|
|
À Orléans, On purge bébé !
|
|
À Orléans, On purge bébé !

À Orléans, On purge bébé !

Trois pièces vont encore fouler la scène du théâtre d’Orléans pour clôturer la saison du CADO. La première, On purge bébé, est une brillante farce conjugale de Feydeau, maître français du vaudeville, dont l’histoire tourne autour... du pot.
Ambre Blanes
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Un fabricant de pots de chambre en porcelaine rêve de décrocher le marché du siècle : fournir les armées. Il doit alors rencontrer Chouilloux, haut fonctionnaire de l’État, chargé de l’approvisionnement de l’armée française en pots de chambre. Les stratagèmes pour conclure l’affaire lui réservent bien des surprises, d’autant que monsieur Follavoine et son épouse sont en pleine crise conjugale, et que bébé refuse d’aller sur le pot… Si le sujet central de ce classique du vaudeville est un brin primesautier – la constipation du petit Toto –, il n’en reste pas moins que Feydeau jette les corps, les cœurs et les âmes, ainsi que les pots de chambre, au bord de la crise de nerfs : les adultes ne parviennent pas à se déchirer en paix ! Excessifs, de mauvaise foi, grinçants et cruels mais aussi follement drôles, les personnages de Feydeau se livrent à un jeu de massacre jubilatoire qui renvoie la bourgeoisie à ses démons. Représenté pour la première fois le 12 avril 1910 au Théâtre des Nouveautés, On purge bébé est une pièce en un acte composée de six scènes musicales et de théâtre contemporain. Le comique ne repose plus seulement sur les recettes classiques du vaudeville, mais aussi sur la peinture – au vitriol – des caractères : la médiocrité, la mesquinerie et l’hypocrisie petites-bourgeoises sont impitoyablement épinglées. En parlant de « sanitaires », quid, au fait, des mesures appliquées à la rentrée 2022 au Théâtre d’Orléans ? Comme le CADO le rappelle à ses abonnés et adhérents, dont certains s’inquiètent au téléphone de changements soudains, le protocole suit strictement les demandes officielles au fur et à mesure qu’elles sont émises. À ce stade, le port du masque reste obligatoire dans l’enceinte du théâtre, dont l’entrée est soumise à la présentation d’un pass sanitaire. Du gel est mis à disposition dans les salles dans le hall. Quant aux restrictions de jauges, la structure n’est pas concernée, la plus grande salle accueillant 900 et quelques places seulement. Si le pass vaccinal venait à entrer en vigueur à la mi-janvier comme annoncé, les personnes qui ne pourraient en disposer seraient invitées à se signaler au théâtre. D’après l’équipe du CADO, qui a vu une partie du public s’en aller lors de l’adoption du pass sanitaire, celle-ci doit faire face, sur le terrain, à une situation complexe vécue par certains de ses spectateurs. « Nous avons reçu l’appel d’une abonnée qui a une maladie auto-immune et ne peut pas se faire vacciner, raconte-t-on au sein de la structure. Dès lors que le pass vacinal sera adopté, ne viendra plus au théâtre, les tests négatifs n’en garantissant
plus l’accès… »  

C’est où, c’est quand ? 

Du 14 au 28 janvier 2022, salle Pierre-Aimé Touchard. 
À 19h les 19, 20 et 27 janvier ;
à 20h30 les 14, 15, 21, 22 et 28 janvier ; à 15h les 16 et 23 janvier.

De et avec Émeline Bayart. Avec Éric Prat, Manuel Le Lièvre, Valentine Alaqui, Thomas Ribière, Delphine Lacheteau, Stéphane Corbin.

Billetterie sur www.cado-orleans.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
Christophe Liony, médecin des âmes : le nouveau curé de la paroisse Saint-Vincent à Orléans
Depuis la rentrée, la paroisse Saint-Vincent à Orléans compte un...
Fool System célèbre ses 10 ans d’existence avec la sortie de son dernier album de rock franc « L’Heure bleue » – un succès pour le groupe Orléanais
Le groupe orléanais Fool System célèbre ses dix ans d’existence...
Réouverture du Théâtre Gérard-Philipe après des travaux de rénovation – Amélioration de l’isolation, de l’accès et de la sécurité à La Source
Au terme de trois mois de fermeture et de travaux...