|
|
Plus longtemps chez soi !

Plus longtemps chez soi !

Se mouvoir commodément chez soi peut devenir un véritable parcours du combattant avec l’âge ou un handicap. Or, parmi les aides mises en place pour financer les adaptations adéquates, le crédit d’impôt dédié a été prolongé jusqu’en 2023.
J.P.

Entre un défaut d’équipement de sécurité dans la salle de bains, un revêtement de sol glissant et des éviers à mauvaise hauteur, les tâches domestiques les plus simples peuvent très vite se transformer en cauchemar dès lors qu’on se retrouve en situation de perte d’autonomie en raison de la maladie, d’un accident ou de l’âge. Pour éviter que votre maison familiale ne se transforme en prison ou en environnement dangereux, adapter les lieux est parfois indispensable mais coûteux. L’État aide cependant à régler la facture à travers différents dispositifs, en tête desquels il faut citer l’allocation personnalisée d’autonomie (APA), le programme « Habiter facile » de l’Agence nationale de l’habitat (Anah) ou encore le soutien octroyé par l’Assurance retraite. Dans la même optique, un crédit d’impôt spécifique a également été mis en place en 2005 (et complété en 2018) afin de prendre en compte le coût de ces travaux d’adaptation. Et bonne nouvelle : alors que cette ristourne fiscale arrivait à échéance le 31 décembre 2020, la loi de finances pour 2021 l’a prolongé jusqu’à fin 2023.

Des équipements ciblés

Ce coup de pouce concerne tous les propriétaires, locataires et occupants à titre gratuit qui ont besoin de rendre leur logement principal plus accessible. Dès lors, il est nécessaire de justifier d’une situation de perte d’autonomie pour en bénéficier. Sont par conséquent éligibles les personnes percevant une pension d’invalidité d’au moins 40 %, celles qui ont une carte mobilité inclusion, ainsi que les seniors touchant l’APA.

De même, ce crédit d’impôt cible certains équipements d’accessibilité tels que l’installation d’un bac à douche extra-plat et d’une porte de douche, de volets roulants électriques, de revêtements de sol antidérapants ou encore de portes coulissantes. Citons encore les systèmes de commande pour les détecteurs de mouvement (pour les chutes) et autres installations électriques, ainsi que la pose d’une robinetterie pour personne à mobilité réduite. Par ailleurs, certains travaux d’accessibilité ouvrent droit au même avantage fiscal pour d’autres que les personnes âgées, comme les bailleurs par exemple. C’est le cas pour l’installation d’éviers, lavabos et mobilier à hauteur réglable, de sièges de douche muraux, de WC surélevés, mais aussi de rampes et poignées de sécurité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AUTRES ARTICLES A LIRE

Signaler un commentaire