|
|
Comment laisser tomber la voiture ?
|
|
Comment laisser tomber la voiture ?

Comment laisser tomber la voiture ?

Amélioration de l’offre de transports en commun, expérimentation pour décaler les horaires d’embauche dans les entreprises, aménagement de pistes cyclables… La Métropole assure qu’elle veut toujours limiter le trafic automobile sur son territoire.
Benjamin Vasset
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Romain Roy, le vice-président de la Métropole en charge des transports, résume d’une phrase son ambition et ses moyens : « Pour que les gens lâchent leur véhicule individuel, il faut offrir un service de transport en commun de qualité. » Depuis un an, l’élu répète d’ailleurs avoir bossé d’arrache-pied avec le délégataire, Keolis, pour remettre sur pied un service qui battait de l’aile. « Désormais, 99 % des trams et des bus arrivent à l’heure », assure Romain Roy, qui pense que d’ici la fin de l’année, la fréquentation dans les transports en commun de la métropole aura retrouvé son niveau de 2019. « La reprise du réseau est presque trop bonne à Orléans », va même jusqu’à dire l’élu métropolitain, à qui sont aussi revenus aux oreilles des soucis de sur-fréquentation le matin, entre 7h30 et 9h30. Problème : les cohues ne sont pas de nature à inciter les usagers à emprunter les transports en commun. Peu de solutions s’offrent à la Métropole, qui indique ne pas avoir les moyens pour rajouter de nouvelles rames. Reste une possibilité qui sera expérimentée à partir de septembre prochain : essayer de décaler les heures d’embauche le matin afin d’un peu mieux répartir les flux. Dans le cadre d’une première phase d’expérimentation, la fac de Droit de l’université d’Orléans a déjà, cette année, décalé en partie le début de ses cours d’un quart d’heure. L’idée sera désormais de tester cette mesure avec certaines entreprises dans des zones qui ne sont pas encore définies, mais qui devraient cibler les parcs d’activité. Évidemment, la Métropole n’a aucun moyen d’obliger, elle devra donc dialoguer et trouver les bons arguments pour emmener des entreprises avec elle. « Il faudra trouver un argumentaire sur l’état de stress des salariés, avance Romain Roy. Et puis nous pouvons expliquer aux entreprises que nous essayons d’utiliser au mieux le Versement Mobilités qu’elles nous payent. »

Mon vélo !

Pour « laisser tomber son véhicule individuel », la Métropole sort aussi de sa manche la carte du vélo, dont les élus disent tous vouloir augmenter la pratique sur le territoire. On connaît les termes d’un débat opposant d’un côté des usagers convaincus, qui assènent que les efforts déployés par la Métropole ne sont pas assez importants pour inciter à la pratique de la bicyclette, et d’un autre côté la même Métropole, qui assure qu’elle se bouge pour dépenser à bon escient les 5 M€ annuels de son Plan Vélo. La semaine dernière, Christian Dumas, vice-président en charge de la politique cyclable, a ainsi indiqué qu’un « gros chantier de requalification » allait être mené au niveau de la zone d’activités d’Ingré et de Saint-Jean-de-la-Ruelle, où les besoins se font cruellement sentir. La liaison Orléans/Semoy, l’avenue Paul Doumer à Saint-Jean-de-la-Ruelle, le carrefour Candolle et la liaison vers le Cosmetic Park entrent aussi dans le cadre des investissements prévus cette année. De même, la Métropole va aménager durant deux mois un « axe cyclable structurant allant de l’avenue Gaston Galloux à la RD 2020 » dans le cadre de l’aménagement de CO’Met, où un parking vélos de 200 places sera érigé. Pas forcément assez pour des collectifs comme la Vélorution, qui en demandent plus et plus rapidement. À la Métropole, Romain Roy comprend l’impatience, mais défend sa stratégie globale : « On ne peut pas faire en une année ce qui n’a pas été fait en dix ans, dit-il. On est désormais au rendez-vous de cette enveloppe budgétaire définie sur le vélo. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
À Orléans, Retailleau répond à Grouard
Candidat à la présidence de son parti, le sénateur LR...
Dix ans déjà !
Sans flonflons ni chichis, nous fêtons cette semaine les dix...
Barbara Alloui Ma cuisinière bien-aimée
Pédagogue et passionnée, cette Olivétaine promeut une cuisine simple, variée...
Événements de la semaine
13
Mar
11
Mar
Saint-Jean-de-la-Ruelle Médiathèque Anna-Marly puis dans tous les quartiers de la ville
#
11
Mar
Orléans – Palais de Justice – 44, rue de la Bretonnerie
#
14
Oct
Orléans – Théâtre Gérard Philipe
à 15 h
11
Oct
Orléans – Salle de l’institut
à 10 h 45
ARTICLES RÉCENTS