|
|
Prêtres pédophiles dans le Loiret : Quel sort leur réserve l’église ?
|
|
Prêtres pédophiles dans le Loiret : Quel sort leur réserve l’église ?

Prêtres pédophiles dans le Loiret : Quel sort leur réserve l’église ?

Certains voudraient les voir bannis de l’Église, mais celle-ci s’occupe encore, dans certains cas, des prêtres pédophiles ayant fauté.
G.M
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Share on whatsapp

«L’Église continue de l’entretenir et nous, on morfle depuis 20 ans ! » C’est le genre de phrase que l’on peut entendre dans la bouche de victimes constatant que les diocèses hébergeaient d’anciens prêtres condamnés pour pédophilie. « On entend ces victimes, répond Karl Aymeric de Christen, vicaire épiscopal du diocèse d’Orléans. La question est légitime, mais complexe pour nous. Un prêtre, de par son ordination, entre dans une famille. Quand un membre commet un acte condamnable, doit-on le renier ? Alors nous évitons de le mettre en situation de réitérer, mais nous ne pouvons ni le transformer en SDF, ni faire comme si de rien était. Chaque cas est différent, selon qu’il s’agisse d’un prêtre proche de la retraite qui n’aura pas le minimum pour vivre ou de quelqu’un qui a de la famille et peut travailler. »

Sanctions canoniques et pénales

Les temps changent cependant au sein de l’Église, notamment en matière de droit canon. Ainsi, à propos du cas Loïc Barjou, ex-prêtre du diocèse condamné en 2006, la reconduction à l’état laïc est arrivée… dix ans après sa condamnation. « Désormais, ce n’est plus une procédure canonique lourde, mais une démarche administrative », affirme Karl Aymeric de Christen. Concernant l’abbé Pierre de Castelet, condamné en 2018, « la démarche est en cours » et pour l’abbé Olivier de Scitivaux, mis en examen pour viols et agressions sexuels sur plusieurs mineurs, « la sanction canonique pourrait intervenir avant la sanction pénale. » Aujourd’hui, Loïc Barjou n’est en tout cas plus lié à l’Église en « tant qu’institution », mais Pierre de Castelet reste quant à lui logé par le diocèse. Quant à Olivier de Scitivaux, qui n’a pas encore été jugé, il « ne peut pas se trouver dans le diocèse », rappelle Karl Aymeric de Christen, la Justice ayant demandé son éloignement.

Une réponse

  1. L’église Catholique vit de la Quête dominicale, de dons pour les sacrements, d’héritage, et du denier du culte.

    Dans tous les cas c’est de l’argent donné par des Catholiques

    Moi cela ne me dérange pas de donner de l’argent par exemple à la quête du Dimanche pour nos prêtres.

    Par contre ça me dérange profondément que cet argent serve pour loger et nourrir des pretres pédophiles.

    🚩 cela me pose un problème de logique et de conscience.

    Je préférerais faire un don pour une association de victime .

    Autre détail ; un laïc ne peut pas être nommé prêtre avant 24 ans . La formation séminariste dure 7 ans .

    Il faudrait pendant ce temps Ue mes formateurs de prêtre aient des moyens pour démasquer des pédophiles bien avant de les nommer prêtre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
Michaël Gonçalves danse avec les stars
Figure locale du monde de la nuit et de la...
Salti, danse épidémique !
La Scène Nationale d’Orléans invite la Compagnie Toujours Après Minuit...
En août, O’Tempo remontera le son
Après avoir accueilli 5 000 personnes lors de sa première édition en...
Événements de la semaine
13
Mar
11
Mar
Saint-Jean-de-la-Ruelle Médiathèque Anna-Marly puis dans tous les quartiers de la ville
#
11
Mar
Orléans – Palais de Justice – 44, rue de la Bretonnerie
#
14
Oct
Orléans – Théâtre Gérard Philipe
à 15 h
11
Oct
Orléans – Salle de l’institut
à 10 h 45
ARTICLES RÉCENTS