|
|
Vélos et zoo, c’est bingo !

Vélos et zoo, c’est bingo !

Les élus de la Région Centre-Val de Loire avec à leur tête Pierre-Alain Roiron, président du Comité Régional de Tourisme, ont dressé le bilan régional d’un été pas tout à fait comme les autres. La Petite Reine a été d’un secours appréciable tandis que Beauval, lui, a surnagé. Même si les secteurs de l’hôtellerie et des campings sont en baisse.
Gaëlla Messerli
Le château d’Amboise a connu une fréquentation proche de la normale cet été.

Même si le retard lié au confinement est loin d’être rattrapé, la fréquentation touristique régionale a été plutôt bonne cet été. « Nous avons tout fait pour que les sites puissent rouvrir en toute sécurité, analysait ce lundi François Bonneau, le président de la Région Centre-Val de Loire. Le réseau a également fonctionné. Nous sommes revenus sur les tendances de 2018 dans la plupart des cas et, à certains endroits, c’est plus qu’en 2019 ! »

Sans surprise, la Loire à vélo affiche une hausse de 10 % de passage au niveau des compteurs en région, en août. « Nous risquons de dépasser les 1,5 million de passages cette année », estime Pierre-Alain Roiron, le président du CRT. Mais les autres voies cyclables régionales tirent aussi leur épingle du jeu aussi. Un boom sur le vélo que remarque également Pascal Boudard, gérant de Vélo Val de Loire, à Jargeau, dans le Loiret, qui a vendu et livré des vélos pendant le confinement et a été pris d’assaut pour les locations cet été. « Nous avons été obligés de refuser des demandes ! » affirme ce professionnel. Côté hébergement, même si le taux d’occupation moyen est resté cet été en-dessous de celui de 2019 – une « année exceptionnelle » –, le nombre de nuitées tend à augmenter.

Un tourisme de proximité

Globalement, l’été 2020 a vu s’affirmer un tourisme régional, interrégional, francilien et même européen. « Il y a quelques incertitudes sur la fin de saison qui est traditionnellement fréquentée par des jeunes retraités, plutôt sous forme de voyages collectifs », indiquait François Bonneau. Au niveau des acteurs du tourisme comme Rodolphe Delord, le directeur du zoo de Beauval, il y a eu de fortes fréquentations sur juillet et août. L’établissement loir-et-chérien a même amplifié ses horaires en ouvrant de 8h à 21h. « Nous marchons également très fort sur septembre, octobre, mais nous avons perdu les séminaires et l’événementiel jusqu’en 2021. Nous en sommes à environ 1 million de visiteurs accueillis, contre 1,6 l’an dernier ». Sachant qu’avec son dôme tout neuf, Rodolphe Delord pouvait raisonnablement tabler sur 1,8 million de visiteurs annuels…

Du côté d’Amboise, Marc Métay, le directeur du château d’Amboise, observe un taux de fréquentation équivalent à 95 % d’une année moyenne comme 2018, avec une clientèle française à 80 % : « Nous avons aussi eu des touristes belges, néerlandais et suisses, complète-t-il. Il y a également un effet rattrapage au niveau des achats en boutique. » De quoi espérer, malgré des annulations de groupes et l’absence du public scolaire, améliorer le chiffre d’affaires pour ce monument, qui attire habituellement près de 450 000 visiteurs par an. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AUTRES ARTICLES A LIRE

Signaler un commentaire