|
|
Bach to the future !
|
|
Bach to the future !

Bach to the future !

L’Orléans Bach Festival est de retour après deux ans d’interruption ! La programmation du festival met à l’honneur le Cantor de Leipzig et ses contemporains, histoire de désacraliser le plus sacré des musiciens classiques occidentaux…
Ambre Blanes
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Share on whatsapp

Défendu par des artistes venant d’horizons variés, l’Orléans Bach Festival se découpe en cinq temps forts, de jeudi à dimanche. On commencera par Et le soleil se leva comme un grand coup d’archet, spectacle musical et théâtral en deux parties : d’abord jeudi 28 avril à 19h puis samedi 30 avril à 19h pour la deuxième partie, salle de l’Institut. C’est la violoncelliste Yska Ben Zakoun qui interprétera l’intégrale des Six Suites pour violoncelle seul de Johann Sebastian Bach, accompagnée du récitant Christian Massas. Tous deux embarqueront le public dès ce jeudi soir pour un voyage dans le passé, grâce aux textes tirés du premier roman de Simon Berger, Laisse aller ton serviteur, soit le récit d’une épopée initiatique pour le jeune Bach, à la recherche de sa musique. Deuxième événement, le vendredi 29 avril à 19h, toujours salle de l’Institut : Une soirée à Sanssouci, ancien palais d’été du roi de Prusse Frédéric II, renommé pour ses fabriques, ses jardins et autres extravagances attenantes à l’édifice. C’est dans la cour de ce roi que se retrouvaient Carl Philipp Emanuel Bach, Joachim Quantz et les frères Benda, tous grands maîtres de leur instrument, au service du monarque passionné de musique. Cette soirée placée sous le signe du féminin invitera la flûtiste Jana Semerádová (photo) et Béatrice Martin au clavecin. La première a reçu, en 2019, le prix du Groupe de Prague de la Société des arts et des sciences, tandis que la seconde a notamment fondé l’ensemble Les Folies françoises, qui a donné plus de 500 concerts en France à l’étranger.

Papa Bach !, le samedi 30 avril à 16h30, toujours à l’Institut, va quant à lui inviter le jeune public dès 6 ans pour un spectacle sur la contemporanéité de la belle histoire familiale de Bach, les échos entre l’Histoire et la musique et la force, toujours actuelle, d’une pratique artistique partagée. Tant au clavecin qu’à l’orgue, Benjamin Alard partage son temps entre les récitals et la musique de chambre et il est, chaque saison l’invité des principaux centres de musique ancienne de par le monde : il jouera des extraits du Premier livre du Clavier bien tempéré, au Temple d’Orléans cette fois, le dimanche 1er mai, à 17h pour clore le festival. L’univers du musicien, très tôt attiré par les mystères de l’orgue, est en totale connivence avec celui de Bach. Non loin de l’approche biographique, accueillant des sources historiques et musicologiques, l’Orléans Bach Festival saura séduire les mélomanes comme les amateurs de nouveauté.

C’est où, c’est quand ?
Orléans Bach Festival, du 27 avril au 1er mai 2022
Salle de l’Institut et Temple d’Orléans
Informations : orleansbachfestival.fr, Facebook, orleansbach@gmail.com
Tarif : de 5 à 13 €. Billetterie : www.helloasso.com/associations/orleans-bach-festival/
La Ville d’Orléans, le Conseil départemental du Loiret, la Région Centre-Val de Loire, le Crédit Mutuel et Audition Conseil sont partenaires de l’événement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
Christine Rousselle : Plein gaz
Cette enseignante-chercheuse à l’université d’Orléans, spécialiste de l’énergie et des...
Porte-à-porte dansé à Orléans
Imaginez une déambulation d’artistes dans votre quartier… Qui s’étendrait jusque...
Yanis, sa maman et ses amis… rêvent plus grand
Solidarité à Saint-Jean-le-Blanc.
Événements de la semaine
13
Mar
11
Mar
Saint-Jean-de-la-Ruelle Médiathèque Anna-Marly puis dans tous les quartiers de la ville
#
11
Mar
Orléans – Palais de Justice – 44, rue de la Bretonnerie
#
14
Oct
Orléans – Théâtre Gérard Philipe
à 15 h
11
Oct
Orléans – Salle de l’institut
à 10 h 45
ARTICLES RÉCENTS