|
|
L’aéroport en projets
|
|
L’aéroport en projets

L’aéroport en projets

Alors que la CCI Touraine est en train de se retirer de la gouvernance du SMADAIT et que l’école de chasse partira de Tours en 2021, l’aéroport de Tours doit relever de nombreux défis, notamment financiers car le fonctionnement sans l’Armée et la mise aux normes de l’aviation civile vont demander des investissements importants. Alors, stop ou encore pour l’aéroport ? C’est la question que nous avons posée à 9 candidats aux municipales présentés par ordre alphabétique.

Christophe BOUCHET
Tours nous Rassemble

« Cet équipement, important pour une Métropole qui veut compter, est aussi indispensable pour le transport des greffons et donc l’activité de pointe et la renommée de notre CHRU. Nous le transformerons et le moderniserons afin d’en faire une vraie porte d’entrée pour les visiteurs, mais aussi pour les voyages des Tourangeaux. Avec le soutien de l’État et du Syndicat Mixte (Métropole, Département, Région), nous mettrons en place un plan d’investissement et de mise aux normes de la DGAC pour que la plate-forme, devenue civile, puisse toujours accueillir les avions et se développer. Nous ouvrirons de nouvelles lignes, de façon raisonnable et sans subvention aux compagnies aériennes, et négocierons avec elles pour une compensation de leurs gaz à effet de serre. Nous porterons autour de l’aéroport un grand projet d’aménagement à vocation économique et touristique et nous poursuivrons la ligne 1 du tramway pour mieux relier l’aéroport à la ville et la gare TGV. »

Claude BOURDIN
C’est au Tour(s) du Peuple 2020

« Nous proposons de revoir l’ensemble de la politique d’aides et de subventions, directes ou indirectes, de la Ville et de la Métropole. Nous conditionnerons les aides aux entreprises en fonction de différents critères (taille, emplois non délocalisables, situation faite aux salariés, vocation écologique), supprimerons la subvention allouée à la compagnie Ryanair, déjà condamnée par la justice, et établirons la transparence et l’équité dans l’attribution des subventions et des aides. Les aéroports régionaux sont en concurrence, les citoyens prennent moins l’avion pour des raisons écologiques et l’argent public doit être redéployé vers les biens communs. Les aéroports comme celui de Tours seront menacés ; il faudrait dès maintenant penser à la reconversion de ces espaces pour la transition écologique et le développement durable : les énergies renouvelables, le maraîchage bio périurbain, des zones d’activités de sociétés coopératives et des pépinières artistiques et culturelles. Un plus petit aéroport sera probablement nécessaire pour assurer des vols pour les secours et les transports médicaux. »

Michaël CORTOT
Projet Citoyen Pour Tours

« Nous sommes favorables au maintien de l’aéroport. Cependant le modèle économique sur lequel s’est développé l’aéroport de Tours n’est plus tenable. Les financements publics servent aujourd’hui à quitter le Val de Loire pour rejoindre des territoires éloignés via des compagnies low cost. Le Val de Loire est la troisième destination touristique en France après Paris et la Côte d’Azur. Cet équipement doit servir de porte d’entrée aux touristes, notamment étrangers, et assurer ainsi sa rentabilité sans financement public. Ainsi, la saturation annoncée des aéroports d’Île-de-France doit d’ores et déjà nous inciter à travailler avec Aéroports de Paris pour favoriser le financement et le développement de la desserte de Tours. Une navette efficace entre la gare de Tours et la gare TGV de Saint-Pierre-des-Corps doit être mise en place. Ce doit être l’occasion d’un développement de l’économie touristique de notre territoire, les touristes transitant par l’aéroport de Tours ayant ainsi plus facilement l’occasion de séjourner dans notre région. »

Xavier DATEU
Vous + Nous = Tours

« Ne pas soutenir et développer l’aéroport de Tours serait une faute lourde ! La « Loire Valley » (les châteaux de la Loire) est la 3e destination touristique après Paris et la Côte d’Azur aussi l’aéroport de Tours est l’outil indispensable au développement touristique donc économique de notre Territoire, sans oublier son impérieuse nécessité pour le fonctionnement et la renommée du CHRU de Tours dont les services de transplantation d’organes. Toutes les collectivités locales et l’État, y compris la Ville de Tours, doivent financer les travaux d’extension de la structure et ce au-delà des clivages politiques. Remettre en cause l’aéroport comme le proposent certains serait, en cas d’élection, priver notre ville du rayonnement international qu’elle mérite ! »

Emmanuel DENIS
Pour Demain Tours 2020

« Nous voulons repenser la place de l’aéroport au sein de la ville et de la métropole de Tours. La liste est favorable à un arrêt des subventions publiques au transport aérien de voyageurs dès la fin de la délégation de service public (DSP) de l’aéroport en 2022. Avant le terme de cette DSP, nous demanderons au gestionnaire de l’aéroport s’il peut assurer qu’il trouvera – comme il l’a promis – une ou des compagnies qui acceptent de desservir des destinations non desservies par le TGV, sans bénéficier de subventions publiques.

Par ailleurs, nous engagerons les moyens pour que l’aéroport puisse continuer à accueillir le trafic issu de l’activité greffe du CHRU, l’aviation d’affaire et l’école de pilotage. Ces moyens sont notablement inférieurs que ceux nécessaires à une activité desserte
de voyageurs. »

Nicolas GAUTREAU
Les Indépendants

Nous sommes pour un développement raisonné de l’aéroport. Ce développement devra être concerté avec les habitants de Tours nord mais aussi ceux de Parçay-Meslay, Rochecorbon et Saint-Pierre-des-Corps pour la prise en compte d’éventuelles nuisances sonores.

L’aéroport doit être une porte d’entrée pour le tourisme en Touraine et nous refusons le « tourisme bashing » que l’on semble entendre ici ou là alors qu’il est un élément essentiel pour l’emploi sur notre territoire. Mais notre politique municipale visera la neutralité carbone donc toute augmentation des GES liée à une activité renforcée de l’aéroport sera compensée par des mesures vertes comme l’installation d’entreprises de recyclage et de déconstruction sur le site ou encore la fameuse gratuité des transports en commun le week-end. Dans ce sens, un budget vert sera annexé aux documents budgétaires réglementaires. Il fera le bilan des dépenses et des recettes de la ville selon leur impact sur l’environnement.

Gilles GODEFROY
Alliance et Rassemblement pour Tours

« On maintient bien évidemment l’aéroport qui est indispensable à la vie économique de la ville, à la fois par l’apport de visiteurs, même si pour nous le tourisme n’est pas tout puisque nous privilégions les investissements pour les habitants plus que pour les visiteurs. Mais cet apport n’est pas négligeable, pour l’activité économique en général et les commerces en particulier. C’est un atout et un outil de développement économique. En réduisant les dépenses inutiles ou de prestige à la ville, nous dégagerons des marges de manœuvre financières pour l’aéroport. Et puisque la 1re ligne de tramway existe, et bien nous la prolongerons jusqu’à l’aéroport pour une liaison avec le centre-ville. »

Philippe LACAÏLE
Tours en Mouvement

« L’aéroport est un élément fondamental du développement de la Ville et de la Métropole. Il est indispensable à la survie du CHRU en raison de son activité de transit des greffes. Avec un trafic de 200 000 passagers par an et les récents investissements de modernisation réalisés par le syndicat mixte (le SMADAIT) qui en assure la gestion, il occupe dans le Centre-Ouest une position significative de transport de passagers tant sur le plan touristique qu’économique. De ce point de vue, c’est un outil qui concourt pleinement au développement économique et touristique. Les plus de 350 ha disponibles autour de l’aéroport le permettent. Sur les terrains disponibles, il faut promouvoir une zone d’activité tertiaire permettant d’accueillir des entreprises dont notre économie a tant besoin. Ces activités généreront des recettes nouvelles concourant à l’équilibre financier. Enfin, il faut connecter l’aéroport au tramway et à l’ensemble des moyens de transport en mobilités douces. »

Benoist PIERRE
C’est votre Tours !

« Nous devons conserver l’aéroport pour au moins trois raisons :

1 : il a une fonction médicale indispensable avec le transport des greffons indispensables au CHRU. La filière médicale est indispensable pour Tours, pas seulement pour des raison de santé mais aussi pour des raisons économiques. C’est un outil unique pour soutenir cette filière.

2 : le transport de passagers est un élément d’attractivité, à la fois touristique et pour l’aviation d’affaires qui est aussi en plein développement et qui est important pour permettre aux décideurs économiques d’investir sur notre territoire.

3 : nous pouvons fédérer de nombreux acteurs et partenaires, comme l’actuelle école de pilotage, autour de la zone aéroportuaire pour en faire une plateforme de développement économique avec l’implantation de nouvelles entreprises. On manque de fonciers pour l’installation d’entreprises sur Tours, c’est une zone toute trouvée que nous développerons ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AUTRES ARTICLES A LIRE
Romain Régnard C’est d’la balle !
À 33 ans, il est devenu l’une des personnalités en vue...
Port-Avertin largue les amarres
Jusqu’au 18 septembre, la guinguette de Port-Avertin reprend du service avec...
Quand la musique éthique…
Après une annulation en 2020 et une version « Midi-Minuit » en 2021,...
Événements de la semaine
8
Oct
Grand Théâtre
Ven. 8 oct. à 20 h
6
Oct
Vinci, Tours
Mer. 6 oct. à 20 h 30 
2
Oct
L’hôtel de ville de Tours.
2 et 3 oct. de 10 h à 18 h
1
Oct
Oésia, Notre-Dame-d’Oé
Ven. 1er à 18 h 30 et 20 h, sam. 2 à 11 h, 15 h et 17 
4
Juin
Chinon
DU 4  AU 6 JUIN
4
Juin
Grand Théâtre de Tours
Ven. 4 à 19 h, dim. 6 à 15 h, mar. 8 à 19 h
ARTICLES RÉCENTS