|
|
|
OLB : tout le monde descend
|
|
|
OLB : tout le monde descend

OLB : tout le monde descend

Depuis mardi soir, l’OLB est en Pro B. Une victoire à Gravelines n’a pas empêché le club orléanais de connaître une deuxième relégation en cinq ans. Après la stupéfaction, l’heure de chercher les responsabilités viendra forcément.
Benjamin Vasset
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Une histoire sans fin. Deux fois en deux semaines, l’OLB a cru avoir sauvé sa place en Betclic Elite. Deux fois en deux semaines, elle a longtemps ressassé des regrets infinis. La semaine dernière, un panier au buzzer avait douché le Palais des Sports lors du match qu’il ne fallait pas perdre contre Châlon-Reims. Mardi, c’est un coup de sifflet des arbitres qui a tout fait basculer à cinq dixièmes de la fin de la rencontre entre Le Portel et Fos-sur-Mer, principal concurrent de l’OLB dans la course au maintien. Les supporters de l’OLB pourront répéter à l’envi que leur club a été floué dans cet emballage final, mais le mal est fait : l’an prochain, leur équipe fétiche jouera en Pro B. Après une saison dernière très réussie où l’OLB s’était qualifiée pour les play-offs, certains rêvaient pourtant à un bis repetita en septembre dernier. D’autant que l’entraîneur Germain Castano avait repoussé une offre de Dijon pour resigner deux ans à Orléans, finalement séduit par le projet initial d’entrer à CO’Met. Mais encore une fois cette année, les blessures ont plombé la saison orléanaise à des moments clés. L’équipe aura aussi échoué à faire bloc dans les moments clutch. Comment par exemple expliquer que, lors du match décisif face à Châlon-Reims, dernier du championnat, les Orléanais se soient retrouvés menés de 20 points à la mi-temps ? 

À qui la faute ?

Évidemment, le « contexte » général dans lequel les joueurs et le staff ont évolué n’aura pas aidé. En 2017, l’OLB avait connu une relégation en Pro B au bout d’une saison ubuesque, minée par des luttes internes étalées presque au grand jour sur la place publique. Rien de tout cela cette année, où le club a davantage su faire front et croire jusqu’au bout à la possibilité d’un miracle. Mais il y aura quand même eu des dysfonctionnements majeurs, et au premier chef l’intronisation d’un nouveau président du directoire en cours de saison, sans que cette nomination ne soit la réponse à une crise de résultats. Difficile d’imputer à Olivier Rouet, le tout frais président de l’OLB, la responsabilité de cette descente et d’une saison qu’il a prise en cours de route. Mais son arrivée qui ne venait pas a maintenu le club dans une phase de transition qui aura trop duré. Certains en mettront la responsabilité sur les épaules de Michel Martin, dont la manœuvre pour faire évoluer les statuts du club afin de se maintenir à la tête du conseil de surveillance n’a pas, non plus, été acceptée par tout le monde, et notamment par les élus en charge du sport à la mairie d’Orléans. Ce ne sont certes ni les dirigeants ni les élus qui sont sur le parquet, mais ce nouveau psychodrame à la tête de l’OLB n’a pas forcément contribué à apaiser les tensions autour d’un club qui, par nature, les attire. Nombreux sont également ceux qui diront que l’OLB n’est pas assez soutenue financièrement par les collectivités. Mais plus que les chiffres et les sommes se pose le constat du fiasco total des clubs pros de la métropole cette année (voir encadré) : il semble que le temps soit maintenant arrivé de définir une politique et des compétences claires sur un dossier qui supporte assez peu le flou et les non-décisions.

* Depuis deux ans, l’OLB ne touche « plus » que 100 000 € de subvention complémentaire de la Métropole, contre 300 000 € en 2019. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
À Orléans, Retailleau répond à Grouard
Candidat à la présidence de son parti, le sénateur LR...
Dix ans déjà !
Sans flonflons ni chichis, nous fêtons cette semaine les dix...
Barbara Alloui Ma cuisinière bien-aimée
Pédagogue et passionnée, cette Olivétaine promeut une cuisine simple, variée...
Événements de la semaine
13
Mar
11
Mar
Saint-Jean-de-la-Ruelle Médiathèque Anna-Marly puis dans tous les quartiers de la ville
#
11
Mar
Orléans – Palais de Justice – 44, rue de la Bretonnerie
#
14
Oct
Orléans – Théâtre Gérard Philipe
à 15 h
11
Oct
Orléans – Salle de l’institut
à 10 h 45
ARTICLES RÉCENTS