|
|
La ville instaure la carte scolaire

La ville instaure la carte scolaire

Alors que commencent les inscriptions en vue de la rentrée prochaine, la municipalité a annoncé la mise en place d’une carte scolaire pour les nouveaux entrants en maternelle ou les élèves passant en élémentaire, d’abord sur 31 écoles du centre-ville en 2022, puis en 2023 sur les écoles au sud du Cher, et enfin, en 2024, sur celles au nord de la Loire.
P.N.

L’objectif est de privilégier les écoles de proximité pour éviter les trajets quotidiens tout en favorisant la mixité sociale et l’égalité des chances. » La façon de justifier l’instauration d’une carte scolaire sur la commune relève bien de la diplomatie. Dit en d’autres termes, cela pourrait donner ceci : les parents privilégient les écoles « réputées ou supposées les meilleures » tandis que d’autres sont délaissées dans certains quartiers et courent le risque de « se ghettoïser ». L’un des inconvénients de la situation actuelle est que certaines écoles sont prises d’assaut par des parents venant de très loin alors que des enfants n’ont pas de place dans l’école à côté de chez…

Chaque système ayant ses avantages et ses inconvénients, l’équipe municipale arrivée aux affaires il y a deux ans a fait le choix de la carte scolaire. Ce dispositif crée une barrière géographique et donc une contrainte pour orienter les enfants vers leur école de secteur. Et si le découpage est bien fait, en orientant vers une même école des populations issues de quartiers plus diversifiés, cela peut en effet favoriser la mixité sociale…

Cette carte sera mise en place progressivement sur trois ans (2022, 2023 et 2024) et s’appliquera aux nouveaux entrants en maternelle et à ceux qui changent de cycle pour rentrer en élémentaire. Aucun élève engagé dans un cycle dans un établissement ne sera amené à le quitter. La carte scolaire s’accompagne aussi de la mise en place d’une commission mixte (avec des représentants de la Ville, de la direction académique et des parents d’élèves) destinée à étudier les cas particuliers pouvant faire l’objet de dérogation comme les fratries, l’emploi des parents à proximité d’un établissement ou tout autre motif justifiant une dérogation. Cette mesure concerne 31 écoles sur 58 cette année, soit 5 600 enfants environ sur 9 500.

Une tarification sociale pour la cantine

Autre nouveauté à la rentrée prochaine : la Ville va instaurer une tarification sociale de la restauration scolaire en fonction du quotient familiale établi selon les revenus des parents. Alors qu’aujourd’hui il n’y a qu’un seul tarif – 3,35 € par repas – quels que soient les revenus des parents, le nouveau dispositif prévoit la création de cinq tarifs selon le quotient familial : 2,50 €, 2,90 €, 3,35 €, 3,80 € et 4,90 €. Les parents les plus défavorisés pourront toujours solliciter une aide du CCAS pour payer la cantine, voire demander la gratuité totale. Cette tarification concerne 8 200 demi-pensionnaires. Elle sera testée sur la prochaine année scolaire 2022/2023 et pourra être adaptée en fonction des retours d’expérience.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AUTRES ARTICLES A LIRE

Signaler un commentaire