|
|
|
Plus de devoirs pour le RSA

Plus de devoirs pour le RSA

Le Loiret fait partie des 19 départements sélectionnés pour devenir territoires pilotes de l'accompagnement renforcé des allocataires du Revenu de Solidarité Active (RSA) dans le cadre de la réforme du dispositif, qui prévoit de conditionner davantage le versement de l’aide.
G.M
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Le Département du Loiret va donc jouer les cobayes de la réforme du RSA. Le principe du nouveau dispositif France Travail, s’il se généralise, est d’assortir le versement de l’allocation à une logique de droit et de devoirs. Ainsi, le bénéficiaire du RSA sera accompagné de manière intensive dans sa recherche d’emploi et il devra participer, pour y parvenir, à une quinzaine d’heures par semaine d’activités hebdomadaires. C’est le bassin du Montargois qui fera l’objet de cette mobilisation qui fédérera l’ensemble des acteurs de l’insertion et de l’emploi. Le Département finalise actuellement, avec France Travail, le cahier des charges de l’accompagnement pour cette nouvelle approche du RSA qui sera testée cette année.

« Nous avons choisi le Montargois car c’est la zone qui se précarise plus », commente Marc Gaudet, président du Département du Loiret, qui estime qu’il serait ainsi réaliste de transformer 10 % des RSA en emploi. Selon l’élu, près de 4 500 personnes touchent actuellement le RSA dans le bassin du « grand Montargois », mais l’expérience devrait être a priori centrée sur l’agglomération montargoise. « Nous voulons être co-pilote avec Pôle emploi et avoir une certaine souplesse dans la mise en place du dispositif. Cela veut dire pouvoir faire le lien avec les entreprises pour des mises en situation, mais aussi discuter avec la Région pour les besoins en matière de formation, poursuit Marc Gaudet, qui ne veut pas d’un dispositif « vertical ». Le RSA peut être touché lors d’un accident de parcours dans une vie. Les gens ont le droit d’avoir envie de changer de voie professionnelle. Cela doit être du sur-mesure, avec un accompagnement bienveillant. »

Le Loiret avait déjà innové

Si le Loiret a été sélectionné parmi 43 départements volontaires, c’est aussi parce qu’il a déjà une petite expérience en la matière. « La Préfète a soutenu notre dossier, justifie le président du Département. Nous sommes le seul de la région à avoir été retenu. » En effet, depuis avril 2022, la collectivité a mis en place le dispositif « Trois mois pour un job », un coaching renforcé pour que les bénéficiaires du RSA reprennent confiance et retrouvent le chemin de l’emploi. Ce dispositif implique la participation des volontaires à de nombreux ateliers, entretiens, et immersions en entreprise. Les premiers résultats s’avèrent encourageants : sur 178 personnes suivies par dix consultants emploi, 118 ont repris une activité (80 en CDD, CDI ou intérim) ou début  une formation !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
Orléans : la police municipale dotée de nouveaux pouvoirs pour lutter contre l’ivresse publique manifeste
Aux beaux jours, les forces de l’ordre traitent en moyenne...
Maman de Lucas, victime de harcèlement à 13 ans, tient une conférence de presse émouvante dans les Vosges
Lundi, la maman du petit Lucas, un enfant qui s’est...
Charlélie Couture en concert à La Ferté-Saint-Aubin : Découvrez les « Quelques Essentielles » le 10 février
L’espace Madeleine Sologne de La Ferté-Saint-Aubin se prépare à accueillir...

Signaler un commentaire