Portrait

Michel Flamé, le cœur à l’ouvrage

Du vendredi 6 au dimanche 8 mars, des centaines de bénévoles seront présents dans les magasins du département pour la 35e campagne des Restos du Cœur. À Tours, le président de l’association, Michel Flamé, est sur le pont pour veiller au bon déroulement de ce temps fort, face émergée de toute l’activité des Restos.
Emilie Mendonça
1947, Naissance à Tours
2011, Entrée comme bénévole aux Restos du Cœur
Septembre 2018, Président des Restos du Cœur Indre-et-Loire

Dans l’un des entrepôts du marché de gros de Rochepinard, toute une fourmilière s’agite dès le matin. Certaines allées sont déjà remplies de produits, d’autres sont encore clairsemées. Mais ici, au centre névralgique des Restos du Cœur d’Indre-et-Loire, c’est le calme avant la tempête : on prépare la grande collecte nationale des 6, 7 et 8 mars prochains.

Dans les bureaux, on ne trouve pas des employés mais des bénévoles, y compris le président, Michel Flamé. Élu à ce poste en septembre 2018, le retraité ne chôme pas. Visite des vingt centres de distribution répartis dans tout le département, présence lors des événements organisés par divers organismes au profit des Restos, comme le récent pot au feu géant, gestion des stocks, interviews auprès des médias… Son emploi du temps est aussi chargé que celui d’un chef d’entreprise !

Mais pour lui, là n’est pas la question : « je viens tous les jours ou presque, mais aucun contrat ne m’y engage. Je le fais parce que je le veux bien, j’aime m’investir pour l’association ». On pourrait croire qu’une carrière dans le secteur bancaire ne l’avait pas prédisposé aux œuvres caritatives. Mais Michel Flamé y trouvait déjà les moyens de jouer collectif : « j’ai été syndicaliste à l’échelle nationale, administrateur chez Malakoff Médéric, ou encore vice-président de la mutuelle santé BNP-Paribas, et président d’association sportive. Avec les Restos, je continue donc de cultiver ma fibre sociale. »

Difficile de le faire s’étendre plus longuement sur son parcours personnel. À l’aise face aux journalistes, Michel Flamé préfère porter avec conviction la parole des Restos, pour motiver les Français à participer à la collecte. « Les Restos ont été créés par Coluche pour aider les gens durant l’hiver. Mais ils ont aussi besoin de manger l’été : nous les aidons donc du 2 janvier au 31 décembre, en conservant cette notion de « campagnes » hiver/été, et notre grande collecte de mars, qui coïncide avec la diffusion du concert des Enfoirés à la télé. » 

À MANGER ET À BOIRE… ET BIEN PLUS

En Indre-et-Loire, les Restos aident ainsi 7 000 bénéficiaires en hiver, et 5 000 à 6 000 durant l’été, grâce à une équipe d’environ 700 bénévoles répartis sur tout le département. Avec la collecte de mars, l’association espère dépasser les 147 tonnes de denrées et produits d’hygiène récoltés en 2019. Ces dons s’ajouteront aux fruits de la « ramasse » qui récupère des invendus auprès des hypermarchés, ainsi qu’aux produits achetés grâce aux fonds européens d’aide aux plus démunis (FEAD) et aux appels d’offres nationaux des Restos. 

la richesse des restos, ce sont les bénévoles

Mais la vie des Restos continue après la grande collecte, et au-delà de la seule aide alimentaire. C’est l’un des chevaux de bataille de Michel Flamé : « les Tourangeaux viennent aux Restos pour qu’on les aide, mais nous voulons les aider à se passer de nous. C’est pour cela qu’il faut développer des services en plus de l’aide alimentaire. Et nous devons en informer le grand public, et changer les mentalités, y compris auprès de nos bénévoles, car c’est une idée pas toujours facile à faire passer. » 

Aide à la recherche d’emploi ou au financement d’un véhicule, ateliers de langue française, aide juridique, service de coiffure ou don de vêtements… les prestations désormais proposées dans les centres des Restos s’élargissent pour proposer une véritable aide sociale. Porteur de cette nouvelle dynamique, Michel Flamé précise : « J’ai été élu en 2018, pour un mandat renouvelable tous les ans, dans une limite de cinq ans. La règle est la même pour les responsables de centre : on évite ainsi la routine, cela pousse l’association à se renouveler. » Et le président engagé et dévoué de conclure : « même si je ne suis pas au contact direct des bénéficiaires, j’aime savoir que nous apportons notre soutien aux gens en difficulté. C’est ce qui nous anime tous. » λ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLES SIMILAIRES
un projet innovant en milieu rural
La MFR (Maison familiale rurale) d’Azay-le-Rideau a décidé de porter...
Apprendre la langue des signes, c’est possible !
Depuis octobre dernier, le GRETA de Tours a mis en...
Une nouvelle plateforme régionale : orientation.centre-vaLdeloire.fr
Lors de sa session du 13 février 2020, l’exécutif régional...
Événements de la semaine
10
Déc
En ligne, sur réservation auprès de Ciclic – resa-ciclicanimation@ciclic.fr
19h
9
Déc
Via le lien zoom fourni sur l’agenda de la bibliothèque municipale de Tours : www.bm-tours.fr
19 h
5
Déc
Sur le Facebook Le Temps Machine. Programme complet
19 h
3
Déc
La chaîne YouTube du théâtre-école Samovar https://www.youtube.com/c/LeSamovar93
18 h 
10
Oct
9
Oct
Nouvel Atrium, Saint-Avertin
20 h
ARTICLES RÉCENTS