|
|
Quel avenir pour le nucléaire ?
|
|
Quel avenir pour le nucléaire ?

Quel avenir pour le nucléaire ?

Lors des trois sessions du forum organisé les 1er, 2 et 3 décembre, la population est invitée à venir débattre avec les spécialistes présents de la place du nucléaire dans la transition écologique alors que des questions se posent sur le futur de cette énergie dans le Chinonais, un territoire qui en dépend fortement.
P.N.

Alors que le coût de l’énergie explose, le nucléaire apparaît à nouveau comme une solution d’avenir. C’est pour décrypter les enjeux économiques et écologiques de la filière nucléaire en France et étudier les perspectives qu’offre cette énergie sur le long terme pour leur territoire que les élus que la communauté de communes Chinon Vienne & Loire ont décidé d’organiser ce forum sur « la place du nucléaire dans la transition énergétique ». On ne connaît pas (encore) le rôle et la place que doit occuper cette énergie dans la transition énergétique puisqu’on aura plus d’éléments de réponse à l’issue des trois sessions, mais on connaît déjà la place qu’occupe le Centre nucléaire de production d’électricité (CNPE), autrement dit la centrale de Chinon, dans l’économie locale. « Le CNPE représente 2 800 emplois directs et indirects, le double en période de grands travaux », a expliqué Jean-Luc Dupont, maire de Chinon et président de la Communauté de communes, lors de la présentation du forum à la presse. Sur un bassin de population de 25 000 habitants et 11 000 emplois, cela pèse évidemment d’un poids très important. Sans compter que, toujours selon Jean-Luc Dupont, le CNPE génère aussi 330 M€ d’investissements sur le territoire chaque année, répartis selon la règle des trois tiers : un tiers en salaires, un autre en taxes diverses et le dernier en investissements dans le tissu économique local, notamment auprès des entreprises prestataires et fournisseurs.

Les opposants ont refusé l’invitation

Cet équipement occupe donc une place importante dans l’économie mais aussi dans l’histoire du Chinonais puisque les premiers watts nucléaires en France y ont été produits en 1963. Il est donc normal que les élus et les acteurs du territoire se penchent le temps de ce forum sur la place que pourra occuper le CNPE à l’avenir, sachant que le président Emmanuel Macron a annoncé la construction de 14 nouveaux EPR pour répondre aux futurs besoins en électricité qui ne vont cesser de croître avec le déclin annoncé des énergies fossiles.

En effet, si l’énergie nucléaire était bien décriée ces dernières années, elle est depuis cette année largement réhabilitée. Non pas qu’elle ait changé de nature et que les risques qu’elle représente aient disparu, mais elle bénéficie d’un nouveau statut dans le contexte géopolitique actuel de la guerre en Ukraine marquée par une explosion des coûts de l’énergie. D’une part parce que c’est l’énergie la moins chère, le coût de revient d’un MWh « nucléaire » étant de l’ordre de 50 € contre le double pour un MWh produit à partir d’énergies fossiles (centrales au gaz ou pétrole), 60 € pour un MWh « éolien terrestre », 75 € pour le photo-
voltaïque et 145 € pour l’éolien marin ; d’autre part parce que c’est l’énergie la plus décarbonée puisqu’elle ne produit quasiment aucune émission de gaz à effets de serre. Le nucléaire devient un allié incontournable dans la lutte contre le réchauffement climatique. Les vérités d’hier ne sont plus celles d’aujourd’hui et le principe de réalité s’impose à tous : sans le nucléaire, point de salut ! Ou alors à un coût économique et climatique insupportables pour la société française – pour ne pas dire pour l’humanité dans le cas des défis climatiques à relever…

Le PLU adapté pour une extension

Le forum ne porte donc pas sur l’alternative pour ou contre le nucléaire même si les opposants pourront faire entendre leur voix dans le public. « Nous avons invité les associations comme Sortir du nucléaire ou Négawatt à participer au forum mais elles n’ont pas souhaité intervenir à la tribune, explique Éric Maucort, cheville ouvrière du forum en tant que 1er adjoint au maire de Chinon et président de l’association Sauvons le climat, par ailleurs ancien directeur du CNPE de 2003 à 2008. Mais elles pourront participer aux échanges avec le public. Nous sommes habitués dans le Chinonais à échanger avec les associations qui sont aussi représentées dans la Commission locale d’information (CLI) qui informe en toute transparence sur l’activité du CNPE. »

Le forum est l’occasion de faire un tour d’horizon complet sur les questions que pose le nucléaire dans un territoire qui en dépend grandement. « Nous sommes évidemment candidats pour prolonger cette longue histoire dans le futur en accueillant de nouvelles installations, assure Jean-Luc Dupont. Le Chinonais sait ce qu’il doit au nucléaire et nous entendons prolonger notre engagement aux côtés d’EDF. Le PLU a été modifié en prévision de nouvelles installations sur le site, on est passé de 90 à 130 ha de réserves foncières car il faut anticiper, ce sont des programmes qui engagent sur le long terme. Il faut acter aujourd’hui la construction d’un équipement qui naîtra dans dix ans et qui fonctionnera pendant quarante ou cinquante ans, ça ne fait pas du jour au lendemain, il faut y penser dès aujourd’hui si on veut anticiper sur les besoins de demain… »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AUTRES ARTICLES A LIRE
LES TOURANGEAUX MOBILISÉS CONTRE LA RÉFORME DES RETRAITES !
11 600 selon la police, 15 000 selon les organisateurs…...
LE CHIFFRE DE LA SEMAINE
118 763 C’est le nombre record de visiteurs enregistrés par l’opération...
Marie-Laure Pochon : l’entrepreneur de succès qui a fait passer 3DISC de 2 à 15 millions de dollars de chiffre d’affaires en deux ans
À un âge où certains aspirent à une retraite bien...