|
|
L’haltérophilie, de l’énergie en barre…

L’haltérophilie, de l’énergie en barre…

Le club O’Fit des Carnaux à Ballan-Miré vient de lancer une section haltérophilie affiliée à la FFHM (Fédération Française d’Haltérophilie et de Musculation) afin de permettre aux adeptes de ce sport de faire de la compétition. L’occasion de présenter cette discipline très bénéfique pour le corps même si vous ne la pratiquez qu’en loisir…
Patrice Naour
MUSCULATION

Ce n’est pas un sport de bourrins, pardonnez-moi l’expression, c’est une discipline ultra complète pour tous les muscles du corps… » Thomas Goncalvès, gérant de la salle O’Fit des Carnaux à Ballan-Miré, a découvert l’haltérophilie pendant sa formation de coach sportif il y a six ans et a immédiatement accroché au point de créer dans sa salle en cette rentrée un club d’haltérophilie affilié à la FFHM pour permettre à ceux et celles qui le souhaitent de la pratiquer en compétition. « Nous voulions répondre à un besoin en permettant à certains d’aller vers la compétition, mais même sans cet objectif de performance, pratiquer l’haltérophilie est très bénéfique pour le corps, ça a les mêmes effets qu’un renforcement musculaire global… »

En effet, le but du jeu, en compétition, est de soulever la barre la plus lourde en réalisant deux techniques, à savoir « l’arraché » qui consiste à arracher la barre du sol et à la porter au-dessus de la tête bras tendus dans un seul mouvement ; et « l’épaulé-jeté » qui décompose l’action en deux temps pour soulever la barre, d’abord l’arracher du sol pour la porter au niveau des épaules sous le mention, puis la soulever en se glissant dessous toujours bras tendus.

On le comprend en décrivant ces mouvements : cela ne nécessite pas seulement de la force et de la puissance musculaire, mais aussi une excellente coordination gestuelle, de la souplesse pour se mettre en bonne position, une explosivité de tout le corps ainsi qu’un parfait équilibre pour tenir les quelques secondes réglementaires avec la barre au-dessus de la tête. Et même sur le plan cardio-vasculaire, l’haltérophilie est bénéfique car, si l’effort est bref, il est également intense et nécessite donc une bonne condition physique.

Idéal pour un maintien optimal du corps

Sur le plan musculaire, l’ensemble du corps travaille : les membres inférieurs pour la poussée, la sangle abdominale et le tronc, dorsaux et pectoraux, pour une bonne stabilité sous la charge ; et évidemment les bras et les épaules pour arracher la barre du sol et la soulever au-dessus de la tête. Difficile de faire plus complet… Et pas d’inquiétude, tout ceci se fait progressivement et, même sans viser la performance, bien encadré par un coach diplômé comme c’est le cas à O’Fit des Carnaux, vous progressez en toute sécurité. « Le risque si l’on n’est pas encadré par un professionnel, c’est de faire n’importe quoi et de se blesser, explique Thomas Goncalvès. Alors que bien encadré, on suit un entraînement adapté à son niveau. D’un côté on travaille la technique et les mouvements sans charge ou avec des charges adaptées, et de l’autre, on fait tous les exercices de musculation spécifique de l’autre, la pédagogie est bien rodée… »

D’ailleurs, l’haltérophilie se pratique dès l’âge de 5-6 ans comme n’importe quel autre sport, les enfants s’initiant aux mouvements avec une barre en plastique tout simplement…

Et puis, contrairement à certaines idées reçues, l’haltérophilie permet de combattre le mal de dos qui est bien souvent dû à une faiblesse musculaire. Vous apprenez les bonnes positions pour porter du poids tout en vous musclant le dos. Qui dit mieux ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AUTRES ARTICLES A LIRE

Signaler un commentaire