|
|
|
Le Parti Animaliste mobilisé

Le Parti Animaliste mobilisé

Il présente cinq candidats dans le Loiret
Gaëla Messerli
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Afin de défendre la cause animale, le Parti animaliste (PA) sera présent pour le premier tour des élections législatives avec des candidats référencés dans cinq circonscriptions du Loiret (seule la première circonscription ne comptera pas de binôme représenté). Si en 2019, le PA avait emporté 5 789 voix aux dernières élections européennes, (soit un score de 2,6 % dans le Loiret) et avait failli être présent au sein d’une liste d’alliance avec La France Insoumise lors des municipales à Orléans en 2020 (liste finalement invalidée en préfecture pour cause de documents originaux manquants, ndlr), il entend cette année bel et bien porter la voix des animaux dans ces élections législatives. 

« Un vote utile »

Parmi ces candidats loirétains du Parti animaliste, on trouve Anaïs Boyer dans la deuxième circonscription du Loiret. Cette jeune femme, qui aurait dû être la numéro 2 de la liste d’alliance avec La France insoumise à Orléans en 2020, faisait déjà signer, petite, des pétitions contre le massacre des phoques. Elle a ensuite suivi un master en communication politique et, à la création du Parti animaliste en 2016, a tout de suite pris sa carte. « Le vote pour le Parti animaliste est forcément utile, car il est 100 % tourné vers la cause animale, explique-t-elle à la veille du premier tour. Car en défendant les animaux, on aide également les humains ! » Ne mangeant aujourd’hui plus aucun produit animal, Anaïs Boyer prône un accompagnement à la « reconversion pour les éleveurs » en même temps que « la fin de l’élevage intensif ». Idem pour les abattoirs : « Nous ne cherchons pas à stigmatiser ceux qui font ces métiers », insiste cependant Anaïs Boyer, actuellement chargée de clientèle pour une plateforme téléphonique et habitante à Huisseau-sur-Mauves. Parmi les batailles à mener pour cette candidate, il y aura également la reconnaissance « de droits fondamentaux » pour les animaux, mais aussi l’interdiction de la chasse. Reste à savoir si dans le Loiret, ce combat fera mouche. En attendant, le PA peut compter, au plan national, sur quelques voix médiatiques pour se faire entendre : ainsi dans la troisième circonscription de Paris, le mouvement a par exemple investi comme candidat l’humoriste Laurent Baffie, qui a déclaré vouloir « mettre (sa) notoriété au service du Parti animaliste et lui donner une meilleure visibilité ». Voilà qui est fait ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire

Signaler un commentaire