|
|
Rencontre avec la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église : Que la parole se libère…

Rencontre avec la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église : Que la parole se libère…

La semaine dernière, la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église faisait escale dans la métropole pour échanger avec les victimes et leurs proches au Musée des Beaux-Arts d’Orléans. Que retenir de cet échange ?
Gaëla Messerli
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

La Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église (CIASE) est en train de parcourir toute la France. Mandatée par l’Église de France (Conférence des Évêques de France et Conférence des religieux et religieuses de France), elle est chargée de recueillir les témoignages sur les abus sexuels dans l’Église sur des mineurs et des personnes vulnérables. Mardi dernier, elle était à Orléans. « Jusqu’à présent, 4 500 témoignages ont été recueillis en France, a expliqué Jean-Pierre Rosenczveig, membre de la Commission et ancien président du Tribunal pour enfants de Bobigny. C’est beaucoup mais c’est peu en même temps à l’échelle de notre pays. Il doit y en avoir d’autres. »

D’où l’idée de cette tournée dans les diocèses pour cette Commission composée de 22 bénévoles, anciens magistrats, chercheurs, spécialistes du droit canon… et présidée par Jean-Marc Sauvé, vice-président honoraire du Conseil d’État. « L’Église de France nous a signé un chèque en blanc », a résumé le magistrat agnostique, qui a insisté sur l’indépendance de cette Commission, laquelle rendra, dans un rapport annoncé pour le printemps 2021, un état des lieux « non édulcoré » de faits allant des années 50 à aujourd’hui, mais aussi des préconisations pour éviter qu’ils ne se reproduisent. « L’idée est simplement de comprendre ce qu’il s’est passé, pourquoi et comment. Il y a, de plus, un engagement d’anonymat des victimes. » Néanmoins, pour les faits tombant sous le coup de la loi, ceux-ci pourront être communiqués aux Parquets. Des signalements ont en outre déjà été réalisés auprès de certains évêchés lorsque l’on tombait sous le coup de la prescription.

« Je sens une peur de faire des vagues » 

Lors de l’étape orléanaise de la CIASE, les témoignages ont été nombreux. « La vérité rend libre, a ainsi témoigné Quentin, un jeune homme victime d’abus. Il y a une omerta. Dans notre affaire, au sein de mouvements scouts, des archives ont disparu ! Les portes sont closes… » La question du secret de la confession a également été soulevée, tout comme celle de la réponse à apporter lorsque l’on se retrouvait témoins de gestes déplacés. Une mère de famille de cinq enfants, victime dans son enfance, a aussi évoqué les troubles qu’elle vivait encore aujourd’hui dans son couple. Car c’est en effet un dénominateur commun de la plupart des témoignages : une douleur à vie.

On a aussi pu entendre le désarroi d’une mère expliquant que son fils, victime « il y a 25 ans », avait « essayé de se suicider deux fois » et avait « tendance à vouloir oublier en buvant. » Jérôme, victime du père Olivier de Scitivaux – dont le dossier est en cours d’instruction-, a quant à lui évoqué une « torpeur depuis deux ans. Nous sommes six victimes reconnues aujourd’hui, nous avons besoin de votre aide. Je sens une peur de faire des vagues, de remuer des choses. » Jérôme a également évoqué la question du tabou lié à l’homosexualité, car les victimes sont aujourd’hui des hommes mariés « rongés. » Ces témoignages ont montré que le rapport de la CIASE allait marquer une étape sur la question des violences faites aux enfants. « Et pas seulement dans l’Église », a conclu Jean-Pierre Rosenczveig.

 Plus d’infos
La commission (CIASE) est joignable 7/ 7jours, de 9 à 21 h par téléphone au 01 80 52 33 55 ou par mail à victimes@ciase.fr
L’association d’Aide aux Victimes du Loiret fait partie de la fédération France Victimes, partenaire de l’appel :  02 38 62 31 62 et contact@avl45.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire

Signaler un commentaire