|
|
(Presque) libres !

(Presque) libres !

Avec la nouvelle étape du déconfinement le 9 juin et le recul du couvre-feu à 23h, la vie redevient presque normale après plus de 15 mois de crise sanitaire ! Même s’ils sont encore soumis jusqu’au 30 juin à des jauges limitées, les cafés-bars-restaurants comme les salles de sport et les piscines peuvent rouvrir en intérieur pour le plus grand bonheur des professionnels comme des Tourangeaux !
Rédaction

La vie au grand air, en terrasse, c’est le pied, surtout quand le temps est de la partie comme c’est le cas depuis les derniers jours de mai. Mais, quand les terrasses sont bondées, trop petites, pas assez accueillantes ou tout simplement inexistantes, l’intérieur est fort intéressant !

Pour les cafés-bars-restaurants qui n’en disposent pas, la date du 9 juin est donc attendue avec impatience car ils peuvent rouvrir leurs établissements avec une jauge limitée à 50 % et à des tables de 6 convives en attendant début juillet où la fréquentation sera moins contrainte. Le fait que le couvre-feu soit aussi repoussé à 23h leur permettra alors de reprendre une activité quasi normale.

Les piscines rouvertes !

Idem pour les salles de sport où les activités indoor peuvent reprendre dans le respect d’un protocole sanitaire strict. La pratique de certaines activités sportives encore limitées est aussi élargie comme les sports de contact qui peuvent reprendre en intérieur. Enfin, au chapitre des bonnes nouvelles pour les nageurs et nageuses, les bassins intérieurs des piscines rouvrent dans le respect d’une certaine jauge.

Les lieux de culture et de sport (salles et stades) peuvent accueillir jusqu’à 5 000 spectateurs. Tout comme les salons et foires qui peuvent redémarrer avec une jauge de 5 000 visiteurs simultanément également mais avec un pass sanitaire obligatoire (preuve d’un vaccin). Toutes ces mesures sont évidemment soumises à l’amélioration des conditions sanitaires et au recul de la pandémie. En cas de remontée – peu probable au vu des données dont on dispose – elles seraient remises en cause.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AUTRES ARTICLES A LIRE

Signaler un commentaire