Tours mène la fronde contre la 5G

Alors que le Gouvernement vient d’ouvrir les enchères pour l’attribution des fréquences de 5G, des élus Tourangeaux, le maire en tête, demandent un moratoire sur le lancement de cette nouvelle norme. La tribune signée par une soixantaine de personnalités politiques nationales qu’ils ont publiée dans Le Journal du Dimanche le 12 septembre et la visite du député de la France Insoumise François Ruffin à Tours le 23 septembre ont donné un écho national à cette révolte.
P. N.
Tours mène la fronde contre la 5G

Dès son élection, début juillet, le nouveau maire de Tours, Emmanuel Denis, s’était prononcé pour un moratoire sur la 5G. Quatre mois après, les opposants à cette nouvelle norme ne sont pas parvenus à bloquer le processus : le 29 septembre étaient lancées les enchères pour l’attribution des fréquences aux différents opérateurs télécoms. Elles seront attribuées début novembre et les opérateurs pourront dès lors lancer des services en 5G, dès début 2021. Autant dire que l’idée d’un moratoire réactivée à Tours, mais défendue aussi par la Convention citoyenne pour le climat cet été, n’a pas arrêté le Gouvernement dans sa course au « progrès ».

Pourtant l’idée, poussée par les élus de Tours, a fait son chemin au niveau national. Tout est parti d’une tribune publiée dans Le Journal du Dimanche le 12 septembre, et signée par 60 personnalités politiques de gauche et écologistes parmi lesquels les nouveaux maires Verts de grandes villes françaises comme Bordeaux et Lyon. Cette tribune, qui a eu un fort retentissement dans les médias nationaux, a été rédigée par Antoine Martin, 27 ans, adjoint au maire de Tours en charge du numérique issu de la France Insoumise. Avec une petite équipe de militants d’Europe Écologie Les Verts, ils ont ensuite réuni les signatures de ces personnalités de premier plan.

François Ruffin, le progrès et la démocratie

C’est aussi par son intermédiaire que le député FI de la Somme François Ruffin est venu à Tours mercredi 23 septembre pour continuer cette croisade contre la 5G à une semaine de l’ouverture des enchères. « Au-delà des questions environnementales et sanitaires que pose cette technologie, il en va du débat démocratique, les citoyens doivent pouvoir se déterminer sur les usages qu’ils acceptent ou pas de la 5G… »

Le maire de Tours est sur la même longueur d’ondes. « Je ne suis évidemment pas contre le progrès et les nouvelles technologies mais il faut les apprécier au nom de l’intérêt général. Et en l’occurrence, il y a beaucoup d’interrogations quant aux effets sur l’environnement et sur le plan sanitaire. » Il rendosse là son costume d’ancien militant de Robin des Toits qui se battait contre les nuisances des antennes des opérateurs au début de la décennie.

Selon eux, ce moratoire permettrait de faire jouer le principe de précaution en attendant les conclusions du rapport que l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire) doit remettre début 2021 sur les risques éventuels liés à la 5G.

Tours, le débat et la démocratie éructive

Le jour même de l’ouverture des enchères, le débat a eu un fort retentissement au cours d’un conseil municipal de Tours homérique d’un bout à l’autre de cette soirée sans fin… Mais il faudrait plus que les quelques lignes qui nous restent pour relater ce conseil croquignolesque pour ne pas dire grand-guignolesque, grand moment de démocratie éructive. Auquel les Tourangeaux n’ont pu assister car la retransmission du conseil municipal en direct via Internet ne fonctionnait pas. Par défaut de 5G peut-être demanderont les plus taquins ? Toujours est-il que les hérauts de la 5G (l’opposition de droite du groupe Tours Ensemble de l’ancien maire Christophe Bouchet et la « minorité constructive » du groupe des Démocrates-LREM), ont pris d’assaut les partisans du moratoire, leurs nouveaux « amish »…

Le jour même où Édouard Philippe, ancien Premier ministre, déclarait sur la chaîne Public Sénat que « les bases de la compétitivité, ce n’est pas toujours la dernière technologie, la 5G c’est important, mais le chemin de fer, c’est beaucoup plus important. » Ouf, heureusement qu’il n’a pas dit « le train à vapeur ». Son ancien meilleur « amish », Emmanuel Macron, ne le lui aurait pas pardonné.

En attendant, la 5G est sur les rails et l’espoir de la voir dérailler s’éloigne pour les élus tourangeaux qui n’ont pas dit leur dernier mot… λ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AUTRES ARTICLES A LIRE
Élections régionales : Charles Fournier (EELV) officiellement candidat
On s’en doutait depuis plusieurs mois, mais Charles Fournier, actuel...
Les services publics sont ouverts pendant le confinement
Le service Fil Bleu fonctionne normalement jusqu’à 23 h Il...
Caroline Blin, Elle vous habille Autrement !
Vue de l’extérieur, c’est une jolie vitrine foisonnante et chamarrée,...