|
|
La Région mise sur le train

La Région mise sur le train

Nouvelles rames, construction d'un centre de maintenance à Orléans, avenant pour la modernisation des lignes ferroviaires du quotidien… En cette rentrée, la Région Centre-Val de Loire a voulu mettre le paquet sur le train.
G.M.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

D’ici 2022, la construction d’un centre de maintenance dernier cri à Orléans pour les nouvelles rames Omneo Premium va générer 70 emplois pour le territoire. « Jusqu’à présent, la maintenance de la flotte régionale était réalisée en Île-de-France ou à Saint-Pierre-des-Corps, indiquait la SNCF. C’est donc un choix important en région au niveau de l’emploi. C’est aussi un choix important sur le plan de l’autonomie. »

Le président du Conseil régional du Centre-Val de Loire, François Bonneau, soulignait que, dans la région, la mobilité était « essentielle. C’est une région avec deux métropoles et des grandes agglomérations… On projette donc les choses en avant avec plus de 550 M€ d’investissement. » Un sacré budget, fruit notamment de l’apport de 480 M€ de l’État, dans le cadre du transfert de compétences, pour financer le renouvellement des trains et un nouvel outil de maintenance. En effet, les Régions ont depuis 2015 la compétence des transports interurbains et scolaires, ainsi que celle des Trains d’Équilibre du Territoire (TET) depuis 2017. Mais l’investissement régional est bien antérieur : preuve que l’enjeu est fort, le préfet du Centre-Val de Loire, Pierre Pouëssel, et le président de Région ont signé en juillet dernier la prolongation du volet mobilité multimodale du Contrat de Plan État-Région 2015-2020 jusqu’au 31 décembre 2022. Cet avenant, l’un des premiers signés en France, acte la modernisation et la sauvegarde des lignes ferroviaires du quotidien, appelées « petites lignes ».

Promesses de confort

La semaine dernière, la Région a dévoilé 32 nouvelles rames Omneo Premium commandées chez Bombardier Transport France pouvant accueillir jusqu’à 370 places par rame – soit 1 110 places pour un train de trois rames –. Ce nouvel outil va progressivement faire son apparition d’ici fin 2022 sur les lignes Paris-Orléans-Tours, Paris-Bourges et Paris-Montargis-Nevers. « Quatre rames devraient être en circulation d’ici fin 2020 », assure-t-on même en interne.

À l’intérieur de ces rames jaunes modernes, on trouve des sièges plus larges, une climatisation autorégulée, des prises électriques USB, le wi-fi… ainsi que neuf emplacements vélo par rame. Les usagers espèrent cependant qu’à l’usage, les sièges, notamment, pourront s’incliner et qu’ils bénéficieront d’une place plus conséquente pour les jambes que dans les « anciennes » rames. Pour certains passagers dépassant le mètre 90, faire 1 h 15 de train entre Orléans et Tours, tous les jours, matin et soir, était, en effet, un petit calvaire… 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire

Signaler un commentaire