|
|
Partnaire lance sa fondation

Partnaire lance sa fondation

Le groupe Partnaire, dont le siège se situe à Orléans, a créé sa propre fondation. Aux côtés de l’hôpital d’Orléans depuis la création du fonds de dotation Synchronie, l’entreprise accentue son action pour soutenir l’un des projets de recherche en lien avec les accidents cardio-vasculaires.
Anaïs Rambaud
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

« Le handicap, l’éducation ou encore l’inclusion sur le marché de l’emploi sont des sujets qui nous tiennent particulièrement à cœur », indique Aurélie Gobinet, vice-présidente du groupe Partnaire, acteur des ressources humaines établi partout en France par le biais d’agences d’intérim, et dont la maison-mère est à Orléans. Auparavant gestionnaire d’un fonds de dotation, le groupe poursuit donc ses actions à travers une fondation. « Nous soutenons notamment le cours Henri-Guillaumet d’Orléans*, la Fabrique Opéra Val de Loire ou encore l’association Amitié pour l’enfant malgache, poursuit Aurélie Gobinet. Également, nous avons été membre fondateur du fonds Synchronie impulsé par le Centre Hospitalier Régional d’Orléans. »

Un projet d’exosquelette

Synchronie n’est autre que le fonds de dotation du CHRO, qui a vu le jour lors de la crise sanitaire et qui développe plusieurs projets. « Nous avons souhaité prolonger les effets bénéfiques des confinements et continuer à agir tous ensemble, explique Olivier Boyer, directeur régional de l’hôpital. Synchronie finance à la fois des projets de recherche et des projets qui contribuent à l’amélioration du confort des patients. » Parmi les projets du répertoire de Synchronie, le projet de l’exosquelette Atalante a particulièrement retenu l’attention du groupe Partnaire. Ce projet permettra, à terme, aux patients ayant subi un AVC une récupération cérébrale et physique rapide et adaptée à chacun. D’autres projets, tournant autour de la luminothérapie, des soins socio-esthétiques pour les patients ou encore sur la création d’un jardin thérapeutique sont au programme de Synchronie.

Au-delà de ce fonds de dotation et du projet de l’exosquelette, d’autres financements sont en cours pour la fondation Partnaire : un projet autour du mécénat de compétences se met en place et un autre sur la constitution d’une équipe paralympique pour les Jeux olympiques 2024, avec, entre autres, dans ses rangs, l’athlète Remy Boulle, kayakiste paralympique.

* Ouverte en 2018 dans la métropole, cette école privée hors contrat fait partie du réseau Espérance Banlieues. En France, ce réseau a été accusé, par ses détracteurs, d’être très proche du mouvement La Manif pour Tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire

Signaler un commentaire