|
|
|
Faire matcher séniors et étudiants

Faire matcher séniors et étudiants

Face à la pénurie de logements pour étudiants – seuls 16 % d’entre eux ont accès à un logement universitaire –, le site Colibree.fr, basé au Lab’O, met en relation des jeunes de moins de 30 ans avec des séniors de 60 ans et plus disposant d’une chambre à louer.
Laurence Boléat
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Un sénior disposant d’une chambre de minimum 9 m² respectant les règles de décence peut proposer celle-ci à la location, à un tarif toutefois inférieur au prix du marché : cela se passe sur la plateforme Colibree, fondée par Mélanie Slufcick et développée au Lab’O, à Orléans. L’idée ici n’est pas seulement d’améliorer son pouvoir d’achat, mais aussi de partager des moments de vie sur le principe du lien social intergénérationnel. Au moment de son inscription en ligne, le loueur répond à un questionnaire qui matche avec celui de l’étudiant en recherche de logement, soumis lui aussi au même protocole d’inscription. Ainsi, séniors ou étudiants cochent leurs souhaits en termes de rythme de présence, puis mentionnent leurs besoins ou propositions en services, leurs goûts musicaux ou culinaires, leurs programmes télé préférés, leurs centres d’intérêts, leur tempérament, mais également des détails plus prosaïques tels que la cigarette, la présence d’animaux, le montant de la contrepartie financière souhaitée, etc. En clair, la plateforme ne proposera pas à un joueur de scrabble adepte de musique classique de cohabiter avec un passionné de punk métal et de sport…

De 40 à 480 €

Du côté des profils étudiants, le spectre est large, comme le souligne Mélanie Slufcik : « Nous avons aussi bien des très jeunes de 17 ans qui quittent le domicile familial pour leurs études et ne veulent pas se retrouver seuls dans une ville inconnue que des étudiants en thèse ou jeunes actifs tout juste diplômés, qui n’ont pas encore les moyens de louer un appartement. » Les séniors quant à eux sont dans leur grande majorité des femmes, tout juste retraitées, qui souhaitent conserver des relations humaines tout en améliorant les fins de mois. S’inscrivent également des personnes plus âgées qui, grâce à cette présence humaine, envisagent de rester chez eux plus longtemps. Une solution qui sécurise aussi les proches. Pour fixer le montant du loyer, encadré par la loi Elan, avec une contribution minimum de 100 € pour les frais, Colibree joue le rôle de conseil. La somme est forcément dégressive en fonction des services rendus par l’étudiant et par le temps de présence qu’il accorde à son cohabitant. À Orléans, les prix varient ainsi entre 40 € pour une personne demandant un fort accompagnement avec beaucoup d’attention (partage de repas, promenade…) à 480 € pour une chambre avec salle de bains individuelle et parking privé chez un sénior ne demandant qu’à être utile à un jeune. À noter que la signature d’un contrat avec Colibree, organisme agréé par l’état, permet à l’étudiant de percevoir l’APL. 

La petite entreprise semble vouée à une croissance rapide. Uniquement le mois dernier, 80 nouvelles chambres ont été enregistrées sur le site Internet. Pour se rémunérer, Colibree prélève en supplément du loyer qu’elle reverse une commission de 20 % avec un minimum de 40 € et un maximum de 100 €. Cette somme comporte toute la gestion et le suivi administratif du contrat pour les deux parties et intègre, si cela est souhaité, l’assurance habitation étudiant et la responsabilité civile.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire

Signaler un commentaire