|
|
|
Une année si particulière à l’hôpital

Une année si particulière à l’hôpital

Le CHRU de Tours a accueilli 1 324 malades Covid depuis le début de l’épidémie en mars 2020. Au-delà des chiffres, il faut retenir que l’hôpital a dû s’adapter en permanence pour faire face à cette pandémie inédite et que les soignants ont tout donné pour assumer la surcharge de travail pendant cette période marquée aussi par des absences, le personnel n’ayant pas été épargné par le virus puisque l’établissement a comptabilisé 43 clusters sur l’année écoulée !
P. N.
SANTE

Depuis le 4 mars 2020, jour du dépistage du premier cas confirmé de Covid-19 au CHRU de Tours, 1 324 patients touchés par le virus ont été pris en charge, dont 404 en réanimation. Ces patients sont majoritairement issus de la région Centre-Val de Loire (Indre-et-Loire mais aussi du Loir-et-Cher et de l’Indre), mais également de la région parisienne.

Le surcoût de la pandémie a été de 24 M€ sur l’année ! Au-delà de ce chiffre – un parmi tant d’autres marquants –, l’hôpital a dû s’adapter en permanence pour faire face à la pandémie. Dans l’accueil des malades touchés par ce virus inconnu jusqu’alors qui nécessite des protocoles bien particuliers pour éviter la contagion, et plus largement dans l’organisation des services pour accueillir les malades dans des contions optimales. Il a ainsi été un plateau commun Covid en pneumologie à Bretonneau pour mutualiser les ressources humaines disponibles car, non seulement un cas Covid demande plus de personnels, mais en plus, les soignants ont aussi été touchés par le virus (300 environ), ce qui a engendré des absences et des mises à l’isolement des cas contacts.

150 personnes embauchées

Et la CHU s’est parfois retrouvé démuni pour faire face à la pandémie. C’est pour cela que 150 personnes ont été recrutées depuis un an et qu’au plus fort de la première vague au printemps dernier, 200 étudiants sont venus prêter main-forte aux équipes pour soulager les soignants. Autre signe de cette adaptation, le laboratoire de virologie a dû s’organiser rapidement pour tester massivement. 120 000 tests PCR ont ainsi été organisés en un an. Et tous les services ont dû adapter leur logistique pour approvisionner et gérer leurs stocks. Ainsi, la pharmacie du CHRU fournit 80 000 masques par mois aux soignants…

La vaccination a été accueillie comme une libération pour l’ensemble des soignants. « On entrevoit le bout du tunnel », s’accordent à dire les différents chefs de service qui se sont exprimés lors du point presse « Bilan d’un an de Covid au CHRU de Tours ». Unanimes pour se féliciter de ces vaccins mis au point en des temps records. Même si ce n’est pas fini et que continuent le suivi et les études sur les malades qui s’en sont sortis… Mais, comme au début de la pandémie, il convient de saluer le travail accompli par tous les soignants, quel que soit leur rôle et leur rang, pendant cette année si particulière…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AUTRES ARTICLES A LIRE

Signaler un commentaire