|
|
« Tours n’est pas à l’arrêt, elle est enlisée ! »

« Tours n’est pas à l’arrêt, elle est enlisée ! »

Christophe Bouchet, ancien maire de Tours de 2017  à 2020, président du groupe Tours nous rassemble.
Rédaction

«Je suis désolé de le dire mais les seuls projets qui avancent sont ceux que nous avions lancés, comme le plan écoles, la rénovation de l’îlot Marie Curie pour lequel nous avions lancé un appel à projet… Et même la nouvelle cuisine centrale, même si elle a pris depuis une autre forme, c’est un projet que nous avions lancé lors du mandat précédent. Comme le haut de la Tranchée aussi où le projet a été arrêté pour être revu mais en moins bien. J’étais parvenu à faire financer deux écoles dans le cadre de l’opération. Pour une ville comme Tours qui n’a pas les finances les plus florissantes qui soient, c’était plutôt positif. Et ils cassent le projet pour revenir en arrière et faire moins bien avec un périmètre réduit… Donc ils arrêtent brutalement certains projets comme le CCNT ou les nouvelles Halles. Ils modifient d’autres pour faire moins bien ou ils continuent ceux que nous avons lancés mais ne lancent rien de nouveau…
Et le constat s’impose : dans vingt ans Tours n’aura toujours pas les équipements que des villes voisines comme Orléans, Le Mans ou même Poitiers ont déjà depuis dix ans ! Notre peine continue de s’alourdir. Cela démontre non seulement l’incapacité de cette Municipalité à décider mais cela met aussi en lumière une absence de vision et une incapacité à projeter Tours à vingt ou trente ans. Les atouts de la ville sont toujours les mêmes mais elle n’a pas le personnel politique qu’elle mérite pour la mettre en action et la projeter dans l’avenir. L’enjeu est vraiment de mettre Tours sur une carte de France et de la sortir de cette étiquette de « belle endormie » qui, au passage, l’est de moins en moins, avec le cadre de vie qui se dégrade de jour en jour.

« Une faute d’avoir quitté l’exécutif métropolitain ! »

Ma conviction est que les élus doivent se mettre au service de leur territoire pour le servir et non pas d’une idéologie pour imposer des décisions arbitraires à la population. Fermer le pont Wilson sans concertation, ça n’a pas de sens sinon de priver les habitants de Tours-Nord de la liberté de se déplacer en voiture. Il faut améliorer les mobilités mais pas à coups de décisions autoritaires. Il faut faire preuve de pragmatisme pas de dogmatisme pour se mettre au service des habitants. C’est aussi le cas au niveau de la Métropole. L’une des raisons pour laquelle la ville est à l’arrêt est qu’elle n’est plus la locomotive à la Métropole. C’est encore une aberration et une faute d’avoir quitté l’exécutif métropolitain pour d’obscures raisons politiciennes plutôt que de prendre en compte l’intérêt général des Tourangeaux. Et cela impacte non seulement la ville mais aussi tout le territoire car il n’y a ni projet ni attelage pour faire avancer notre Métropole. Et nous continuons à prendre du retard sur nos voisins et d’être la risée des autres métropoles car nous sommes encore incapables de faire sortir la 2e ligne de tramway sur ce mandat. Si ce n’est pas de l’enlisement ça… »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AUTRES ARTICLES A LIRE

Signaler un commentaire