|
|
Michel Audiard,Un artiste qui jubile…
|
|
Michel Audiard,Un artiste qui jubile…
Portrait

Michel Audiard,Un artiste qui jubile…

Pour célébrer ses 50 ans de carrière, le fameux sculpteur de Rochecorbon s’est confié dans un livre écrit par Camille Colloch et illustré par le photographe Yers Keller. Une belle monographie et un bel hommage consacrés à un créateur joyeux !
P. N.
21 mai 1951, naissance à Paris
1995, installation à Rochecorbon
Juin 2021 sortie du livre Michel Audiard, 50 ans d’amusement ! Exemplaires disponibles sur demande à : camille@btproject.fr

Tout le monde connaît Michel Audiard. Ou du moins tout le monde connaît ses œuvres pour les avoir vues dans le paysage tourangeau sans savoir forcément qu’elles sont de lui. Comme le rhinocéros qui veille sur la terrasse du Mc Do, place de la gare à Tours, ou la statue de Charles de Gaulle posée sur le rond-point près du site SKF à Saint-Cyr-sur-Loire. Et tant d’autres encore : une trentaine de communes de Touraine possèdent déjà « leur » Audiard. Mais si tout le monde ne le connaît pas dans sa Touraine d’adoption où il a posé sa fonderie il y a une trentaine d’années, il est connu dans le monde entier. Ou du moins, il a des œuvres sur les cinq continents, de l’Australie à l’Amérique du Sud, de l’Afrique du sud à Shanghai en passant par Hong-Kong ou la Guinée équatoriale où il a « planté » un arbre majestueux de 17 m de haut il y a une décennie bientôt. Sans oublier ses fameux stylos sculptés en métaux précieux qu’utilisent plus de 70 chefs de l’État ou personnalités, de Bill Clinton à Barak Obama, de Depardieu à Madonna…
Car s’il a créé une œuvre imposante, il s’est aussi façonné une vie grâce à des rencontres importantes car « n’oubliez pas, on vit juste pour quelques rencontres ». Cette phrase, reprise à l’académicien François Cheng, il en a fait sa devise. Et sa philosophie, elle est résumée dans le titre du livre qui lui est consacré : Michel Audiard, 50 ans
d’amusement !

« Je me rends compte de la chance que j’ai d’avoir vécu de tels moments et surtout, surtout, d’avoir toujours fait ce que j’ai voulu ; il y a eu des hauts et des bas, ça n’a pas été toujours facile, mais c’est un luxe incroyable d’avoir fait ce qui me faisait rire. J’ai passé ma vie à m’amuser finalement… », lâche-t-il dans un grand éclat de rire.

Une chèvre de 7 m de haut !

Hasard des agendas, le jour où nous avons rendez-vous avec l’artiste pour évoquer ce livre, c’est son anniversaire. Nous sommes le 21 mai, et le téléphone n’arrête pas de sonner. Des gens très connus, des amis, des clients ou les trois à la fois : des clients devenus amis et parfois connus. Mais ce n’est pas ça qui va le changer… Et c’est ce qui nous frappe d’emblée : malgré sa notoriété et son talent reconnu unanimement, il est affable, avenant, a le tutoiement facile et se moque gentiment de son âge. Pas du genre à se poser en artiste maudit qui a réussi dans la vie à force de sacrifices. Non, la vie est un grand éclat de rire pour lui !

Et quand on lui parle de son œuvre gargantuesque a-t-on envie de dire pour rendre hommage à son amour des belles tablées amicales, il nous parle de ses employés à la fonderie, de ses apprentis… « Sans les autres, on n’est rien, insiste-t-il. C’est moi qui dessine tous les modèles mais après j’ai besoin de mes gars pour les réaliser, sans eux, mon oeuvre ne serait pas la même…. » 

Depuis 50 ans, il est forcément passé par différentes phases. Il y a eu tout d’abord, pour ce titi parisien de naissance, les débuts éclatants en Normandie, dans le triangle d’or : Honfleur – Deauville – Trouville. C’est l’âge d’or des bijoux. Mais aussi le premier revers avec une fonderie qui fond les plombs… Il débarque en Touraine au tournant des
années 90. S’installe d’abord à la faïencerie, quai de Marmoutier à Tours, avant de monter sur les hauteurs de Rochecorbon. Impossible de faire tenir ce demi-siècle de créations dans ces quelques lignes, mais la monographie revient sur chaque période de l’artiste : des Bronzes aux Vanités, des stylos aux Monumentales comme ses de Gaulle, des Z’Animaux Musiciens, fruits d’une collaboration avec Pascal Nègre, aux Strates (comme le rhinocéros place de la gare à Tours), des Passages aux Arts de la table comme la carafe en bronze, etc.
C’est un de ses amis, Alain Devinaud, ancien conseiller municipal de Tours de 2008 à 2014, qui a initié le projet. Une jeune rédactrice, Camille
Colloch et un photographe baroudeur Yers Keller, ont fait le reste. « C’est une révélation pour moi, j’aime le regard que Yers porte sur les choses : quand je vois les photos qu’il a faites de mes œuvres, elles m’apparaissent différemment, c’est passionnant… » Encore une belle rencontre ! 

À 70 ans, il n’envisage évidemment pas d’arrêter : « Je n’imagine pas ma vie loin de cet atelier… » Et n’est pas à court de projets : une chèvre de 7 m de haut pour l’appellation Sainte-Maure-de-Touraine, un chien de 3,50 m pour le château de Cheverny ou encore un trio d’animaux géants pour le château Pavie, un grand cru de Saint-Emilion… Quand on aime, on ne compte pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLES SIMILAIRES
Changement d’ère à la Métropole
Première lame dimanche 11 juillet : Frédéric Augis est élu président de...
40
Le chiffre
LE CLIN D’OEIL
Événements de la semaine
4
Juin
Chinon
DU 4  AU 6 JUIN
4
Juin
Grand Théâtre de Tours
Ven. 4 à 19 h, dim. 6 à 15 h, mar. 8 à 19 h
10
Déc
En ligne, sur réservation auprès de Ciclic – resa-ciclicanimation@ciclic.fr
19h
9
Déc
Via le lien zoom fourni sur l’agenda de la bibliothèque municipale de Tours : www.bm-tours.fr
19 h
5
Déc
Sur le Facebook Le Temps Machine. Programme complet
19 h
3
Déc
La chaîne YouTube du théâtre-école Samovar https://www.youtube.com/c/LeSamovar93
18 h 
ARTICLES RÉCENTS