’une fermeture administrative. »

« Aucune base légale pour une fermeture »

Pour autant, les autorités sont très attentives à la situation dans le quartier. Les riverains ont ainsi été reçus en mairie par l’adjoint à la tranquillité publique Philippe Geiger. Ils ont également été conviés en Préfecture à une réunion organisée par le directeur de cabinet de la Préfète le vendredi 15 octobre en compagnie des gérants de la discothèque, de Philippe Geiger toujours, du directeur de la police municipale, de commissaire de Tours et du chef de service départemental du renseignement territorial. En plus d’établir un contact direct entre les riverains et le propriétaire du Pym’s, cette réunion a aussi permis d’étudier des mesures à prendre pour apaiser le quartier les soirs d’ouverture. Sont à l’étude notamment l’amélioration de l’éclairage public pour réduire les recoins sombres propices aux trafics, mais aussi la réduction de horaires d’ouverture des commerces voisins qui vendent de l’alcool jusque très tard, permettant aux clients – mais aussi à d’autres personnes extérieures à l’établissement – de s’alcooliser à moindre frais une bonne partie de la nuit. Le renforcement de la présence policière, municipale ou nationale, au moment de la fermeture devrait aussi réduire les nuisances. « Nous avons déjà pris des mesures pour sécuriser les abords de l’établissement et la sortie de nos clients, insiste aussi la direction du Pym’s, car nous avons été nous-mêmes agressés et l’insécurité nuit aussi à notre activité. Nous avons recruté un maître-chien et mis en place un dispositif pour permettre à nos clients d’attendre leur taxi à l’intérieur pour ne pas être importunés à l’extérieur. Nous nettoyons aussi les abords après la fermeture. » L’établissement s’est aussi engagé à ce que toute sortie soit définitive pour éviter les allées et venues qui permettent aux clients d’aller s’approvisionner en substances diverses et variées à l’extérieur.
« Mais nous avons des doutes sur ce point », relativise le collectif des riverains qui reste vigilant quant à la mise en œuvre des mesures envisagées. Un nouveau rendez-vous avec les gérants du Pym’s est prévue mi-novembre, un mois après la réunion en Préfecture, pour faire un point sur les actions mises en place. « Pour l’instant, rien n’a bougé », précisait le collectif début novembre avant d’ajouter : « Quoi qu’il en soit, notre objectif reste le déménagement de la discothèque qui concentre tous les troubles nocturnes dans un quartier déjà sensible. » 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AUTRES ARTICLES A LIRE
Romain Régnard C’est d’la balle !
À 33 ans, il est devenu l’une des personnalités en vue...
Port-Avertin largue les amarres
Jusqu’au 18 septembre, la guinguette de Port-Avertin reprend du service avec...
Quand la musique éthique…
Après une annulation en 2020 et une version « Midi-Minuit » en 2021,...
Événements de la semaine
8
Oct
Grand Théâtre
Ven. 8 oct. à 20 h
6
Oct
Vinci, Tours
Mer. 6 oct. à 20 h 30 
2
Oct
L’hôtel de ville de Tours.
2 et 3 oct. de 10 h à 18 h
1
Oct
Oésia, Notre-Dame-d’Oé
Ven. 1er à 18 h 30 et 20 h, sam. 2 à 11 h, 15 h et 17 
4
Juin
Chinon
DU 4  AU 6 JUIN
4
Juin
Grand Théâtre de Tours
Ven. 4 à 19 h, dim. 6 à 15 h, mar. 8 à 19 h
ARTICLES RÉCENTS