|
|
« Les gens comprennent notre démarche »
|
|
« Les gens comprennent notre démarche »

« Les gens comprennent notre démarche »

En 2022, la municipalité va continuer à décliner son action autour de trois axes structurants : le social, la démocratie participative et la transition écologique et environnementale, avec plusieurs chantiers de rénovation du bâti et de verdissement de la ville. Avec la conviction d’aller dans le bon sens tant lutter contre le changement climatique devient une évidence pour de plus en plus de Tourangeaux. propos recueillis
Par Patrice Naour

Quel bilan tirez-vous de cette période des Fêtes de fin d’année ? Le marché de Noël éclaté n’a semble-t-il pas fait l’unanimité…

La premier sujet, c’est la situation sanitaire : on ne voulait pas avoir un seul gros marché de Noël centralisé sur un même site avec une forte concentration de population au même endroit. Cela a dilué la fréquentation sur les différents sites et a pu décevoir certains commerçants, mais pas tous car d’autres étaient satisfaits de l’activité sur la période. Les commerçants sédentaires, comme ceux de la place de la Résistance par exemple, étaient aussi contents car le marché a drainé du monde sur la place. La météo et les craintes du Covid ont aussi pénalisé la fréquentation. Mais globalement, je crois pouvoir dire que les Tourangeaux étaient plutôt satisfaits de voir des animations un peu partout dans la ville et les très belles illuminations ont fait l’unanimité. Il faut donc étudier ce qui a moins bien fonctionné pour améliorer le dispositif pour décembre prochain.

Justement, vous avez vécu votre première année pleine en tant que maire, quel bilan en tirez-vous sur un plan plus personnel ?

C’est une tâche exaltante, au service des Tourangeaux. C’est évidemment quelque chose de passionnant et de très enrichissant qui me mobilise plus qu’à plein temps, et globalement, c’est une fonction très enthousiasmante parce que je suis accompagné d’une équipe d’élus engagés et que nous avons un beau projet à mettre en œuvre qui, me semble-t-il, est de mieux en mieux perçu par les Tourangeaux parce qu’ils ont bien compris les enjeux de transition écologique et environnementale. À titre personnel, j’ai vécu une année très pleine…

Marquée tout de même par quelques coups durs, comme l’épisode de la Métropole où, avec la gauche, vous avez été évincé de l’exécutif…

Oui, l’épisode est clos. Comme je l’ai dit à plusieurs reprises, c’est regrettable puisque la ville-centre n’est pas représentée dans la gouvernance, ce qui est incompréhensible, mais maintenant il faut avancer et travailler au service des Tourangeaux. Nous avons trouvé un mode de fonctionnement avec Frédéric Augis pour évoquer les dossiers importants ensemble car les destins de la Métropole et de Tours sont liés. Il faut donc être pragmatique et travailler pour l’intérêt général des habitants du territoire. On a des rendez-vous réguliers pour évoquer des sujets métropolitains qui impactent Tours et des sujets Ville de Tours qui concernent la Métropole. C’est mon souhait de faire avancer les dossiers en bonne intelligence.

« 500 000 € pour le budget participatif »
En fin d’année, il y a eu aussi l’affaire du détournement de fonds par Guillaume Münsch-Masset, mari de la 1re adjointe Cathy Münsch-Masset qui, de fait, est impliquée et sera jugée aux côtés de son mari le 8 février prochain. Quelle est votre position par rapport à cette affaire ?

Je ne vais pas commenter l’affaire sur le fond, un procès est prévu en février, et jusque-là la présomption d’innocence prévaut. Ce qui s’est passé, si les faits sont confirmés, est évidemment choquant et inadmissible. Je veux juste rappeler que, passée la sidération, nous avons pris les dispositions pour préserver les intérêts des Tourangeaux et assurer la continuité des affaires municipales. J’ai suspendu Cathy Münsch-Masset de ses délégations de 1re adjointe avant qu’elle ne démissionne de ses fonctions. Elle est toujours simple conseillère municipale. Attendons le verdict pour voir qu’elles seront les mesures à prendre en cas de condamnation. Mais laissons faire la justice…

2021 a été l’année du lancement des chantiers, 2022 sera celle des premières concrétisations ?

Malgré le contexte de la crise sanitaire qui a nous ralentis en 2020, nous avons pu effectivement rentrer dans le vif du sujet l’an passé. Nous avons mis en œuvre un certain nombre de chantiers autour des trois piliers qui soutiennent notre action, à savoir le social, la transition écologique et la démocratie participative. En ce qui concerne ce pilier, tous les grands chantiers lancés ont connu cette phase de concertation avec les habitants, que ce soit au Sanitas, pour les Casernes, le projet des halles ou le haut de la Tranchée, sans oublier la future place du Grand Marché qui a été présentée le 12 janvier. C’est un marqueur fort pour nous : il faut impliquer les gens dans la définition de leur cadre de vie. Nous appliquons cette méthode participative sur tous les grands projets. Nous avons aussi élaboré le premier budget participatif de la Ville de Tours qui sera lancé au printemps : 500 000 € seront alloués à des projets portés par des habitants, collectifs ou associations d’ici la fin de l’année pour une réalisation en 2023.

Sur le plan de la solidarité, la ville s’est engagée pour l’accueil de réfugiés afghans à la fin de l’été…

Oui, c’était une action temporaire pour répondre à l’urgence. On a organisé un centre d’accueil pour 40 réfugiés au CTRO de la vallée du Cher qui appartient à la Ville. Ils sont passés par Tours le temps de faire les démarches et de choisir d’autres destinations. Mais Tours a aussi accueilli la famille d’une poétesse afghane qui ne pouvait plus rester dans son pays. Cela aussi pour rappeler que Tours se veut une ville accueillante et solidaire, ce sont ces valeurs humanistes qui animent notre action et nous en sommes très fiers dans ces temps où tant de haine se déverse sur la place publique.

« Le haut de la rue nationale sera végétalisé »
Qu’en est-il de la transition écologique, vous avez aussi initié les premières actions…

C’est effectivement un immense chantier qui recouvre plusieurs aspects, comme la revégétalisation de la ville, la rénovation des bâtiments publics pour lutter contre les émissions de carbone, la politique de mobilités, etc. C’est très vaste et cela demande énormément de moyens. Nous avons prévu un plan d’investissement de plus de 400 M€ sur les dix prochaines années pour traiter un certain nombre de points. Déjà nous avons planté cette année plus de 10 000 arbres et arbustes sur le territoire de la ville en 2021. On va continuer lors de la journée de plantation citoyenne qui aura lieu le 2 février, au cours de laquelle les Tourangeaux sont invités à venir participer aux plantations, l’objectif étant de planter 4 000 arbres et arbustes supplémentaires. Et puis le haut de la rue Nationale sera aussi revégélatisé, avec la plantation d’arbres au niveau des hôtels. Mais j’ai le sentiment que les gens comprennent mieux les enjeux de cette lutte contre le réchauffement et donc notre action au vu des événements climatiques à répétition.

Qu’en est-il des écoles ?

Il est effectivement prévu près de 80 M€ pour le plan « Écoles en transition » afin de rénover prioritairement les écoles qui sont de véritables passoirs énergétiques. Cela a déjà commencé avec l’école Michelet et cela continuera cette année avec Jean de La Fontaine à Tours-Nord. Le concours pour l’école Claude Bernard dans le quartier du Sanitas a aussi été lancé et la petite école Kléber, près de palais des sports, est aussi concernée par le projet de rénovation urbaine du quartier. Il y a aussi la végétalisation des cours d’école, deux sont concernées dès cet hiver avec des plantations dans les écoles Buisson-Molière et Croix-Pasquier – Saint-Exupéry. Trois autres seront « débitumisées » cet été pour des plantations l’hiver prochain, à savoir Ferry-Pitard, Gide-Duhamel et Paul-Bert. Cela se passe en deux temps, débitumisation à l’été puis plantation au sortir de l’hiver, ce n’est pas instantané.

Et la ville s’est aussi engagée sur le sport, qu’attendez-vous pour cette année 2022 ?

Nous avons reçu le 13 janvier la délégation irlandaise qui pourrait choisir Tours comme camp de base pour la Coupe du monde de rugby 2023 en France, avec le complexe de la Chambrerie rénové d’ici la fin de l’année. Et puis, pourquoi pas accueillir une délégation ensuite pour les JO 2024 ?

Il y a aussi un débat actuellement autour d’une salle pour le basket, quelle est votre position ?

Je le dis très clairement : vu l’état actuel de nos finances et les priorités que nous avons fixées, la Ville de Tours n’a pas les moyens d’investir dans un nouvel équipement pour  » l’équipe de basket  » par le TMB. Notre objectif est de finir la rénovation du centre municipal des sports pour que cela profite au plus grand nombre… Après, est-ce qu’il est possible d’aménager le grand hall du parc expo pour accueillir des manifestations sportives ? D’autres pistes sont à l’étude, des discussions sont aussi en cours avec la Métropole, mais en l’état actuel des choses, une
nouvelle salle est exclue.

Nous entrons dans une année électorale, quelle est votre analyse sur la situation de la gauche ?

Je soutiens bien évidemment Yannick Jadot, le candidat de mon parti, mais j’aimerais bien qu’il y ait rassemblement à gauche et, qu’au niveau national, on puisse réaliser ce que nous sommes parvenus à faire à Tours pour les municipales. Nous avons démontré que le meilleur moyen de gagner c’était l’union. Mais cela semble compliqué…

Vous ne serez pas candidat aux législatives sur Tours ?

Non, sûrement pas.Je ne partirai pas comme d’autres vers des horizons nationaux, il y a tant de choses à faire pour notre ville, j’irai au bout de ce mandat a minima ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AUTRES ARTICLES A LIRE
Anaïs Lafon L’envie de châteaux
Châteaux de la Bourdaisière, de Chenonceau, de Montsoreau… La jeune...
Entrée gratuite dans les monuments du Département !
On ne le sait pas assez mais l’Indre-et-Loire est l’un...
La Touraine au diapason !
Si l’offre culturelle se concentre avant tout sur la métropole,...
Événements de la semaine
8
Oct
Grand Théâtre
Ven. 8 oct. à 20 h
6
Oct
Vinci, Tours
Mer. 6 oct. à 20 h 30 
2
Oct
L’hôtel de ville de Tours.
2 et 3 oct. de 10 h à 18 h
1
Oct
Oésia, Notre-Dame-d’Oé
Ven. 1er à 18 h 30 et 20 h, sam. 2 à 11 h, 15 h et 17 
4
Juin
Chinon
DU 4  AU 6 JUIN
4
Juin
Grand Théâtre de Tours
Ven. 4 à 19 h, dim. 6 à 15 h, mar. 8 à 19 h
ARTICLES RÉCENTS