|
|
Tours FC : Jean-Marc Ettori veut jouer les prolongations !
|
|
Tours FC : Jean-Marc Ettori veut jouer les prolongations !

Tours FC : Jean-Marc Ettori veut jouer les prolongations !

Que ceux qui veulent le voir partir ne se réjouissent pas trop vite : le propriétaire du Tours FC n’entend pas lâcher l’affaire et veut apporter des garanties pour assurer la poursuite du club au tribunal de commerce de Tours qui doit statuer le 26 avril prochain, onze mois après la mise en redressement du club… Le feuilleton n’est peut-être pas terminé !
Naour PATRICE NAOUR
Le tribunal de commerce doit rendre son jugement le 26 avril

« Plus on veut me faire partir, plus j’ai envie de rester, mais je ne m’accrocherai pas au Tours FC comme une bernique à son rocher, s’il y a un projet crédible et professionnel, je suis prêt à laisser la place, ça fait huit ans que je le dis, mais le projet présenté par les da Fonseca n’est ni sérieux, ni professionnel, je ne peux pas laisser le club aller dans le mur avec ce projet… » Voilà résumée la position de Jean-Marc Ettori, le président de la SASP propriétaire du Tours FC. Le 26 avril prochain, le tribunal de Commerce de Tours livrera sa décision quant à l’avenir du club placé en redressement judiciaire depuis le 21 mai 2021.
Sauf coup de théâtre dans la dernière ligne droite, trois hypothèses seront étudiées pour la sortie du redressement : la poursuite du club par son propriétaire actuel qui va déposer un dossier en ce sens ; la reprise par la famille da Fonseca, Omar, l’ancien attaquant du Tours FC aujourd’hui consultant pour la chaine beINsports, et son fils Roman ayant déposé un dossier en ce sens aussi mais, semble-t-il, jugé un peu trop léger dans sa première mouture ; et, enfin, si aucune des deux solutions ne convient au tribunal de commerce, il peut prononcer la liquidation pure et simple de la SASP Tours FC avec ses 4 millions d’euros de créances. Une hypothèse qu’écarte Jean-Marc Ettori, qui entend se « battre comme un démon » pour ramener le club vers le football pro dans les six ans à venir. « J’ai un certain sens de l’honneur, des responsabilités et de l’honnêteté pour ne pas lâcher les gens qui m’ont fait confiance, plaide l’homme d’affaires corse, également PDG du groupe de tourisme Corsicatours dans son île natale. Je veux rembourser la dette qui pourrait être rééchelonnée sur dix ans, ça peut sembler long, mais mieux vaut une dette remboursée sur la durée qu’une liquidation. Et je rappelle encore que quand je suis arrivé à l’été 2013 le club avait déjà une dette de 10 M€ qui a été épongée en cinq ans. Malheureusement, l’équipe est descendue en National et a été privée de recettes importantes qui ont conduit, avec bien d’autres vilenies et trahisons, à la situation dans laquelle nous sommes aujourd’hui. Mais je suis toujours propriétaire du Tours FC à 99,9 % et je ferai tout pour le ramener là où il était… »

Une « remontada » en six ans

Une forme de « remontada » qui est louable mais des paroles aux actes il y a loin et l’on sait qu’en matière de sport professionnel, les meilleures intentions ne sont pas toujours couronnées de succès parce qu’elles dépendent des résultats sur le terrain sportif, par nature aléatoires. Premier étage à cette fusée qui doit voir la Tours FC redécoller vers les sommets : apporter des garanties au tribunal de Commerce, ce que prévoit de faire Jean-Marc Ettori. « Je n’ai pas l’intention, et le tribunal ne le tolérerait pas, de retourner dans six mois pour replacer le club sous sa protection, il faut donc apporter des garanties pour un plan de continuation sur la durée, ce que je vais faire. » Quelles garanties ? Quels capitaux ? Trop tôt pour le savoir tant que le dossier – qui doit être déposé en amont du 26 avril pour laisser le temps aux magistrats de l’étudier – n’est pas bouclé. Mais, contre vents et marées, Jean-Marc Ettori entend être conforté par l’audience du 26 avril. Pourquoi contre vents et marées ? Parce qu’aujourd’hui il est isolé sur le terrain tourangeau. La Ville et la Métropole ont apporté publiquement leur soutien au projet da Fonseca qui est séduisant au premier abord mais n’a guère convaincu les magistrats jusqu’à présent puisqu’une audience d’étape a été organisée mi-mars à laquelle ni Omar ni son fils Roman n’a été convié pour présenter les améliorations apportées à leur projet qui avait été jugé trop léger l’automne dernier. Ils doivent donc « muscler » leur plan de reprise s’ils veulent remporter la mise le 26 avril.

Car, au-delà des considérations sentimentales, on se place ici sur le terrain du droit avec un tribunal garant des intérêts des créanciers. Il privilégiera la continuité si le remboursement de la dette est garanti dans les dix ans à venir. Ce qui n’est pas le cas avec le projet da Fonseca qui propose bien la poursuite du Tours FC mais sans reprise du passif qui s’élève à 4,3 millions. Le match se jouera donc sur le terrain financier, le projet le plus solide pouvant remporter la partie… Rien n’est donc joué, mais le projet da Fonseca, tel que présenté initialement, n’est pas assez solide en l’état. Celui du propriétaire le sera-t-il davantage ?

Le cauchemar des élus tourangeaux

S’il parvient à sauver la mise et « son » club au soir du 26 avril, il va revenir hanter les nuits des élus tourangeaux qui ne veulent plus entendre parler de lui. Il doit donc se préparer à continuer en terrain hostile, plus que miné. Il devra aussi repasser sous les fourches caudines de la Commission régionale de contrôle des comptes, une instance du football régional qui doit valider les budgets des clubs en difficulté et qui ne lui a jamais fait de cadeau. Sans compter qu’il devra repartir au front pour convaincre sponsors et autres partenaires d’apporter leur soutien au club, ce qui, dans un tel climat d’hostilité générale, n’est pas gagné. « Mais je suis habitué depuis huit ans à tous les coups tordus, toutes les trahisons de la part de personnes qui n’ont jamais tenu leur promesses, poursuit Jean-Marc Ettori. J’espère que la Ville reviendra à de meilleurs sentiments envers moi si le tribunal de commerce décide la continuation de l’activité… »

On y verra plus clair le 26 avril mais, à quelques minutes du coup de sifflet final, l’avenir du Tours FC n’est pas encore assuré !

Une réponse

  1. Quelle tristesse de voir ce club à l agonie .je suis ce club depuis 1960 avec mon père nous allions à Grammont . Le nombre de joueurs qui ont fait la fierté du fc Tours

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AUTRES ARTICLES A LIRE
Les nouveaux bus au gaz en circulation !
Les premiers bus au gaz livrés par l’usine Scania d’Angers...
LADI.es bouscule nos habitudes
Un parcours artistique semé de spectacles, d’expositions et d’ateliers : le...
Guillaume Marquès : Enfant de la balle
Joueur, éducateur, entraîneur, directeur général… Présent au club depuis 2007,...
Événements de la semaine
8
Oct
Grand Théâtre
Ven. 8 oct. à 20 h
6
Oct
Vinci, Tours
Mer. 6 oct. à 20 h 30 
2
Oct
L’hôtel de ville de Tours.
2 et 3 oct. de 10 h à 18 h
1
Oct
Oésia, Notre-Dame-d’Oé
Ven. 1er à 18 h 30 et 20 h, sam. 2 à 11 h, 15 h et 17 
4
Juin
Chinon
DU 4  AU 6 JUIN
4
Juin
Grand Théâtre de Tours
Ven. 4 à 19 h, dim. 6 à 15 h, mar. 8 à 19 h
ARTICLES RÉCENTS