|
|
Les « anti-pass » restent mobilisés
|
|
Les « anti-pass » restent mobilisés

Les « anti-pass » restent mobilisés

Bien que leur nombre diminue et que la CGT se soit désolidarisée, les manifestants hostiles au pass sanitaire continuent de battre le pavé à Orléans.
B.V
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Share on whatsapp

Le temps passe, mais pour eux, le pass ne passe toujours pas. Samedi dernier, ils étaient encore entre 300 et 400 à manifester, dans le centre-ville d’Orléans, contre l’instauration du pass sanitaire et sa probable prolongation. « En fin de parcours, nous étions même 800, des gens nous ont rejoints », affirme Sarah Bertran, représentante du « collectif citoyen » qui continue à faire vivre le mouvement. Pourtant, à cause de la présence de certains manifestants néo-nazis, identitaires et/ou royalistes, les syndicats, et notamment la CGT, ont décidé de se retirer des cortèges. Le NPA et le groupe d’action de La France insoumise Orléans Nord-Ouest continuent quant à eux de soutenir et de participer au mouvement, en regrettant le départ de leurs camarades syndiqués. Mais le collectif citoyen assure lui que les militants d’extrême droite ont été bannis des manifestations anti-pass. « Ces nazis (sic), on a essayé de les sortir avec nos propres moyens, on a aussi alerté la police dès qu’on a pu, explique Sarah Bertran. Ces infiltrations sont horribles. On a passé deux samedis très compliqués, mais il faut bien comprendre que nous, on ne connaissait pas ces symboles, ces drapeaux. Sincèrement, on a fait ce qu’on a pu. » Les manifestants issus de ce collectif citoyen, qui continuent la lutte, se disent de toute façon toujours apolitiques. « Il y a des gens de tout profil qui manifestent ici. On n’est absolument pas dans le partisan, mais plutôt dans le ressenti qu’on a pu connaître au moment des Gilets jaunes. » De là à faire des manifestants « anti-pass » les successeurs de ceux qui ont occupé les ronds-points en 2018 ? « Même si des revendications se recoupent, ce sont deux émergences différentes, répond Sarah Bertran. On ne procède pas non plus de la même façon. Nous, on reste quand même, entre guillemets, de “gentils manifestants”. Personnellement, moi, au départ, je suis “dans le rang”. Mais si des personnes comme moi se retrouvent dans la rue, c’est que la France va mal… » 

« C’est très fort »

Sur le fond, les motivations de ces « anti-pass » – « et pas anti-vacc’ », répètent-ils – restent les mêmes qu’au départ du mouvement, cet été : ils demandent le retrait de « ces lois liberticides qui continuent à avoir cours. Le Code pénal est bafoué, le Code du travail aussi. Ce ne sont pas de petits enjeux. Tant qu’il n’y aura pas d’écoute, on continuera la lutte. Évidemment qu’il y a de la fatigue, mais humainement, ça reste très fort. Il y a un vrai plaisir de se retrouver », notamment au travers des « micros citoyens » et « tisanes citoyennes » qui continuent à avoir cours en fin de cortège. Il n’est donc pas prévu, dans les prochains jours, que la mobilisation de ces irréductibles se tasse dans les rues d’Orléans. D’ailleurs, même si Sarah Bertran se dit « triste » que les syndicats se soient désolidarisés du mouvement, celui-ci a désormais, selon elle, « une dimension encore plus citoyenne ». Samedi prochain, ils devraient ainsi être de nouveau de sortie dans les rues du centre-ville pour clamer leurs revendications, dans des conditions incertaines. Samedi dernier, le collectif n’a pas pu emprunter l’itinéraire qu’il s’était fixé et qui était le même, assure-t-il, que le samedi précédent. « Mais la Préfecture ne l’avait pas validé et nous a demandé d’en exécuter un autre. On a quand même pu en discuter au début de la manif avec la police, qui s’est montrée très agréable. On essaye de rester dans la légalité… » Ce jeudi, les manifestants mobilisés le week-end à Orléans devaient aussi se rendre devant l’ARS pour soutenir les personnels soignants suspendus de leurs fonctions, car non vaccinés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
Christophe Chaillou : « une profonde amertume »
Christophe Chaillou a annoncé ce matin qu’il démissionnait de la...
Alertes à la bombe à Orléans : « des plaisanteries qui n’en sont pas ! »
Hier soir, la procureure de la République, Emmanuelle Bochenek-Puren, et...
Diffuseur Saran-Gidy : c’est parti
La pose de la première pierre de l’échangeur Saran-Gidy, au...
Événements de la semaine
13
Mar
11
Mar
Saint-Jean-de-la-Ruelle Médiathèque Anna-Marly puis dans tous les quartiers de la ville
#
11
Mar
Orléans – Palais de Justice – 44, rue de la Bretonnerie
#
14
Oct
Orléans – Théâtre Gérard Philipe
à 15 h
11
Oct
Olivet – Parvis du Moulin de la Vapeur
à 11 h 30
ARTICLES RÉCENTS